Accueil » (mis à jour) L’enseignement du latin & le grec : quel avenir avec la réforme du collège 2016 ?
DP-college-haut-de-page-pictoL-Ecole-Change_398542

(mis à jour) L’enseignement du latin & le grec : quel avenir avec la réforme du collège 2016 ?

(première publication le 15 avril à 17h24)

La synthèse présentée ci-dessous vise à faire un point dépassionné sur les différentes annonces.

 

Sommaire :
1. La situation du latin et du grec au collège avant la réforme
a. le statut du latin / du grec
b. les programmes
c. les effectifs
2. La réforme envisagée et les changements qu’elle impliquerait

3. Pétitions & actions militantes des enseignants

 

 

 

 1. La situation du latin & du grec au collège avant la réforme

LE STATUT DU LATIN / DU GREC 

Au collège, latin & grec sont des enseignements optionnels facultatifs. Un enseignement optionnel facultatif ne fait pas partie des enseignements obligatoires que doit suivre un élève, mais il lui est proposé, sans restriction. Tout élève qui le souhaite doit donc pouvoir commencer le latin en 5ème, le grec en 3ème.

 

⇒  Selon,l’arrêté du 26-12-1996 (JO du 8-1-1997 ; BO n°5 du 30-1-1997), un élève peut suivre jusqu’à deux enseignements optionnels facultatifs, en plus de la LV2 (enseignement optionnel obligatoire) :

“En plus des enseignements communs à tous les élèves, chaque élève suit un enseignement optionnel obligatoire de deuxième langue vivante en classe de quatrième et peut suivre un ou deux enseignements optionnels facultatifs organisés dans les conditions définies en annexe.”

(consulter la version en vigueur à ce jour)

 

⇒ il est tout à fait possible de proposer de suivre un enseignement facultatif de latin en classe de cinquième et un enseignement de grec en classe de troisième aux élèves des classes dites « bilangues », mises en place à titre expérimental, conformément aux dispositions de la circulaire de préparation de la rentrée 2004 n°2004-015 du 27 janvier 2004 :

Ainsi pour pallier certaines dérives concernant les enseignements optionnels, sera élaborée une carte académique incitant, au niveau local, notamment au sein des bassins, les établissements à améliorer la complémentarité de leur offre de formation.

 

⇒ les horaires fixés pour le  cycle central sont les suivants, comme le précise le site EDUSCOL :

pour la 5ème : 2h de latin

pour la 4ème : 3h de latin

pour la 3ème : 3h de latin et/ou 3h de grec ancien.

 

⇒ L’arrêté du 2 juillet 2004 relatif à l’organisation des enseignements du cycle d’orientation, applicable depuis la rentrée scolaire 2005, précise qu’il est tout à fait possible pour un élève de cumuler l’enseignement du grec et du latin.

(3) Dans la mesure des possibilités des collèges (capacité d’accueil et organisation des emplois du temps), certains élèves peuvent suivre à la fois un enseignement de latin et de grec.

 

⇒ Rien ne précise dans les textes qu’une sélection doit être effectuée à l’entrée d’un enseignement facultatif. De même, aucun “quota” de latinistes / hellénistes  par cohorte d’élève n’est défini.

 

– Rien ne précise dans les textes qu’un élève est obligé de poursuivre l’option facultative sur les 3 ans du cycle central (dans le cas du latin) ou au lycée, mais il y est tout de même encouragé :
Le B.O. n°10 du 6 mars 1997 semble assez restrictif :

L’option latin est un enseignement qui a vocation à être suivi sur l’ensemble du collège.”

