Accueil » Actualités » Les reines de sang #1 – Cléopâtre, la reine fatale [mise à jour après lecture]

Les reines de sang #1 – Cléopâtre, la reine fatale [mise à jour après lecture]


Bandes dessinées / BD
Date de sortie : 16 août 2017
Public : lycéens, tout public    Langue : français
Monde : Afrique du Nord     Période historique : -1er siècle
Dessinateur : MOUCLIER Joël
Scénariste : GLORIS Thierry, GLORIS Marie
Coloriste : MOUCLIER Joël
Editeur : Delcourt     Collection : HISTOIRE & HISTOIRES
Nombre de pages : 56 p.
Site de l'éditeur.

Présentation de ce volume sur la quatrième de couverture

Une nouvelle reine de sang, la plus mythique, monte sur le trône des Éditions Delcourt : Cléopâtre, contemporaine de Jules César, dont la légende rivalise depuis toujours avec celle de l’empereur romain.

Cléopâtre monte sur le trône d’Égypte à 18 ans. Elle accède au pouvoir en même temps que son frère cadet, Ptolémée. Rapidement, elle prend l’ascendant mais leurs querelles au départ anodines se muent en guerre ouverte où son frère cherche à l’éliminer. Retranchée, elle ne voit qu’un allié possible : Jules César, qui vient d’écraser sur un coup de dés l’armée de son rival, Pompée.

 

Notre lecture…

Le récit, qui emprunte la voix de celle dont il s’agit de faire le portrait en actes, Cléopâtre elle-même, commence par l’arrivée en grande pompe de la fille de Ptolémée XII. Nous sommes en 51 av. J.-C., à Memphis. Cléopâtre VII Théa Philopator succède à feu son père et se doit d’épouser son très jeune frère, Ptolémée XIII Philopator. Cette arrivée sur le lieu du mariage ne manque pas de déjà donner une image de la reine loin de toutes les idées reçues sur l’austérité des gens de pouvoir… Cléopâtre ne manque pas de provoquer, de rabaisser, de stimuler toute la puérilité dont Ptolémée est capable… ce qu’un discours féministe sur la place des femmes vient plus tard justifier d’une manière plus ou moins convaincante.

L’ensemble du récit se déroule dans les mois qui suivent, sur fond de domination romaine fragilisée par la guerre civile dans laquelle s’opposent César et Pompée. Les séquences détaillées sur ce qu’il se passe dans l’intimité de la vie de Cléopâtre ou au coeur du pouvoir égyptien alternent avec de cours épisodes (souvent des résumés – ce qui n’est pas forcément exaltant pour le lecteur, mais peut favoriser une utilisation pédagogique en classe) du conflit romain : le passage du Rubicon, les batailles de Dyrrachium et de Pharsale, l’arrivée de Pompée sur la rive égyptienne sont les étapes rapidement narrées de ce qui va laisser la reine oser remettre en cause la domination de Rome sur son pays et tenter de le reprendre en main. Mais c’est sans compter sur les manigances du cercle qui entoure Ptolémée ! Le conflit entre les deux enfants du précédent souverain dépasse rapidement le cadre juvénile pour atteindre des enjeux de pouvoir… qui passent par le meurtre de la reine.

Ce premier volume dresse donc un portrait très stimulant d’une Cléopâtre fine observatrice et tacticienne, audacieuse, conquérante et déterminée, à qui il ne fait pas peur d’utiliser les armes de son sexe pour parvenir à ses fins. Une certaine image sulfureuse, laissée par l’histoire, de sa stratégie avec César semble s’accorder pleinement avec ce portrait. Mais ce sera surtout l’objet du tome suivant ! En tout cas, cette série de Delcourt – qui s’est intéressée aussi à Aliénor, Frédégonde, Isabelle et Tseu Hi – semble comme idéalement dédiée à une souveraine ainsi dépeinte :

Ambitieuses, stratèges habiles, souveraines, bourgeoises ou femmes du peuple, elles ne reculeront devant rien pour assouvir leur soif de pouvoir… Elles sont LES REINES DE SANG.

Un scénario séduisant, donc, sans atteindre une plus grande richesse, servi par un dessin de grande qualité…

A propos Thomas Frétard

Thomas Frétard
Enseignant de Lettres classiques dans l'académie d'Orléans-Tours.

Laisser un commentaire