Accueil » Actualités » Actualités des LCA » Marvel les Agents du Shield, l’hydre, Alea Jacta Est & Cicéron
logo de l'agende HYDRA dans la série "Marvel Agents of Shield"

Marvel les Agents du Shield, l’hydre, Alea Jacta Est & Cicéron

Nota Bene : Cet article fait partie de notre dossier "latin, grec ancien et références antiques dans les séries télé"

Marvel : Les Agents du SHIELD (Marvel’s Agents of SHIELD) est une série télévisée américaine de super-héros, créée par Joss Whedon, Jed Whedon et Maurissa Tancharoen d’après les comics Marvel de Stan Lee et Jack Kirby. Produite par Marvel Television et ABC Studios, elle est diffusée simultanément depuis 2013. En France on a pu la regarder sur Série Club et W9.

Synopsis : Après de longs mois de repos à la suite de sa blessure infligée par le légendaire dieu Loki pendant l’invasion de New YorkNote, l’agent Phil Coulson réintègre le SHIELD, une organisation internationale qui enquête sur les phénomènes paranormaux et défend la terre des menaces terroristes ou d’invasions extra-terrestre.

Dans l’univers Marvel, L’HYDRA est une organisation terroriste fictive dont le but est la domination mondiale et la propagation d’une idéologie fascisante. Elle est apparue pour la première fois dans le comics Strange Tales #135, publié par Marvel Comics en août 1965, et par la suite dans de nombreux épisodes de séries.

Le nom de l’organisation vient de l’Hydre de Lerne et son leitmotiv est « coupez une tête , il en repoussera deux », car après chaque défaite, elle revient plus puissante.

Dans l’épisode 12 de la saison 04 (« Hot Potato Soup », diffusé en 2016) , on peut entendre LMD Radcliffe parler en latin tandis qu’il est possédé :

Amicitiae nostrae memoriam spero sempiternam fore.
Vir sapit qui pauca loquitur. Alea iacta est.

« Amicitiae nostrae memoriam spero sempiternam fore » est une phrase que l’on trouve dans De Amicitia de Cicéron, IV, 15 :

Itaque non tam ista me sapientiae, quam modo Fannius commemorauit, fama delectat, falsa praesertim, quam quod amicitiae nostrae memoriam spero sempiternam fore, idque eo mihi magis est cordi, quod ex omnibus saeculis uix tria aut quattuor nominantur paria amicorum; quo in genere sperare uideor Scipionis et Laeli amicitiam notam posteritati fore.

Ce qui me réjouit donc, ce n’est pas tant ce renom de sagesse dont parlait tout à l’heure Fannius et qui est peut-être immérité, c’est l’espoir que l’on gardera toujours le souvenir de notre amitié et cette pensée me tient au coeur d’autant plus que c’est à peine si, au cours des siècles, on peut citer trois ou quatre couples d’amis; c’est à côté de ces rares exemples que sera, je l’espère, rangée par la postérité l’amitié de Scipion et de Lélius.

« Vir sapit qui pauca loquitur » est une maxime en latin (à l’origine inconnue) qui signifie « est sage celui qui parle peu ».

Quant à « Alea Jacta Est », il s’agit d’une locution latine bien connue signifiant « le sort en est jeté », ou « les dés sont jetés », que Jules César aurait prononcée le 10 janvier 49 av. J.-C. avant le passage du fleuve Rubicon. Si les trois historiens Plutarque, Suétone et Appien s’accordent sur le fait que César ait prononcé une phrase au moment de franchir le Rubicon, Suétone en rapporte une version latine (Alea jacta est), tandis que Plutarque en propose une version en grec ancien Ἀνερρίφθω κύβος.

A propos Marjorie Lévêque

Professeur de langues anciennes dans l'Académie de Lille. Grande amatrice de bandes dessinées.

Laisser un commentaire