Accueil » Actualités » Actualités des LCA » Lost : Les disparus / du latin un peu partout ! (et un peu de grec aussi)

Lost : Les disparus / du latin un peu partout ! (et un peu de grec aussi)

Nota Bene : Cet article fait partie de notre dossier "latin, grec ancien et références antiques dans les séries télé"

Présentation de la série : Le vol 815 de la compagnie Oceanic Airlines, reliant Sydney à Los Angeles, explose en plein vol au-dessus d’une île du Pacifique non répertoriée sur les cartes. Les survivants vont apprendre à cohabiter et survivre sur une île, théâtre d’évènements étranges. Ils découvrent notamment les bâtiments abandonnés du Projet Dharma, une organisation y ayant mené des recherches scientifique dans les années 1970 et 1980. Les membres du Projet Dharma étudiaient le voyage dans le temps…

 

La série revisitant régulièrement la mythologie et l’histoire, on trouve de nombreuses références à l’antiquité, et on entend / lit même régulièrement des phrases en latin et en grec. Quelques exemples :

 

 épisode 03 de la saison 1 : Le Nouveau départ / Tabula rasa (diffusé le 06 octobre 2004).

Le titre de l’épisode « Tabula rasa » est une référence à la phrase latine qui signifie « l’ardoise vierge », une théorie philosophique défendue par Aristote, Tomás de Aquino et le philosophe John Locke. Le concept de cette philosophie est que l’esprit humain arrive au monde comme une “ardoise blanche sur laquelle il rien n’a été écrit”, par ce que toute la connaissance humaine dérive seulement de l’expérience.

 

 épisode 19 de la saison 1 : Tombé du ciel / Deus Ex Machina (diffusé le 30 mars 2005).

Pour la seconde fois, un épisode porte un titre (original) en latin : « Deus ex machina ». Cette locution latine, qui signifie littéralement « un dieu sortant de la machine », est surtout employée dans le vocabulaire théâtral au sujet d’une personne qui arrive, d’une façon impromptue, à la fin de la pièce et par qui le dénouement s’effectue. L’expression existait déjà dans le théâtre grec (από μηχανής θεός), pour désigner un mécanisme servant à faire entrer en scène une ou des divinités pour résoudre une situation désespérée.

Dans cet épisode, la lumière sortant de la trappe à la fin de l’épisode est un exemple de Deus ex machina.

On notera qu’au début de l’épisode, Locke et Boone ont achevé la construction d’une « machina » presque antique qui permettra de fendre et d’ouvrir la trappe découverte au beau milieu de la forêt.

 

 

épisode 17 de la saison 2 : Bloqué ! / Lockdown (diffusé le 29 mars 2006)

Henry et Locke visitent un bunker qui se révelera être la station no3 du Projet DHARMA, le Cygne. A l’intérieur, une série de portes anti-souffle en descendant et mettent le bunker en mode « verrouillage ». Au centre d’une des portes anti-souffle, une carte avec en son milieu un point d’interrogation.

Cette carte semble être un plan schématique de l’île dont le périmètre est octogonal, comme le logo DHARMA et n’est visible qu’avec de la lumière noire.

Une reproduction de la carte traduite en français et réalisée par un fan :

Il y a de nombreuses notes manuscrites sur et autour de la carte. On remarque différentes écritures, ce qui suggère que plusieurs personnes ont participé à leur rédaction.

Elles peuvent être regroupées en quatre grandes catégories :

Commentaires en anglais
Commentaires en latin
Équations mathématiques
Commentaires divers singuliers : CVIII, le Cygne, etc.

Les phrases en latin semblent être des commentaires basiques de la carte, alors que les phrases en anglais nous donnent des informations importantes : le nom des stations, des équations, des recherches zoologique, la mention d’un cerbère.

 

Les 12 commentaires en latin :

1. « Aegrescit medendo », deux mots que l’on retrouve dans l’Enéide de Virgile, livre 12 vers 46 :

Haud quaquam dictis violentis Turni
Flectitur ; exuperat magis, aegrescit que medendo

Ces mots ne calment point la violence de Turnus :
son cœur ulcéré s’enflamme davantage, et le remède même en aigrit la blessure.