Le B.O. 11 7 N°3 20 JANV. 2000 CIRCULAIRE N°2000-009 DU 13-1-2000 explicite et remplace la formule :

« La classe de cinquième : l’enseignement du latin

L’enseignement du latin. Les élèves qui le souhaitent peuvent commencer l’étude du latin en classe de 5ème, en tant qu’option facultative. On appellera l’attention des élèves et de leur famille sur le point suivant : l’option latin est un enseignement destiné à être suivi sur l’ensemble de la scolarité en collège puis en lycée, tout particulièrement pour les élèves choisissant un parcours littéraire ; il est en effet anormal de constater une déperdition de près du quart des élèves inscrits en option latin entre la classe de 5ème et la classe de 3ème

La classe de troisième : l’enseignement du grec ancien
Depuis la rentrée 1999, les élèves de 3èmeà option langue vivante 2 qui le souhaitent peuvent commencer l’étude du grec en classe de 3ème, en tant qu’option facultative. L’option grec ancien,comme l’option latin, est un enseignement destiné à être suivi sur l’ensemble de la scolarité».

 

En 1997 déjà, le B.O. n°10 du 6 mars 1997 expliquait également qu’un élève pouvait toutefois «demander à ne pas poursuivre l’apprentissage du latin en fin d’année scolaire, plus souvent en fin de cycle » mais encadrait cette possibilité par l’obligation faite aux « établissements [d’examiner] ces demandes individuelles ».

C’est donc une politique d’établissement qui régit les possibilités de sorties / entrées dans l’option, en rien les textes officiels.

 

⇒ Les résultats obtenus dans les enseignements facultatifs latin ou grec sont pris en compte pour l’attribution du DNB (Diplôme National du Brevet) comme l’indique l’arrêté du 18 août 1999 .

 

Sont également pris en compte les points obtenus au-dessus de la moyenne de 10 sur 20 dans l’un des enseignements optionnels facultatifs choisis par le candidat

– latin ou grec ;

 

⇒ A savoir : depuis 2009, on parle plutôt de “langues et cultures de l’Antiquité”

 

LES PROGRAMMES

Le BO n°31  du  27  août 2009  en  vigueur  offre un programme  détaillé  pour  chaque  niveau  en  latin  ainsi  que  pour  le  grec.

Le préambule de ces programmes explique l’esprit de l’enseignement des langues anciennes :

“La culture humaniste permet aux élèves d’acquérir tout à la fois le sens de la continuité et de la rupture, de l’identité et de l’altérité. […] Elle se fonde sur l’analyse et l’interprétation des textes et œuvres d’époques et de genres différents. Elle repose sur la fréquentation des œuvres littéraires (récits, romans, poèmes, pièces de théâtre) qui contribue à la connaissance des idées et à la découverte de soi. (Socle commun de connaissances et de compétences)
Les cours de langues anciennes permettent à l’élève de découvrir directement et personnellement la richesse et la fécondité de textes fondateurs qui ont nourri et ne cessent de nourrir la pensée, la création artistique, la vie politique et sociale. L’élève peut ainsi acquérir les repères indispensables pour mettre en perspective les représentations du monde qui lui sont proposées quotidiennement dans notre société de la communication. Ces allers et retours à travers l’histoire entre les mondes grec et romain et les mondes contemporains exercent l’esprit critique, favorisent la perception des permanences et des évolutions. Ainsi l’enseignement des langues anciennes rayonne-t-il vers les autres disciplines, scientifiques, historiques, linguistiques, artistiques.
La lecture, pratiquée selon des modalités souples et diverses, ainsi que l’analyse et l’interprétation des textes authentiques, sont au cœur de l’apprentissage des langues de l’Antiquité. Grâce à la lecture des textes, l’élève apprend une langue et il découvre qu’elle est de façon privilégiée et multiple à l’origine de la nôtre ; cet apprentissage favorise et renforce aussi notablement la connaissance des langues étrangères, ainsi que la conscience d’une appartenance européenne”

Des  ressources  d’accompagnement  proposant  des  choix  de  textes  et  d’œuvres  artistiques  sont  en  ligne  sur  le  site  Eduscol:

http://eduscol.education.fr/cid52757/langues-et-cultures-de-l-antiquite.html

 

 LES EFFECTIFS

Combien d’élèves suivent des cours de latin et/ou de grec ancien en France ? Réponse précise dans le document officiel “REPÈRES RÉFÉRENCES STATISTIQUES 2014” p.133 :

Lire le document sur :

On y trouvera notamment ce graphique qui montre l’évolution en % du nombre d’élève hellénistes et latinistes depuis 1996 :

graph

 2. La réforme envisagée et les changements qu’elle impliquerait

Rappel chronologique des informations glanées concernant l’enseignement du latin et du grec ancien depuis l’annonce du projet de réforme.

