Accueil » Actualités » Total War : Rome #1 : Détruire Carthage

Total War : Rome #1 : Détruire Carthage


Romans / Polar à sujet antique
Public : collégiens    Langue : français
Monde : Italie
Auteur : Gibbins, David
Traducteur : Guisse-Lardit, Béatrice
Editeur : Pocket     Collection : Thriller
Nombre de pages : 480 p.

 

IIe siècle av. J.-C., Rome étend sa domination sur le bassin méditerranéen. Scipion le Jeune, petit-fils adoptif du grand Scipion l’Africain, le vainqueur de Carthage, fait ses classes dans l’armée romaine. Les années passent, mais pas les ambitions. Une lutte pour le pouvoir et la domination de Rome fait rage. Habile stratège, Scipion ne recule devant aucun sacrifice pour égaler son illustre aïeul et entrer dans la légende.
L’affrontement final entre Rome et Carthage s’annonce inévitable et dévastateur.

Total war Rome

Biographie de l’auteur :

David Gibbins est universitaire à Cambridge. Docteur en archéologie, passionné de plongée, il fait autorité dans le domaine des civilisations disparues. Il s’est inspiré de la légende et des données scientifiques concernant l’Atlantide pour écrire son premier roman, Atlantis (2005), vendu à 200 000 exemplaires en France. Ce succès sera suivi de bien d’autres best-sellers, ou l’on retrouve son héros culte, l’archéologue Jack Howard : Le Chandelier d’or, Le Dernier Évangile, Tigres de guerre, Le Masque de Troie, Les Dieux d’Atlantis (suite d’Atlantis) et Pharaon, tous repris chez Pocket. Le dernier titre de cette série, Pyramide, a paru en 2014 aux Éditions Les Escales.
Il a également entamé une saga intitulée Total War Rome, inspirée du jeu vidéo éponyme, publiée chez le même éditeur. Le premier volume, Détruire Carthage, a paru en 2013 ; le deuxième, L’Épée d’Attila, est publié en 2015.

 

Édition de poche :

Première édition :

Autres romans de Gibbins en lien avec l’Antiquité gréco-romaine :

 



La série

Les autres tomes :
  • A propos Thomas Frétard

    Photo du profil de Thomas Frétard
    Enseignant de Lettres classiques dans l'académie d'Orléans-Tours.

    Laisser un commentaire

    Aller à la barre d’outils