2. « Sursum corda » (latin pour « Élevons les cœurs » ou « Courage ! » ou encore « Hauts les Coeurs ! »), expression latine qui fait partie de l’introduction dialogale de la préface ouvrant la prière eucharistique (ou anaphore) dans la plupart des célébrations liturgiques des Églises chrétiennes.

3. « Malum consilium quod mutari non potest », (« Un plan est mauvais quand on ne peut le modifier. »), citation de Publilius Syrus, auteur dont nous sont parvenues les Sentences, série d’aphorismes extraits de ses pièces.

4. « Cogito ergo doleo », « Je pense, donc je souffre », réécriture de la fameuse phrase de René Descartes : « Cogito ergo sum » (« Je Pense, donc je suis »).

5. « Ut sit magna, tamen certe lenta ira deorum est », extrait de la 13ème satire de Juvenal:

ut sit magna, tamen certe lenta ira deorum est;
si curant igitur cunctos punire nocentes,
quando ad me uenient? sed et exorabile numen
fortasse experiar; solet his ignoscere.

Terrible, mais lente, est la colère des dieux ; si donc ils tiennent à punir tous les coupables, quand arriveront-ils à moi ? Et puis, j’aurai peut-être affaire à une divinité pitoyable, est-ce qu’elle ne pardonne pas ces choses-là ?

source : http://agoraclass.fltr.ucl.ac.be/concordances/juvenal_satura_13/lecture/3.htm

6. « Ursus maritimus », (« ours polaire »)

7. « Liberate te ex inferis » (« Sauve toi des Enfers »). La phrase n’est pas d’époque antique. On la trouve dans le film d’horreur de W. Anderson Event Horizon en 1997 sous la forme « Liberate tuteme ex inferis ». Dans l’espace, on capte un message envoyé par un vaisseau spatial en orbite autour de Neptune disparu dans l’espace 7 ans plus tard mystérieusement : « Liberate me », voilà ce que l’on croit entendre. Le vaisseau de sauvetage Lewis & Clark est part donc à la recherche du « Event Horizon ». Sur place, on se rend compte que le message diffusé était en fait « liberate tuteme ex inferis », ce qui donne « sauvez-vous de l’enfer »… Comme vous l’aurez noté, nous avons affaire à du bien mauvais latin. En 1999, le groupe de métal Zao s’inspire de répliques du film et sort « Liberate Te Ex Inferis », corrigeant une erreur, mais en ajoutant une nouvelle ! (« Libera te ex inferis » aurait été plus correct !).

8. « Hic sunt dracones » est une phrase apparaissant en cartographie médiévale et utilisée pour désigner des territoires dangereux ou encore inconnus, imitant en cela une pratique courante de mettre serpents de mer et autres créatures mythologiques dans les zones vierges d’une carte. De nombreux globes ou cartes montrent des illustrations et références à la mythologie, aux dragons ou aux créatures monstrueuses (plus ou moins réelles), mais le globe de Lenox est le seul globe qui nous est parvenu où apparaît cette expression devenue célèbre. Une autre expression consacrée, utilisée par les cartographes Romains et médiévaux pour annoter les zones inconnues de leurs cartes, était « Hic sunt Leones » (en latin, littéralement, « Ici sont des lions »).

9. « Mus uni non fidit antro » (« la souris, cette bête petite, est bien avisée de ne jamais confier sa sûreté à un seul trou ») est une phrase extraite de la pièce Le Bourru (Truculentus) de Plaute, vers 486.

10. Credo nos in fluctu eodem esse, which means « I think we’re on the same wavelength » or « I believe we are in the same wave/sea, » appears in the upper right corner of the map, between the « Arrow » Hatch and the « C3? » Hatch (at the 2 o’clock position).