 

 11 mars 2015   Le projet de réforme est officiellement présenté par Mme Vallaut-Belkacem, Ministre de l’Education.

Projet à lire sur le site education.gouv.fr : http://www.education.gouv.fr/cid86831/college-mieux-apprendre-pour-mieux-reussir.html

 

L’esprit de cette réforme est expliqué en préambule :

Le collège de 2016 devra mieux enseigner les savoirs fondamentaux, former à d’autres compétences et avoir un fonctionnement quotidien assoupli pour s’adapter à la diversité des besoins des élèves. La réforme du collège concerne simultanément les programmes, les pratiques d’enseignement et l’organisation pédagogique.

 

Les Langues et Cultures de l’Antiquité sont l’objet de deux mentions :

1. le latin sera intégré aux nouveaux programmes de français :

Les nouveaux programmes de français

Les nouveaux programmes de français mettent au centre la maîtrise et l’utilisation de la langue, à l’oral et à l’écrit. Les nouveaux attendus de maîtrise de la langue sont plus exigeants. Par ailleurs, afin de contribuer à améliorer le niveau en français de tous les collégiens, des éléments culturels et linguistiques des langues anciennes seront intégrés dans le programme de français. L’excellence sera ainsi mise au service de la réussite de tous et de la réduction des inégalités de maîtrise de la langue française.

2. le latin sera une des thématiques des EPI (enseignement pratique interdisciplinaire)

À compter de la rentrée 2016, pour mieux s’approprier des savoirs abstraits, les élèves bénéficieront d’enseignements pratiques interdisciplinaires. Ils permettront aux élèves de comprendre le sens de leurs apprentissages en les croisant, en les contextualisant et en les utilisant pour réaliser des projets collectifs concrets.

Ces projets s’inscriront dans l’un des huit nouveaux thèmes de travail correspondant aux enjeux du monde actuel : développement durable ; sciences et société ; corps, santé et sécurité ; information, communication, citoyenneté ; culture et création artistiques ; monde économique et professionnel ; langues et cultures de l’Antiquité ; langues et cultures régionales et étrangères.
Ces temps de travail sont des moments privilégiés pour mettre en œuvre de nouvelles façons d’apprendre et de travailler pour les élèves. Ils développeront l’expression orale, l’esprit créatif et la participation.
Les projets sont pris en charge par les enseignants de toutes les matières qu’ils sollicitent. Ils définissent en équipe les contenus des cours.
Ils concernent les élèves du cycle 4 : 5e, 4e, 3e. Ils travailleront sur au moins deux thèmes chaque année.
Les nouveaux thèmes de travail sont inscrits dans les programmes. Les projets sont évalués et inclus dans les compétences du diplôme national du brevet.
Les collèges qui proposaient l’option facultative latin pourront l’inclure dans la matière complémentaire Langues et cultures de l’Antiquité. Les élèves pourront ainsi, s’ils le souhaitent, poursuivre l’apprentissage du latin de la 5e à la 3e.
Des exemples de projets concrets seront proposés par le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche sur son site eduscol.education.fr.

