Accueil » Livres, audio, videos, jeux » Livres » La mort n’est pas une fin

La mort n’est pas une fin


Romans / Polar à sujet antique     Langue : français
Monde : Orient     Période historique : Science-Fiction
Auteur : Christie, Agatha
Editeur : Le Masque

Elle est bien belle, la concubine qu’Imhotep a ramenée de son voyage dans le Nord. Mais elle n’est qu’une étrangère, et on ne l’aime pas. D’ailleurs, depuis qu’elle a ensorcelé le maître, rien ne va plus au domaine. Et ce démon va finir par décider de tout si l’on n’y prend pas garde. Il faut agir avant qu’il ne soit trop tard. Si elle venait à disparaître, le coeur d’Imhotep retournerait à ses fils. Il suffirait d’écraser le serpent, et tout redeviendrait comme avant. Est-ce bien certain ? Le mal vient-il seulement de l’étrangère ? On dirait qu’un poison intérieur ronge aussi la maison du maître…
Traduction nouvelle de Marie-France Franck.

Sur les bords du Nil, en Égypte, près de Thèbes, 2 000 ans avant Jésus-Christ. Prêtre de la maison des morts, Imhotep doit veiller à l’entretien du tombeau d’un riche notable. En échange, il a reçu de nombreuses terres et des troupeaux. Ce propriétaire avisé n’a pas confiance dans l’esprit d’initiative de sa progéniture à qui il impose ses décisions. Devenue veuve, sa fille Renisenb revient vivre au domaine familial, et perçoit vite les tensions générées par cette dictature patriarcale. Les choses s’aggravent lorsque Imhotep rentre de Memphis accompagné de Nofret, une beauté de 18 ans présentée comme sa concubine. Le ton monte entre le père et ses fils à qui il reproche de n’avoir pas respecté ses consignes. Lorsqu’il repart régler quelques affaires, Nofret préfère rester seule au sein d’une famille hostile. Elle est jeune, belle et sait fort bien s’y prendre pour devenir riche. Pourtant, cet esprit machiavélique ignore que son attitude va déclencher une série de meurtres.
Ce huis clos familial et les rivalités qui en découlent constitue l’unique roman historique d’Agatha Christie. Bien qu’elle ait choisi l’Égypte antique comme décor exotique, son intrigue reste résolument moderne. Une autre singularité de ce roman tient à l’absence de détective car délaissant ses habituelles enquêtes, la reine du crime a préféré écrire une chronique criminelle fluide et bien enlevée. Claude Mesplède

A propos Robert Delord

Robert Delord
Enseignant - ex-formateur Lettres Classiques (Acad. Grenoble) Langues et Cultures de l'Antiquité / Lettres / TICE / Image / Education aux médias - Président de l'association "Arrête ton char !" - vice-président de l'Association Antiquité Avenir - ex-membre de l'équipe du projet Musagora (auteur et modérateur de la liste) - membre démissionnaire du CNIRE

Laisser un commentaire