11. « Nil actum reputa si quid superest agendum » (« Pensant qu’il n’y a rien de fait tant qu’il reste quelque chose à faire. »), citation extraite de la Pharsale de Lucain, livre 2, vers 657 :

at numquam patiens pacis longaeque quietis
armorum, nequid fatis mutare liceret,
adsequitur generique premit uestigia Caesar.
sufficerent aliis primo tot moenia cursu
rapta, tot oppressae depulsis hostibus arces,
655 ipsa, caput mundi, bellorum maxima merces,
Roma capi facilis; sed Caesar in omnia praeceps,
nil actum credens cum quid superesset agendum,
instat atrox et adhuc, quamuis possederit omnem
Italiam, extremo sedeat quod litore Magnus,

Cependant, César trop ardent pour laisser reposer ses armes, de peur de donner au sort le temps de changer, presse Pompée et le suit pas à pas. Tout autre serait content d’avoir, d’une première course, pris tant de villes, forcé tant de remparts, conquis sans obstacle cette reine du monde, cette Rome, le plus haut prix de la victoire. Mais César qui ne perd jamais un instant et qui compte n’avoir rien fait tant qu’il lui reste à faire, César s’attache avec fureur à son rival. Quoiqu’il possède toute l’Italie, si Pompée en occupe le rivage extrême,

12. « Carcharodon carcharias » est le nom latin du Grand requin Blanc.

 

On ajoutera à cette liste la mention par trois fois de « CERBERUS », soit Cerbère, le chien à trois têtes gardien des Enfers, ainsi qu’une autre série de phrases latines :
AEGRI SOMNIA, phrase en latin signifiant « les rêves d’un esprit malade », donnant son titre à une anthologie de nouvelles d’horreur publiée en 2006.
TEMPUS EDAX RERUM : « Le temps détruit toute chose. » Ovide, Les Métamorphoses, 15, 234.<
QUID EST VERITUS?Dans l’Evangile de Jean (18.38), lorsque Jésus comparaît devant Ponce Pilate, celui-ci achève la discussion sur une question qui prend l’apparence d’une réflexion intérieure : « Qu’est-ce que la vérité ? » (Quid est veritas ? dans la Vulgate latine, τί ἐστιν ἀλήθεια ; en grec ancien, langue d’écriture originale des évanhiles). A cette question, Jésus ne lui apporte aucune réponse : il sort (ou on le fait sortir).
En revanche, la réflexion sur la « Vérité » court tout au long de l’Evangile de Jean, et il est vrai que précédemment, au ch 14, Jésus avait affirmé : « je suis le chemin, la vérité et la vie » (ἐγω εἰμι ἡ ὁδος καὶ ἡ ἀλήθεια καὶ ἡ ζωή).
De cet épisode dérive l’anagramme en latin sous forme de dialogue (dont l’auteur est inconnu !) :

Pilatus : Quid est Veritas ?
Jesus : Est Vir qui adest !

 

 

épisode 20 de la saison 2 : Compagnon de déroute / Two for the Road (diffusé le 3 mai 2006)

Sawyer cache des armes. Jack les lui demande, car il souhaite pourchasser les Autres, mais Sawyer refuse de dire où elles sont cachées. Locke se met alors du côté de Jack, raison pour laquelle Sawyer lui dit : « Toi aussi, Brutus? », référence évidente à la célèbre citation, « Et tu, Brute? », derniers mots attribués à César dans le Julius Caesar…

 

épisode 01 de la saison saison 3 : De l’autre côté / A Tale of Two Cities (diffusé le 4 octobre 2006)

Jack, Kate et Sawyer se réveillent dans des endroits différents : Jack est détenu prisonnier dans une ancienne station DHARMA, l’Hydre, dont voici le logo :

 

épisode 07 de la saison saison 3 : Loin de chez elle / Not in Portland (diffusé le 7 février 2007)

Lors d’un flashback, on apprend que Juliet volait un médicament au laboratoire de son ex-mari, Edmund Burke, où elle travaillait.

