Accueil » Agenda

Agenda

Les manifestations & expositions autour du monde antique que nous avons repérées :

Avr
8
sam
C’EST DU PROPRE ! Hygiène et cosmétique à l’époque romaine @ Musée Romain de Vallon
Avr 8 2017 – Fév 25 2018 Journée entière
C’EST DU  PROPRE  ! Hygiène et cosmétique  à l’époque romaine @  Musée Romain de Vallon | Vallon | Fribourg | Suisse

En se penchant sur les thèmes de l’hygiène, de la propreté et des soins du corps, la nouvelle exposition thématique du Musée romain de Vallon, « C’est du propre ! », propose une fois encore un aperçu de la vie quotidienne d’il y a 2’000 ans.

Point de départ, la villa de Vallon avec un bref rappel de ses vestiges et de ses trouvailles : bains chauds, petits accessoires de toilette et de maquillage. Une poignée d’indices qui révèlent l’attention accordée aux soins de la personne.
On connaît bien l’omniprésence des thermes romains dans les villes, les bourgades et les résidences de campagne, mais cette abondance de bains publics et privés est-elle suffisante pour conclure à la propreté des anciens Romains ? On se doit de nuancer…
Les bains antiques avec leur alternance de chaud-froid-tiède et d’espaces de détente et de rencontre, sont avant tout des lieux de bien-être et de loisir, de sociabilité également. Certes, on va aux thermes pour « prendre un bain » et pour en ressortir propre et soigné puisque les lieux proposent des services proches de ceux des centres wellness d’aujourd’hui : massages, soins, épilation, maquillage, activités sportives, etc.
On connaît également les nombreux objets en lien avec les soins du corps, que les fouilles archéologiques livrent souvent : les épingles à cheveux, les miroirs, les peignes, les rasoirs, les pinces à épiler, les tablettes à fards, les flacons à onguents et les vases à parfums… Et encore : les cure-oreilles et les sondes auriculaires, les sondes-spatules et les sondes-cuillères aux noms savants de « spathomèles » et de « cyathiscomèles », autant d’instruments que se partagent les trousses de toilette et celles de médecins.
Toutefois, même si les indices sont nombreux – et les trouvailles archéologiques de nos régions montrent bien une assimilation des us et coutumes romains –, encore faut-il savoir interpréter ces objets et ces vestiges. C’est ce que veut articuler l’exposition, en montrant les étapes de la toilette personnelle, voire de la coquetterie, illustrées par les objets régionaux et éclairées par les sources écrites.
Les textes antiques nous apprennent que l’on se rince le visage et les dents le matin en se levant, alors que l’après-midi, aux bains, on se frotte pour bien se nettoyer. De plus, les hommes aussi bien que les femmes doivent prendre soin de leur personne. Les recommandations sont claires et précises : « qu’une coupe maladroite n’enlaidisse pas et ne hérisse pas ta chevelure ; que tes cheveux, que ta barbe soient taillés par une main experte, que tes ongles soient bien coupés et propres, qu’aucun poil ne se dresse dans les narines ; qu’une haleine désagréable ne sorte pas d’une bouche malodorante, et que l’odeur du mâle, père du troupeau, ne blesse pas les narines » (Ovide, L’art d’aimer, I, 517-522). Alors qu’il est vivement conseillé aux filles de faire en sorte que leurs aisselles ne sentent pas la transpiration, que leurs jambes soient épilées et que leur coiffure ne soit pas négligée. Car « la beauté est un présent des dieux ; mais combien peu de femmes peuvent s’enorgueillir de leur beauté ! La plupart d’entre vous n’ont pas reçu du Ciel cette faveur. Les soins de la parure vous embelliront ; mais, faute de soins, le plus beau visage perd tout son éclat… » (Ovide, L’art d’aimer, III, 103-105).
Les chevelures bénéficient des plus grands soins. Si pour les garçons il suffit d’un coup de peigne pour maîtriser quelques mèches en épi au réveil, les filles doivent faire preuve de patience pour pouvoir exhiber les coiffures complexes, inspirées de celles de la cour à Rome, qui changent sans cesse. Les femmes portent les cheveux longs qu’elles arrangent à l’aide d’épingles en os et en bronze. Pour les hommes, la mode alterne les cheveux courts et le rasage de près aux coiffures plus longues et frisées associées à des barbes épaisses et bouclées. On ne méprise ni les postiches ni les perruques – pour dissimuler les calvities, pour changer de couleur ou pour échafauder des coiffures exagérées – et on utilise les teintures pour cacher les cheveux blancs.
Après le bain, le corps est enduit de crèmes hydratantes et onguents parfumés ; il y a autant de flacons, de formes et de matériaux différents, que de remèdes et de produits. Et les soins ne sont pas complets sans le maquillage et les parfums : du fard à joues, de l’ombre à paupières, du khôl pour les yeux, des huiles et des essences qui embaument la rose, le crocus, le lys, la myrrhe, l’encens et le cinnamone.

