Accueil » Livres, audio, videos, jeux » Livres » Les enquêtes de Festus – tome 2 : le prix des chiens

Les enquêtes de Festus – tome 2 : le prix des chiens


Romans / Polar à sujet antique
Date de sortie : 2006     Langue : français
Monde : Balkans     Période historique : 5ème siècle
Auteur : Lançon, Bertrand
Editeur : Alvik éditions
Nombre de pages : 206 pages

375 ap. J.-C. : nommé agent de renseignement, Festus se voit confier une mission secrète dans une lllyrie en pleine crise. Des barbares sillonnent le pays, les chrétiens se battent entre eux, et les meurtres se multiplient. Loin de sa famille et des plaisirs de Rome, Festus doit parcourir les Balkans dans un hiver glacial. Pourquoi la cité de Scupi est-elle soumise à une quarantaine implacable ? De rencontres inattendues en découvertes étonnantes, il conduit son enquête avec ténacité et au péril de sa vie. Avec finesse et humour, il parvient, avec ses amis, à percer toute cette noirceur, aboutissant à de saisissantes révélations. « Chaque affaire est une fresque couverte d’un enduit qui la cache. […] J’arrivais maintenant au moment exaltant où l’enduit est suffisamment entamé pour qu’une partie de la peinture puisse être comprise… »

Historien hors norme, Bertrand Lançon enseigne l’histoire de l’Antiquité tardive à l’université de Brest. Il a publié une dizaine d’ouvrages. Après Le complot des Parthiques (éditions Alvik, 2006), il poursuit le cycle des Enquêtes de Festus avec Le prix des chiens.

Extrait

Lorsque nous aperçûmes enfin les remparts de Mursella*, le soleil n’était plus qu’un disque rougeoyant, et l’eau de la Drave avait pris la couleur du plomb. Nous la longions depuis quatorze jours et ses rives m’étaient devenues familières. D’autant plus qu’elles nous donnaient, au soir de chaque étape, de succulents poissons. La Drave ! Je ne pensais pas que son cours me conduirait alors vers autant de sombres histoires, vers d’aussi cruelles fatigues.
À Poetovio*, on m’avait donné ma carte de route. C’est à Mursella* que je devais rencontrer mon contact. Ces deux semaines de chevauchée, sans compter le froid qui devenait piquant, m’avaient épuisé, et mon genou m’élançait de nou­veau.
La porte principale de la citadelle n’était pas encore fermée. Je présentai notre sauf-conduit au chef des senti­nelles. De toute évidence, il connaissait le laissez-passer des bureaux du Palais, mais ne savait pas lire :
– Qui es-tu ?
Mon nom est Valérius Aradius Festus. Je suis agent de Sa Grandeur.
– Mes respects. Seigneur Festus ! Et tes compagnons ?
Mes adjoints : Esaïus, notaire, et Paulus. vétéran. Il jeta un nouveau coup d’oeil au sceau du maître des offices, dont l’authenticité lui enleva le moindre doute :
– C’est bien ! Vous pouvez entrer.
– Avant cela, une question : où trouverai-je la maison de Domitianus ?
– Domitianus ? C’est simple, à deux pas du vieux forum. Une grande maison de style nouveau. Mais… est-ce là que vous devez aller ?



La série

Les autres tomes :

A propos Robert Delord

Robert Delord
Enseignant - ex-formateur Lettres Classiques (Acad. Grenoble) Langues et Cultures de l'Antiquité / Lettres / TICE / Image / Education aux médias - Président de l'association "Arrête ton char !" - vice-président de l'Association Antiquité Avenir - ex-membre de l'équipe du projet Musagora (auteur et modérateur de la liste) - membre démissionnaire du CNIRE

Laisser un commentaire