La référence du médicament est A4993-E3. On peut lire les inscriptions suivantes sur l’étiquette :

TEST SAMPLE
A4993-E3
30ml
MULTIPLE DOSE VIAL
FOR INJECTION ONLY
Rx Only

Rx est l’abréviation du mot latin « recipe », qui est équivalent à « prendre », utilisé dans l’industrie pharmaceutique pour les médicaments. Dans ce contexte « Rx only » doit être interprété comme « sur ordonnance uniquement ».

 

 

Episode 14, saison 03 : Jusque dans la tombe / Exposé (diffusé le 28 mars 2007)

Nikki rend visite à Arzt dans son « laboratoire à insectes ». Arzt lui présente alors la Latrodectus regina, l’araignée méduse, une araignée dont la piqûre paralyse pendant 8 heures et dont le venin attire tous les mâles de son espèces.
« Regina » est un mot latin signifiant « Reine ».

Nikki raconte que Méduse est une créature mythologique qui paralyse les gens qui la regardent.

 

Dans la saison 5, « les Autres » parlent couramment le latin vulgaire, une langue considérée comme étant morte et qui a commencé à se perdre à partir du IXe siècle pour disparaître quasi totalement au XVIIe siècle.

Dans l’épisode 03 de cette saison 5 ( Bombe H / Jughead, diffusé le 28 janvier 2009), Sawyer, Juliet et Locke retiennent captifs deux hommes qui se parlent en une langue « inconnue » jusqu’à ce que Juliet explique qu’il s’agit de latin.
Locke demande comment ils connaissent cette langue, ce à quoi Juliet répond : « Pour la même raison que moi. Parce que ce sont des Autres ».

Transcription du dialogue :

JULIET: We can swap stories later. We told the rest of our group that we would meet them at the creek. If there’s any chance of reconnecting with them, we’d better get moving.

SAWYER: Fine, seeing as we have no rope to make sure these two don’t try to kill us again. Guess we’re gonna have to shoot ’em.

CUNNINGHAM: [To Jones, whispering] Quare non sunt vestitus eis? (Why don’t they have uniforms?)

JONES: Tace! (Be quiet!)

SAWYER: [Hitting Jones on the back] What?

[Locke gets to his feet.]

JULIET: Cognoscitis qui sumus? (Do you know who we are?)

SAWYER: What language is that?

JULIET: They’re speaking Latin. That one asked why we aren’t in uniform, and this one told him to shut up.

LOCKE: And how is it that they know how to speak Latin, Juliet?

JULIET: The same reason I do. Because they’re Others.

Un peu plus tard dans l’épisode, on entend à nouveau quelques phrases en latin, qualifiée de langue des « illuminés » :

SAWYER: So who taught you Latin?

JULIET: Others 101. Gotta learn Latin–language of the enlightened.

SAWYER: [Smiling] Enlightened, my ass.

LOCKE: [To Cunningham] I suggest you talk to us. Once we get back to the creek and meet up with the rest of our people, there’s gonna be a lot of anger directed at you for attacking them.

CUNNINGHAM: [American accent] The rest of your people are either captured or dead.

LOCKE: What? [Stopping him] What makes you say that?

[All stop walking.]

CUNNINGHAM: That idiot shouted out, « Meet at the creek. » We knew exactly where they were going. We sent a group after them.

[Jones turns and glares at Cunningham.]

SAWYER: Well, maybe I should’ve said it in my secret language.

JULIET: [Pushing past Sawyer] James, wait.

[Locke puts a hand on Juliet as if to stop her from attacking Cunningham, but she stops and speaks in a tongue.]

JULIET: Nos non sumus hostes vobis. [Subtitle: We are not your enemy.]

CUNNINGHAM: Itaque nos liberate. [Subtitle: Then let us go.]

SAWYER: What the hell are you sayin’?

JULIET: Duce nos ad vestra castra. [Subtitle: Take us to your camp.] Si placet. [Subtitle: Please.]

CUNNINGHAM: Quare hoc faciam? [Subtitle: Why would I do that?]