L’exposition est articulée en trois parties : au rez-de-chaussée, près de la maquette de la villa de Vallon, une vitrine et une projection résument les découvertes faites sur le site en relation avec les thèmes de l’hygiène et de la cosmétique. A l’étage, quatre coiffeuses présentent autant de sections consacrées à la propreté personnelle et aux soins du corps, illustrés dans neuf vitrines : « Propres et soignés », « Quelles têtes ! », « Aux petits soins » et « Sentir bon ».
Enfin, la dernière salle – « Seulement pour les intimes » – offre aux visiteurs un aperçu de la « salle du trône » et de ses à-côtés : latrines, pots de chambre, accessoires utiles et nécessaires, etc.

En marge de l’exposition, le Musée romain de Vallon propose des visites guidées gratuites et organise des événements à ne pas manquer :

    • dimanche 21 mai 2017 de 14h à 16h – Journée internationale des musées : « Les sujets sensibles au musée » – Le petit coin
    • dimanche 25 juin 2017 de 14h à 17h – Tous au Musée ! Se faire beau à l’époque romaine. Animations et ateliers de coiffure, rasage, maquillage, crèmes et autres produits de soins et de beauté
    • samedi 9 et dimanche 10 septembre 2017 de 13h à 17h – Journées européennes du patrimoine : « Héritage du pouvoir » – Reines… et rois de beauté !

Visites guidées

  • dimanche 21 mai 2017 à 14h
  • dimanche 25 juin 2017 à 14h
  • dimanche 10 septembre 2017 à 14h
  • dimanche 22 octobre 2017 à 14h30
  • dimanche 26 novembre 2017 à 14h30
  • dimanche 25 février 2018 à 14h30

Interview sur Espace2, émission Versus/Penser (14 avril 2017)

Article dans La Broye (13-04-2017)

Article dans La Liberte (10-04-2017)

Article dans Le Republicain (13-04-2017)

Article dans le Freiburger Nachrichten (07-04-2017)

Article dans le Murtenbieter (07-04- 2017)

Pressemitteilung

Juin
27
mar
L’archéologie à grande vitesse : 50 sites fouillés entre Tours et Bordeaux @ Musée d'Aquitaine
Juin 27 2017 – Mar 4 2018 Journée entière
L'archéologie à grande vitesse : 50 sites fouillés entre Tours et Bordeaux @ Musée d'Aquitaine | Bordeaux | Nouvelle-Aquitaine | France

Avec 300 kilomètres et plus de 3500 hectares d’emprises, le tracé de la Ligne à Grande Vitesse « L’Océane » a constitué pour les archéologues une opportunité exceptionnelle pour enrichir les connaissances sur l’occupation de ces territoires depuis la préhistoire jusqu’à nos jours. Les opérations de fouilles se sont déroulées de 2009 à 2013, dans les régions Centre-Val de Loire et Nouvelle-Aquitaine, et six départements : Indre-et-Loire, Vienne, Deux-Sèvres, Charente, Charente-Maritime et Gironde.

En préambule, l’exposition s’ouvre sur une présentation des fouilles préventives qui permettent de travailler sur un site avant sa destruction, puis d’étudier et de dater les vestiges.Le visiteur remonte le temps, accompagné de bornes tactiles, de reconstitutions 3D et de films. Il peut retrouver les chasseurs de la Préhistoire ou les premiers agriculteurs, puis explorer des fermes gauloises, une villa gallo-romaine ou même visiter virtuellement un souterrain médiéval. Il découvre ainsi la vie quotidienne des populations à travers les témoins de l’artisanat du fer ou des modes d’élevage et d’agriculture.

Les fouilles ont aussi permis d’approfondir les connaissances sur les pratiques funéraires et cultuelles. Le plus bel exemple est le site du Vigneau à Pussigny (Indre-et-Loire) où, pour la première fois, a été découverte une succession de nécropoles du néolithique et de l’âge du Bronze.