 

 12 mars 2015   Devant les très nombreuses inquiétudes exprimées sur les réseaux sociaux, Mme Florence Robine, directrice générale de l’enseignement scolaire (DGESCO) cherche à rassurer sur twitter :

13 mars 2015   Sandrine Chesnel, journaliste à L’Express réussit à joindre Mme Robine de la DGESCO afin qu’elle précise ses récents propos. Dans l’article “Qui veut la peau du latin ?“, on apprend ainsi que : – le grec ancien n’est pas mis sur la touche. – le latin /le grec sera un EPI dérogatoire : “contrairement aux autres EPI, l’EPI ‘Langues et civilisations de l’Antiquité’ pourra être suivi tout au long de l’année, et même jusqu’à la fin du collège, pour les élèves qui le souhaitent. Même chose pour l’EPI ‘Langues et cultures régionales. – les élèves pourront choisir d’arrêter le latin / grec à la fin de chaque année au collège, et ce pour ne pas bloquer les élèves qui avaient du mal à s’engager auparavant. – “des éléments culturels et linguistiques latins, mais aussi grecs, pour éclairer la construction de la langue française” seront enseignés en cours de français         Sur Twitter, Mme Robine continue à rassurer :

et

  17 mars 2015   Le ministère envoie aux syndicats trois fiches de travail pour discuter des  modalités de la réforme du collège 2016. Sur le site du syndicat SE-UNSA, on peut retrouver cette première version des fiches : http://www.se-unsa.org/spip.php?article7787 .     On y apprend à propos des EPI que : – un élève travaillera au moins 2 thèmes différents par année – les EPI occupent une durée de 3h sur la semaine de cours (soit 1h30 par EPI) – les EPI sont déduits du temps d’enseignement disciplinaire.       24 mars 2015   Mme Vallaud-Belkacem, Ministre de l’Education intervient à 16h auprès de la commission parlementaire des Affaires Culturelles et de l’Education pour discuter du projet de Réforme du collège.     Pour répondre à la question d’un député, M. Hetzel, elle garantit que : “Les élèves bénéficieront exactement du même nombre d’heures pour pratiquer les langues anciennes.” mais que les options seront bien supprimées. Elle appelle de ses voeux “des langues anciennes pour tous, alors que  20% seulement des élèves en bénéficient“.

 

 

25 mars 2015   Deuxième version des 3 fiches décrivant les modalités de la réforme du collège 2016.

(consulter ces fiches sur le site du SNES : https://www.snes.edu/Reforme-du-college-la-consultation-continue)

 

Les nouveautés :

– Les langues anciennes apparaissent désormais dans les grilles horaires sous un autre nom “enseignement de complément”. Si les horaires indiqués pour ces “enseignements de complément” ne sont pas en conformité avec ce qui avait été dit la veille par Mme Vallaud-Belkacem, c’est parce que le latin ou le grec dans le cadre de l”enseignement de complément’ (1h en 5h / 2h en 4è et 3è) vient compléter l’horaire de l’élève qui aurait déjà choisi l’EPI LCA (1h30/semaine).

Fiche 3 (v2) / Projet de grille horaire / Page 2 (capture)
Fiche 3 (v2) / Projet de grille horaire / Page 2 (capture)

Au moins deux thèmes sont travaillés par année par chaque élève. Au moins six des huit thèmes sont travaillés au cycle 4 par chaque élève.
Les élèves qui le souhaitent suivent, en complément de l’enseignement pratique interdisciplinaire de Langues et cultures de l’Antiquité, un enseignement de complément d’une heure hebdomadaire en langue ancienne en classe de 5e, de deux heures hebdomadaires en classe de 4e et en classe de 3e.

– les “enseignements de complément” ne font pas l’objet d’une dotation spécifique, alors que “Les enseignements pratiques interdisciplinaires disposent d’un volume horaire dédié“.

 

 31 mars 2015    Un projet d’arrêté  relatif à l’organisation des enseignements dans les classes de collège est proposé aux syndicats

 

Le consulter sur le site du SNALC :

En ce qui concerne la dotation des ‘enseignements de complément’, l’article 7 apporte des précisions : chaque établissement reçoit une dotation horaire qui lui permettra de favoriser le travail en groupe à effectifs réduits et les interventions conjointes de plusieurs enseignants.
Cette dotation sera égale à 2h45 / semaine / division en 2016 – 3h/ semaine / division en 2017.
Il est également possible d’utiliser cette dotation pour doter l’ enseignement de complément aux enseignements pratiques interdisciplinaires.