JULIET: Estne… Ricardus ibi? [Subtitle: Is… Richard there?] Ricardus Alpert? [Subtitle: Richard Alpert?] [She looks over to Jones.]

LOCKE: Did you just say « Richard Alpert »?

JULIET: John, please. Duce nos ad vestra castra. Non necesse est alium mori. Si placet. [Subtitle: Bring us to your camp. No one else has to die. Please.]

CUNNINGHAM: All right. Okay, we need to head east another couple of kilometers until we hit the ridge–

[Jones runs over to Cunningham and grabs him by the head, twisting his neck and snapping it. Cunningham’s body lands with a thud. Jones takes off running.]

SAWYER: Shoot him!

[Locke lifts his rifle and takes aim. Jones runs off into the jungle, panting. Locke lowers the rifle.]

SAWYER: Shoot, damn it!

[Sawyer steps forward and yanks the rifle away from Locke. He takes aim and fires. Jones hops a bit, but continues running. It is unclear whether he is hit.]

SAWYER: Are you crazy?! What were you thinking? Why didn’t you shoot him?!

LOCKE: Because… he’s one of my people.

 

épisode 16 de la saison 5 : Au bout du voyage (1/2) / The Incident, Part 1 (diffusé le 13 mai 2009)

On peut voir la tapisserie que Jacob a tissée dans la pièce qui se trouve dans le socle de la statue à quatre orteils durant les années qu’il a passées sur l’île. À un moment donné, la partie de la tapisserie où on voit la statue a été découpée et le morceau a été laissé dans la cabane d’Horace, accroché au mur avec le couteau de Locke.

La tapisserie est divisée en six registres : « ΘΕΟΙ ΤΟΣΑ ΔΟΙΕΝ ΟΣΑ ΦΡΕΣΙ ΣΗΣΙ ΜΕΝΟΙΝΑΣ »

Le premier registre est composé d’une phrase écrite en grec.

La phrase est tirée de l’Odyssée d’Homère, livre 6, vers 180 : « σοὶ δὲ θεοὶ τόσα δοῖεν ὅσα φρεσὶ σῇσι μενοινᾷς » et signifie « Puissent les dieux t’accorder tout ce que désire ton cœur ».

Le deuxième et le troisième registre sont d’inspiration égyptienne.

Dans le quatrième registre on remarque trois lignes d’écritures. La première et la troisième sont écrites en hiéroglyphes, tandis que la seconde est en grec : « ΘΕΟΙ ΔΕ ΤΟΙ ΟΛΒΙΑ ΔΟΙΕΝ ».

La phrase est aussi tirée de L’Odyssée, livre 8, vers 413 (qu’on retrouve livre 24, vers 402) : « θεοὶ δέ τοι ὄλβια δοῖεν » et signifie « Que les dieux t’accordent la félicité ».

Dans le cinquième registre, une illustration d’inspiration égyptienne à nouveau.

Enfin, dans le dernier registre, on remarque trois embarcations de l’ancienne Égypte, avec beaucoup de passagers à bord, se dirigeant vers l’île. La statue à quatre orteils est visible sur la côte de l’île. Entre les embarcations on retrouve le noms des saisons égyptiennes avec, de gauche à droite, Akhet, Peret et Shemou.

Tout au bas, une nouvelle phrase en grec ancien, dont la partie visible est « …Σ ΜΟΝΟΙ ΤΟ ΤΟΥ ΠΟΛΕΜΟΥ ΤΕΛΟΣ ΕΟΡΑΚΑΣΙ », soit en minuscules « …ς μόνοι τὸ τοῦ πολέμου τέλος ἑωράκασι », une citation faussement attribuée à Platon : « Seuls les morts ont vu la fin des guerres ». Si c’est le cas, le mot manquant peut être ΘΑΝΟΝΤΕΣ ou ΤΕΘΝΗΚΟΤΕΣ, qui donne θανόντες ou τεθνηκότες en minuscules, signifiant « ceux qui sont morts ».