La construction de la ligne a aussi permis de mieux connaître le patrimoine naturel, la faune et la flore, grâce aux études préparatoires (atlas et inventaires) et aux actions compensatoires : créations de mares, reboisements, transplantations d’espèces végétales protégées. Cet immense chantier a aussi permis la découverte de plusieurs sites fossilifères de plus de 100 millions d’années, comprenant fougères, insectes, ammonites, crocodiles, etc.

L’exposition a été initiée par LISEA, COSEA et SNCF RESEAU. Elle a été reconnue d’intérêt national par le ministère de la Culture et bénéficie à ce titre d’un soutien financier exceptionnel de l’État.

L’exposition s’inscrit dans la saison paysages bordeaux 2017, proposée du 25 juin au 25 octobre, autour de l’arrivée de la ligne à grande vitesse à Bordeaux.

Sep
16
sam
Ça ne manque pas de sel ! @ Maison de l'Archéologie du Pas-de-Calais
Sep 16 2017 – Juin 17 2018 Journée entière
Ça ne manque pas de sel ! @ Maison de l'Archéologie du Pas-de-Calais | Dainville | Hauts-de-France | France
  • Mardi > vendredi : 14h – 18h
  • Samedi et dimanche (1 week-end par mois) : 10h30 – 13h et 14h – 18h
  • Visite de l’exposition libre et gratuite
  • Ateliers gratuits sur réservation
  • 1 jeudi par mois : Café-archéo avec un archéologue de 18h à 18h30 et visite libre en nocturne de 18h30 à 19h30

Pourquoi le sel ?

Le sel est indispensable à la survie des êtres vivants. Il faut 3 grammes de sel à un adulte pour combler ses besoins et être en bonne santé. Devenu un élément fondamental des sociétés, le sel a contribué à leur développement et à leur prospérité.

Présent dans la nature, le sel a été exploité très tôt par l’homme. Ce dernier a fait preuve d’ingéniosité pour l’extraire, en recourant à ses propriétés chimiques et physiques pour diversifier son alimentation et fabriquer des objets utiles à son quotidien : accessoires en cuir, poterie, verrerie… L’importance du sel est telle que les commerçants antiques vouent un culte à la déesse protectrice de ceux qui le transportent et en font commerce, et qu’il colore encore aujourd’hui de nombreuses expressions du langage courant.

L’exposition « Ça ne manque pas de sel ! » raconte son origine et son histoire. À travers notamment les découvertes archéologiques récentes du nord de la France qui datent de la période gauloise. Des tableaux, des photographies et des objets ethnologiques complètent les vestiges et témoignent de la longue et complexe aventure du sel. Le parcours est organisé en trois grandes parties, l’origine du sel, les modes de production et les usages du sel.

Cette exposition a été réalisée par le Département du Pas-de-Calais, l’Inrap, l’université Sciences Humaines et Sociales de Lille, le laboratoire Halma, l’université de Lille Sciences et Technologies et le laboratoire GCgE. Elle a été financée par le Département du Pas-de-Calais.

 

Sep
27
mer
Théâtre du pouvoir @ Petite Galerie, aile Richelieu, Musée du Louvre
Sep 27 2017 – Juil 2 2018 Journée entière
Théâtre du pouvoir @ Petite Galerie, aile Richelieu, Musée du Louvre | Paris | Île-de-France | France

L’art et le pouvoir politique ont toujours noué des liens étroits, comme le révèle la nouvelle exposition de la Petite Galerie. Pour sa troisième saison, l’espace dédié à  l’éducation artistique et culturelle du Louvre s’intéresse ainsi aux codes de représentation du pouvoir politique, depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours.

Mettant en scène des oeuvres du Louvre et celles de grandes institutions culturelles françaises, l’exposition présente aussi bien des figures du prince « guerrier », «  bâtisseur » ou « héroïsé », en référence aux modèles antiques, que des objets symbolisant la puissance.

Le parcours montre tout d’abord comment les images sont utilisées pour légitimer le pouvoir, notamment à travers la figure d’Henri IV qui fait l’objet d’une étude particulière, ou quelques célèbres portraits de monarques et d’empereurs comme Louis XVI ou Napoléon. Des objets emblématiques de la monarchie, tels que les regalia, objets du sacre des rois de France, sont également mis en avant. La dernière partie met enfin en lumière les ruptures historiques et iconographiques nées avec la Révolution française.

Commissaire(s) :

Paul Mironneau, directeur du musée national et domaine du Château de Pau, et Jean-Luc Martinez, président-directeur du musée du Louvre.

Chef de projet :

Florence Dinet, musée du Louvre.