Article 7
Outre la dotation horaire correspondant aux enseignements obligatoires, une dotation horaire est mise à la disposition des établissements afin de favoriser le travail en groupes à effectifs réduits et les interventions conjointes de plusieurs enseignants, conformément à l’article D. 332-51 du code de l’éducation. Son volume pour l’établissement est arrêté par le recteur d’académie, sur la base de deux heures quarante-cinq minutes par semaine et par division pour la rentrée scolaire 2016, puis sur la base de trois heures par semaine et par division à compter de la rentrée scolaire 2017.

L’emploi de cette dotation est réparti proportionnellement aux besoins définis dans le projet d’établissement pour chaque niveau d’enseignement conformément au II de l’article D. 332-3 du code de l’éducation.

Cette dotation horaire attribuée à l’établissement lui permet également, dans le cadre de son projet pédagogique, de proposer, pour les élèves volontaires, un enseignement de complément aux enseignements pratiques interdisciplinaires prévus à l’article 4, qui porte sur un enseignement de langues et cultures de l’antiquité ou sur un enseignement de langue et culture régionales. Cet enseignement peut être suivi au cours des trois années du cycle 4, dans la limite d’une heure hebdomadaire en classe de cinquième et de deux heures hebdomadaires pour les classes de quatrième et de troisième.

 

 31 mars 2015    La CNARELA (Coordination Nationale des Associations Régionales des Enseignants de Langues Anciennes) et plusieurs associations (AFPLA-CPL, APLAES, APLettres, SEL, SLL)  sont reçues  au Ministère de l’Education suite à leur demande d’audience du 13 mars,.

Lire le compte-rendu de l’audience publié le 4 avril sur le site de la CNARELA : http://www.cnarela.fr/LinkClick.aspx?fileticket=Fn_bI0HIFXU%3d&tabid=36&language=fr-FR

 

Face aux questions précises et pertinentes des associations, Mme Agathe CAGE, conseillère en charge du second degré, des programmes, et de l’évaluation des élèves apporte des précisions  :

– Deux EPI (sur les 8 éventuels) auront un statut particulier : langues anciennes et langues régionales. Un élève peut en effet suivre ce même EPI trois années de suite, alors que c’est impossible pour les autres EPI.

– l’EPI LCA est tourné vers la culture et la civilisation. Les élèves qui le souhaitent peuvent également s’impliquer dans l’enseignement de complément, dédié lui plus particulièrement à l’étude de la langue.

– Il faut absolument suivre l’EPI pour bénéficier d’un enseignement complémentaire à cet EPI.

– L’EPI LCA “a vocation à être suivi par plus de 15% des élèves”

– L’EPI LCA peut être éventuellement suivi sur un seul semestre.

– Les EPI seront régis par des programmes et évalués dans le cadre de la maîtrise du socle. Un programme sera également précisé pour l’enseignement de la langue dans le cadre de l’enseignement de complément à l’EPI LCA.

– Les éléments de langue latine et grecque introduits dans le programme de français par le CSP ne se limiteront pas à une initiation à la langue latine. Il s’agira de quelques éléments favorisés : travail plus poussé sur l’étymologie, les règles de grammaire

– Le cumul latin / grec serait encore possible, puisqu’il l’était déjà.

 

 9 avril 2015    Un dossier est publié sur le site eduscol : “Questions/réponses sur la nouvelle organisation du collège”
http://eduscol.education.fr/cid87584/questions-reponses-sur-la-nouvelle-organisation-du-college.html#le_latin

Que deviennent le latin et le grec avec cette réorganisation ?

Comme aujourd’hui, les élèves qui le souhaitent pourront apprendre le latin de la 5e à la 3e et le grec en 3e.