A noter : Dans les scènes où Jacob tisse seul la tapisserie, les epsilon « E » sont mal écrits en xis (« Ξ ») et la dernière lettre de la première ligne devrait être sigma (« Σ ») au lieu de zeta (« Ζ »). Cela a été corrigé dans les scènes où Ben et Locke rendent visite à Jacob et que la tapisserie est finie.
Par ailleurs, Le dernier mot de la ligne du bas contient omicron (« Ο ») alors que ce devrait être omega (« Ω »).

 

épisode 17 de la saison 5 : Au bout du voyage (2/2) / The Incident, Part 2 (diffusé le 13 mai 2009)

Le groupe d’Ilana retrouve les Autres, accompagnant « Locke » jusqu’à Jacob. (Il s’agit en fait du Monstre qui les a trompés en prenant l’apparence de John Locke). Sur la plage, Ilana demande à parler à « Ricardus Alpert ». Richard s’avance alors puis elle lui pose la question : « Qu’y a-t-il dans l’ombre de la statue ? ». Richard lui répond : « Ille qui nos omnes servabit. » (« Celui qui nous protègera/sauvera tous. »).

 

épisode 6 de la saison 6 : La Marche des ténèbres / Sundown (diffusé le 2 mars 2010)

Apparait pour la première fois une arme, une dague, qui ressemble fortement à un pugio :

 

épisode 9 de la saison 6 : Depuis la nuit des temps / Ab Aeterno (diffusé le 23 mars 2010)

Ab Aeterno est le troisième épisode dont le titre, en langue originale, est en latin. La locution signifie « depuis une éternité » et est souvent utilisée au sens figuré avec la traduction de « au commencement » ou « depuis de très nombreuses années ».

Richard devient la propriété de Magnus Hanso, capitaine du Rocher Noir. Ce dernier a été précédemment mentionné une seule fois dans la série, dans une annotation sur la carte sur la porte anti-souffle : « Known final resting place of Magnus Hanso/Black Rock ». En latin « Magnus » signifie « Le Grand ».

 

épisode 15 de la saison 6 : À la source / Across The Sea (diffusé le 11 mai 2010).

L’épisode nous montre l’île 2000 ans avant le crash d’avion. Une femme romaine, vêtue d’une tunique rouge, y échoue. A son réveil, on constate qu’elle est enceinte (la couleur rouge était un fort indice !). Sur la plage, elle est recueillie par une femme avec qui elle converse en latin. On apprend ainsi qu’elle se nomme Claudia.

Voici la transcription du dialogue :

MOTHER: Aliquid aegre fers? Dem auxilium tibi. [Subtitle: You’re hurt? Let me help you.] [Claudia reluctantly takes her hand.]

CLAUDIA: Gratias ago tibi. [Subtitle: Thank you.]

Some time later, Mother feeds Claudia and prepares medicine.]

MOTHER: A quo nomine appellaris? [Subtitle: What are you called?]

CLAUDIA: Mihi nomen est Claudia. [Subtitle: My name is Claudia.]

Le dialogue (ce qui n’est pas logique) se poursuit en anglais

Prise de contraction, elle accouche d’un garçon qu’elle appelle Jacob… à sa grande surprise puis d’un deuxième garçon pour lequel elle n’a pas le temps de trouver un prénom puisque l’autre femme la tue.

Ces jumeaux romains ne vous rappellent rien ?

La femme va donc élever les deux enfants, puis réveler à Jacob qu’elle l’a choisi comme son successeur. Dans une scène, elle lui fait boire une coupe de vin en prononçant des formules latines

Nam non accipimus hoc quasi vulgarem potionem, sed ut ille sit quasi unus mecum.

puis déclare « Maintenant nous sommes pareils ». Par la suite, « Mère » est assassinée par son autre fils.

Synthèse écrite à partir du wiki de la série Lost : http://fr.lostpedia.wikia.com/wiki/

A propos Marjorie Lévêque

Professeur de langues anciennes dans l’Académie de Lille. Grande amatrice de bandes dessinées.

Laisser un commentaire