 

Informations pratiques

Du 27 septembre 2017 au 2 juillet 2018

Lieu :
Petite Galerie, aile Richelieu

Horaires :
Tous les jours de 9h à 18h, sauf le mardi.
Nocturnes, mercredi et vendredi jusqu’à 21h45.

Tarif sur place :
Billet unique (collections permanentes et expositions) : 15€ sur place

Renseignements :
01 40 20 53 17

Achetez votre billet

Nov
8
mer
AQUA – L’INVENTION DES ROMAINS @ Musée Gallo-Romain de Lyon
Nov 8 2017 – Mai 6 2018 Journée entière
AQUA - L'INVENTION DES ROMAINS @ Musée Gallo-Romain de Lyon | Lyon | Auvergne-Rhône-Alpes | France

L’eau, indispensable à la vie, est un élément fondateur de la civilisation romaine.
Aqueducs, puits citernes, thermes, fontaines… témoignent de l’omniprésence de l’eau dans la vie quotidienne des Romains.

La civilisation gréco-romaine a pris naissance dans le monde méditerranéen, où l’eau est un bien rare et précieux. L’eau qui désaltère, qui irrigue et qui lave, est symbole de vie, de fertilité et de pureté. Les Romains attachaient la plus grande importance à la qualité de l’eau qu’ils buvaient et dans laquelle ils se baignaient régulièrement. Capter l’eau, la conduire, la faire jaillir dans les fontaines, signifiaient le luxe et la maîtrise technique.

A Lugdunum, quatre grands aqueducs pouvaient déverser chaque jour dizaines de milliers de m3 d’eau : par leur longueur et leur complexité, unique dans le monde romain, ils attestent des moyens considérables mis en œuvre pour conduire l’eau jusqu’aux points les plus élevés de la ville.

L’exposition AQUA – L’invention des Romains réunit une présentation d’objets archéologiques, maquettes, reconstitutions, vidéos et photographies. De la source à l’évacuation, l’exposition présente le cycle de l’eau et ses usages à l’époque romaine, confrontés à nos pratiques d’aujourd’hui. Une sélection de gravures et une exposition de photos de Philippe Schuller consacrée à l’aqueduc du Gier (Mémoire d’eau) rappellent la place que les ouvrages de l’Antiquité tiennent encore dans le paysage d’aujourd’hui.
Tarif : 7 € / 4,50 € / Gratuit pour tous le 1er dimanche du mois.

> AUTOUR DE L’EXPOSITION
+ VISITES GUIDÉES / Les dimanches à 15h :
– 12, 19, 26 novembre
– 17, samedi 23, mardi 26, mercredi 27, jeudi 28,
vendredi 29 et samedi 30 décembre
– 14, 21 et 28 janvier – 11, 18 et 25 février
– 11, 18 et 25 mars
– 15 et 29 avril
et 6 mai, dernier jour de l’exposition !
Durée : 1h / Tarif : billet d’entrée du musée + 3 € / Maximum : 25 personnes / Sans réservation.

Nov
24
ven
Pompeii, the Immortal City @ Bourse de Bruxelles.
Nov 24 2017 – Avr 15 2018 Journée entière
Pompeii, the Immortal City @  Bourse de Bruxelles. | Bruxelles | Bruxelles | Belgique

L’Asbl Musée de l’Europe, en collaboration avec Tempora et son partenaire italien Civita, a mis sur pied une exposition d’exception à Bruxelles sur l’histoire de Pompéi intitulée « Pompeii : the Immortal City ».

Le Museo Galileo Firenze et le Museo archeologico nazionale di Napoli ont élaboré le scénario scientifique du parcours. L’exposition plonge le visiteur au cœur du drame et des ruines de l’antique cité. Des moments immersifs spectaculaires font vivre au visiteur la destruction de la cité et le font communier avec les habitants de l’époque, figés dans les cendres du Vésuve.

Plus de cent pièces archéologiques provenant de Pompéi, dont bon nombre exposées pour la première fois, révèlent la connaissance qu’avaient les Romains de la nature et leurs compétences scientifiques et techniques au moment de l’éruption du Vésuve en 79 apr. J.-C.

Tous les moyens de la muséologie actuelle ont été monopolisés pour faire revivre la cité antique détruite en 79 apr. J.-C.

⇒ Téléchargez ici la brochure de l’exposition

Rituels grecs. Une expérience sensible @ Musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse
Nov 24 2017 – Mar 25 2018 Journée entière
Rituels grecs. Une expérience sensible @ Musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse | Toulouse | Occitanie | France

« Rituels grecs. Une expérience sensible » invite les visiteur à activer leurs sens et découvrir les relations entretenues par les Grecs anciens envers les dieux, au musée Saint-Raymond, musée des Antiques de Toulouse, du 24 novembre 2017 au 25 mars 2018.

Comment les Grecs anciens vivaient-ils leur religion au quotidien ?
Les dieux n’étaient pas confinés dans leurs temples ! Ils pouvaient se rendre visite, habiter des bois, être conviés aux repas… Ils étaient partout et patronnaient les activités journalières, mais aussi les événements importants de la vie des hommes.

Quatre de ces étapes ont été choisies dans l’exposition : le mariage, le sacrifice en l’honneur des divinités, le banquet et les funérailles. Elles correspondent à quatre moments de la vie des Grecs, au cours desquels les dieux intervenaient de différentes manières : protéger la jeune fille qui devient femme lors de son mariage, assurer le voyage dans l’au-delà au moment des funérailles, etc.

Pour convoquer les dieux, s’assurer de leur présence, communiquer avec eux, les hommes accomplissaient des rituels dans lesquels intervenaient tous les sens : ils offraient des produits parfumés (fleurs, huiles), jouaient de la musique, récitaient des prières, dégustaient des mets, s’habillaient de couleurs plus ou moins chatoyantes selon le contexte.

Bien sûr nous ne disposons ni de photo ni de vidéo permettant de retracer les rituels avec justesse.
L’exposition est le fruit d’un rigoureux et minutieux travail de recherche sur les textes par les universitaires pour reconstituer la richesse comme la diversité polysensorielle de ces rituels ; recherche appuyée ici par des prêts européens exceptionnels dont celui particulièrement généreux du musée du Louvre. Ainsi, le visiteur est-il appelé à vivre une expérience dans laquelle tous ses sens sont convoqués. En écoutant des extraits de musique grecque ancienne, en observant les objets utilisés en contexte rituel, en touchant les étoffes tissées et teintes pour l’occasion, en testant les cosmétiques reconstitués, il réalisera combien l’univers de la Grèce antique est loin d’être silencieux et aseptisé.

Nous n’avons plus les mêmes goûts que les Grecs de l’Antiquité, les mêmes capacités olfactives ou qualités d’observation, car les façons de percevoir l’environnement évoluent comme la mode ! Et surtout 2 500 ans nous séparent, de nombreux filtres culturels et environnementaux se sont interposés, les plantes elles-mêmes ont évolué. Prétendre retrouver tout cela serait un leurre dans lequel l’exposition ne tombe pas. C’est donc une immersion originale dans une toute autre manière de ressentir qui est proposée dans cette exposition labélisée d’Intérêt National.

 

Réservation pour les groupes

10 personnes au minimum, 20 personnes au maximum, 1 h 15 de visite.
Tarif : 35 € + droit d’entrée individuel.
Réservation en ligne
Contact : 05 62 27 49 57.

Visite guidée pour les individuels

15:00-16:15 | 3 € + droit d’entrée à l’exposition
Mois de novembre 2017 : dimanche 26, mercredi 29.
Mois de décembre 2017 : dimanche 3, mercredi 6, dimanche 10, mercredi 13, dimanche 17, mercredis 20 et 27.
Réservation

Mois de janvier 2018 : mercredi 3, dimanche 7, mercredi 10, dimanche 14, mercredi 17, dimanche 21, mercredi 24, dimanche 28, mercredi 31.
Mois de février 2018 : dimanche 4, mercredi 7, dimanche 11, mercredi 14, dimanche 18, mercredi 21; dimanche 25, mercredi 28.
Mois de mars 2018 : dimanche 4, mercredi 7, dimanche 11, mercredi 14, dimanche 18, mercredi 21; dimanche 25.
Réservation (en attente)

Fév
23
ven
CHRÉTIENS D’ORIENT 2000 ANS D’HISTOIRE @ MUba Eugène Leroy
Fév 23 – Juin 11 Journée entière
CHRÉTIENS D'ORIENT 2000 ANS D'HISTOIRE @ MUba Eugène Leroy | Tourcoing | Hauts-de-France | France

Après son succès à l’Institut du monde arabe à Paris, l’exposition-évènement Chrétiens d’Orient – 2000 ans d’Histoire, est présentée au MUba Eugène Leroy, musée des Beaux-Arts de Tourcoing du 22 février 2018 au 11 juin 2018. Dans une scénographie inédite adaptée aux lieux et nourrie de nouveaux chefs d’oeuvres, l’exposition proposera une traversée de l’histoire religieuse, politique, culturelle et artistique des communautés chrétiennes, de l’Antiquité à nos jours.