L’accès à ces apprentissages sera diversifié, afin de s’assurer que tous les élèves puissent en tirer bénéfice et non plus seulement une minorité : les éléments fondamentaux des apports du latin et du grec à la langue française feront l’objet d’un enseignement dans le cadre des cours de français ; tous les élèves pourront profiter d’un EPI portant sur les langues et cultures de l’antiquité, une ou plusieurs fois au cours de leur scolarité, et, ainsi, accéder à des apports culturels essentiels à notre civilisation ; enfin, un enseignement de complément sera accessible à ceux qui souhaitent approfondir l’apprentissage des langues anciennes, à raison d’une heure en classe de 5e, de deux heures en classe de 4e et en classe de 3e. Ces derniers auront donc le même nombre d’heures d’enseignement que les élèves qui suivent aujourd’hui l’option de langues anciennes.

L’excellence sera ainsi mise au service de la réussite de tous et de la réduction des inégalités de maîtrise de la langue française.
Langues_et_cultures_de_l_antiquite_410063

Le schéma laisse ainsi entendre que sur le cycle 4, un élève  pourrait suivre :

– en EPI LCA: 1h en 5/ 1h en 4è / 1h en 3ème par semaine

– en enseignement complémentaire : 1h en 5ème / 2h en 4ème / 2h en 3ème.

On notera donc que l’EPI LCA a pour nouvelle particularité d’être doté d’une heure, pour 1h30 auparavant…

 

 10 avril 2015    A l’occasion de Conseil supérieur de l’Education, la réforme du collège est entérinée.

Communiqué de presse : http://www.education.gouv.fr/cid87892/adoption-de-la-reforme-du-college-conseil-superieur-de-l-education-du-10-avril-2015.html

 

La ministre a par ailleurs souligné que les discussions menées ces dernières semaines avaient permis d’apporter de vraies réponses, en assurant la stabilité des horaires disciplinaires et de trouver des réponses à certaines inquiétudes qui s’étaient exprimées sur les langues anciennes ou sur les langues vivantes.

La ministre a enfin rappelé que ce projet répondait aux orientations fixées début mars. Et de conclure :
“C’est une réforme profondément pédagogique qui fait évoluer les pratiques pour que les élèves apprennent mieux et réussissent mieux. Une réforme qui fait confiance aux équipes enseignantes en leur donnant des marges de manœuvre pour mieux répondre aux besoins des élèves. Une réforme opérationnelle avec un plan de formation ambitieux qui va pouvoir s’engager et des ressources en cours de production pour que chaque acteur puisse la faire vivre et l’appliquer dans les établissements.”

 

Cette infographie résumé les nouveaux emplois du temps du collège :

emploi-du-temps-college-infographie_411149.99

 

 13 avril 2015 

Mme Vallaud-Belkacem est en direct chez Jean-Jacques Bourdin. Elle s’y déclare ahurie par la campagne de désinformation qui règne et rappelle que les horaires sont maintenus, tout en faisant en sorte de rendre ces langues anciennes accessibles à plus d’élèves.

 

Le CSP (Conseil Supérieur des Programmes) publie les projets de nouveaux programmes pour l’école élémentaire et le collège : http://www.education.gouv.fr/cid87938/projets-de-programmes-pour-l-ecole-elementaire-et-le-college.html

Aucun programme précis n’est fourni pour l’EPI langues anciennes, ni pour son enseignement de complément. Selon Michel Lussault, Président du Conseil supérieur des programmes, sur twitter :

 

Les programmes du cycle 4 offrent peu de liens avec l’antiquité  :

– la période “Antiquité” est traitée dans le programme d’histoire à la fin du cycle 3

– En français , on peut imaginer la mise en place d’EPI en lien avec le latin autour de plusieurs  thèmes : “héros et héroïsmes” (5ème), “Agir dans la cité : individu et pouvoir” (3ème)….

