Accueil » Actualités » Textes Officiels & Sujets de concours » Depuis quand le nombre de lauréats des concours du Capes et de l’agrégation de Lettres classiques ne compense plus le nombre de départs en retraite ?
CapesAgregPostes

Depuis quand le nombre de lauréats des concours du Capes et de l’agrégation de Lettres classiques ne compense plus le nombre de départs en retraite ?



Pour répondre à cette question, il faut disposer de données précises. Prenons le cas des certifiés et agrégés du public (toutes disciplines confondues) pour lesquels on dispose des données par âge (http://www.data.gouv.fr/fr/dataset/le-personnel-enseignant-du-scolaire-structure-par-age-00000000).
Sources : les effectifs observés sont donnés annuellement soit par les Notes d’information de la DEP pour le CAPES et l’agrégation, soit par les Tableaux de l’Éducation nationale, devenus Repères et Références Statistiques. Toutes les statistiques portent sur l’ensemble concours externe et interne.
Soit pour l’année 2012 les effectifs des certifiés selon l’âge :

65

197

64

504

63

865

62

1469

61

2225

60

4138

59

5653

On voit une décroissance mais pour la mesurer exactement il faut faire un raisonnement un peu complexe en tenant compte des générations : les 197 nés en 1947 ont 65 ans en 2012 et pour savoir ceux qui ont pris leur retraite dans l’année précédente, il faut comparer avec les effectifs de ceux (nés en 1947) qui avaient 64 ans en 2011. Soit les chiffres de l’année précédente :

65

173

64

453

63

831

62

1369

61

2339

60

3640

59

6280

Dans cette génération, ils étaient 453 à avoir 64 ans en 2011 et il n’en reste plus que 197. Sont donc partis 453 – 197 = 256.

On recommence pour les tranches d’âge à partir de 60 ans et l’on a :

Age

Année 2013

Année 2012

Départs

65

197

453

256

64

504

831

327

63

865

1369

504

62

1469

2339

870

61

2225

3640

1415

60

4138

6280

2142

Total

5514

On ne tient pas compte des départs à la retraite avant 60 ans ni des autres départs et ce résultat est analogue aux postes mis au concours en 2013 qui est de 5557.

Pour les agrégés (toujours du public) on a le tableau suivant :

Age

Année 2013

Année 2012

Départs

65

52

167

115

64

176

336

160

63

242

484

242

62

406

779

373

61

698

1168

470

60

1110

1777

667

total

2027

Aux 2027 départs correspondent 2007 postes mis au concours.

Comme les effectifs totaux du second degré ont peu évolué (1%):

Effectifs du second degré public (en milliers) Repères 2013 p 97

2010

2011

4213,9

4265,4

on peut faire l’hypothèse que globalement, les postes mis au concours correspondent aux départs à la retraite.

Fautes de données sur la structure par âge des latinistes, on ne peut que faire l’hypothèse qu’il en est de même pour les latinistes.

Évolution démographique

On se centre donc maintenant sur les postes : voici l’évolution pour les certifiés de lettres classiques, lettres modernes et mathématiques de 1992 à aujourd’hui :
PostesLettresClModMaths

Le parallélisme des évolutions laisse penser que ce sont les évolutions démographiques générales qui s’imposent aux diverses disciplines.

Nous pouvons maintenant regarder ce qu’il en est des candidats présentés, des admis et des postes proposés pour cette période en lettres classiques (pour l’ensemble certifiés et agrégés cette fois):

CapesAgregPostes

En ce qui concerne l’agrégation de lettres classiques, tous les postes proposés sont pourvus. La différence entre le total des postes mis aux concours et les admis ne vient que des Capes, dont tous les postes ne sont pas pourvus.

La réponse à la question initiale est donc que de 1992 à 1999 et depuis 2011, tous les postes proposés ne sont pas pourvus.

Les chiffres des postes non-pourvus sont les suivants :

Postes non pourvus

1992

280

1993

262

1994

276

1995

260

1996

282

1997

155

1998

80

1999

21

2011

108

2012

78

2013

139

Comme en moyenne les postes de Capes de lettres classiques représentent 20% du nombre de postes de Capes de lettres modernes, on peut faire l’hypothèse que les enseignants sont dans le même rapport.

En 2012 (RERS 2013 p.303) les enseignants de lettres sont au collège de 30 940 et dans les Lycées généraux de 15 492 soit un total de 46 432 dont on peut estimer que 20% soit 9286 peuvent enseigner le latin. Un déficit de 139 postes non pourvus correspond donc à 1,5%. En 1992, sur les mêmes bases, cela correspondrait à un déficit de 3%.

Origine du déficit

Comme je l’ai montré à propos du Capes dans Situation statistique du CAPES de lettres classiques, le déficit de postes vient du fait que le nombre de candidats présentés est inférieur au nombre de postes au concours comme le reflète le schéma suivant :

CAPESClassique1992-2013

A propos Philippe Cibois

Photo du profil de Philippe Cibois
Professeur émérite de sociologie de l'université de Versailles - St-Quentin en Yvelines. Animateur du site La question du latin http://enseignement-latin.hypotheses.org. "La question du latin", qui reprend le titre d'un ouvrage de Raoul Frary paru en 1885 veut être un lieu de discussion portant principalement sur la question du renouvellement des finalités de son enseignement.

Une réaction

  1. Cette publication a été remarquée par : Cinq années de La question du latin | La question du latin

Aller à la barre d’outils