– en langues vivantes, les rapprochement avec les langues anciennes sont encouragés (au conditionnel) : Dans la cohérence du domaine 1 du socle, il s’agit d’aller dans le sens d’une éducation langagière globale. Travailler et réfléchir les langues entre elles, y compris le français et les langues anciennes, ne serait-ce que ponctuellement, doit contribuer à la mise en place et au transfert de stratégies diversifiées et réfléchies d’apprentissage et de communication.»

 

Pas de programme précis pour l’introduction dans le cours de français d’éléments du latin et du grec :

– page 7 : une des finalité du cours de français est de “Réfléchir sur sa langue : en quoi elle permet de penser et communiquer. La comparer à d’autres langues, y compris les langues anciennes. »

– La compétence “construire des compétences langagières” attendue à la fin du cycle 4 passe notamment par les connaissances sur l’: « étymologie et emprunt aux langues : bases latines et grecques, dérivation et composition à partir d’éléments latins ou grecs»

– page 19, un appui de l’étude de la langue sur les langues anciennes, particulièrement le latin, est conseillé : étude du lexique (étymologie,composition), fonctions syntaxiques ; comparaison du français et du latin.

 

16 avril 2015   L’émission “Service Public”à 10h sur France Inter se pose la question “A quoi servent le latin et le grec?”.

Mme Robine de la DGESCO intervient en fin d’émission et essaie d’expliquer les avantages de la réforme en expliquant que l’enseignement du latin ou du grec ne perd rien, et surtout pas d’heures : il sera désormais comme une “fusée à 3 étages” :

– 1er étage : sensibilisation en cours de français

– 2ème étage : EPI LCA

– 3ème étage : enseignement de complément.

 

Les questions des invités (F.-X. Bellamy, F. Dupont et A. D’Humières) mettent en avant les questions de nombreux enseignants :

– la sensibilisation en cours de français sera assurée par des des enseignants qui n’ont pas toujours été formés aux langues anciennes et il ne s’agit en aucun cas de latin ou de grec (Mme Robine acquiesce)

– la tenue de l’EPI est soumise au bon vouloir du chef d’établissement… Mme Robine n’apporte pas de démenti clair, mais rappelle que les horaires sont maintenus.

 

retranscription du débat : http://www.arretetonchar.fr/france-inter-a-quoi-servent-le-latin-et-le-grec-theme-de-lemission-servi/

 

17 avril 2015    Par voie électronique, Mme Vallaud-Belkacem fait parvenir à tous les enseignants un courrier qui explique la nouvelle organisation du collège.

On peut y lire à propos des heures “marges” qui doivent servir à mettre en place les enseignements de complément de langues anciennes :

Pour ce faire, une marge de manœuvre est mise à disposition des collèges dans la gestion de leur dotation, afin que les équipes pédagogiques puissent concevoir des actions pédagogiques et des parcours scolaires favorisant la réussite de tous. Elle s’accompagne d’une importante augmentation du total hebdomadaire des heures mis à la disposition des professeurs de collège pour la prise en charge des élèves de la sixième à la troisième, qui passe de 110,5 heures à 115 heures à la rentrée 2016, et à 116 heures à partir de la rentrée 2017 (sur les quatre niveaux). Le renforcement des marges heures professeurs favorisera le travail en groupes à effectifs réduits – tout particulièrement en sciences expérimentales, technologie, langues vivantes étrangères et enseignement moral et civique – et les interventions conjointes de plusieurs enseignants.

En parallèle sur twitter :

 

 20 avril 2015    Mme Vallaud-Belkacem répond à quelques questions d’Emmanuel Berretra pour Le Point. Elle traite les opposants à la Réforme de “conservateurs” : “Que les conservateurs tombent les masques !”

Lire l’article : http://www.lepoint.fr/politique/emmanuel-berretta/reforme-du-college-vallaud-belkacem-que-les-conservateurs-tombent-les-masques-20-04-2015-1922828_1897.php

 

Concernant les Langues et Culture de l’Antiquité, elle indique que l’Enseignement Pratique Interdisciplinaire sera le lien d’apprentissage de la langue, contrairement à tout ce que l’on a pu lire avant…

Par exemple, le latin : non, la réforme n’enterre pas le latin. Bien au contraire. Là où il n’est aujourd’hui qu’une option (c’est-à-dire des heures de cours en plus), proposée par quelques établissements, choisie par très peu d’élèves (20 %) qui pour la plupart l’abandonnent au lycée, nous en faisons un enseignement pratique interdisciplinaire (ce qui signifie à la fois étude de la langue mais aussi de la culture et de la civilisation) présent dans la scolarité obligatoire. Cela va contribuer à démocratiser cet enseignement.

 

 29 avril 2015    Sur Itélé, Mme Vallaud-Belkacem répond à quelques questions de Jean-Jérôme Bertolus. A propos du latin et du grec, elle explique qu’avec cette réforme, les élèves auront désormais accès à la culture et à la civilisation latin (comme si ce n’était pas le cas avant !) (à partir de 4’42):

 

 3 mai 2015    Mme Vallaud-Belkacem est l’invité du 12/13 de France 3 où elle dit à propos du latin et du grec :

http://www.francetvinfo.fr/replay-jt/france-3/12-13/jt-de-12-13-du-dimanche-3-mai-2015_887243.html

C’est vertueux d’apprendre la culture, la civilisation antique, voire la langue latine ou grecque

Ce “voire” continue à froisser les professeurs de langues anciennes, qui y voient une confirmation de ce qu’ils craignent : une redéfinition des contenus des cours de langues anciennes, réduits à un cours sur la culture antique, mettant l’étude de la langue de côté…

 

5 mai 2015   Mme Vallaud-Belkacem est l’invité politique de Jean-Pierre Elkabach sur Europe 1 :

Vallaud Belkacem : “Il faut une refonte des… par Europe1fr

Au lieu de ne faire que de la déclinaison, c’est à dire du latin à proprement parler, on va faire de la culture, de la civilisation antique

 

 3. Pétitions & Actions militantes des enseignants

– Pétition “Réforme du collège: non à la fin des langues anciennes!”

lancée par un collectif d’enseignants : https://www.change.org/p/madame-la-ministre-de-l-%C3%A9ducation-nationale-de-l-enseignement-sup%C3%A9rieur-et-de-la-recherche-r%C3%A9forme-du-coll%C3%A8ge-non-%C3%A0-la-fin-des-langues-anciennes

site associé : http://avenirlatingrec.fr/

 

 

– Pétition “Enseignement du latin et du grec ancien pour tous les élèves, dans tous les établissements”

lancée par un collectif d’associations : https://secure.avaaz.org/fr/petition/Madame_la_Ministre_Latin_et_grec_ancien_pour_tous_les_eleves_dans_tous_les_etablissements/?mDZAljb

 

Sites associés :

– Coordination Nationale des Associations Régionales des Enseignants de Langues Anciennes : http://www.cnarela.fr/

– Association des Professeurs de Langues Anciennes de l’Enseignement Supérieur : http://www.aplaes.org/

– Sauver les lettres : http://www.sauv.net/

– Association des Professeurs de Français et Langues Anciennes en Classes Préparatoires Littéraires : www.apfla-cpl.com

– Sauvegarde des Enseignements Littéraires : www.sel.asso.fr

– Association des Professeurs de Lettres : www.aplettres.org

 

4 4 réactions

  1. Cette publication a été remarquée par : Avant / après la réforme : ce qui pourrait changer pour les langues anciennes | Arrête ton char

  2. Cette publication a été remarquée par : Collège2016 | Pearltrees

  3. Cette publication a été remarquée par : Latin - Grec | Pearltrees

  4. Cette publication a été remarquée par : Enseigner les langues anciennes | Pearltrees

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils