Accueil » Actualités » Actualités des LCA » Une fable d’Ésope lue dans une centaine de langues régionales

Une fable d’Ésope lue dans une centaine de langues régionales

Linguiste, directeur de recherche au CNRS, Philippe Boula de Mareuil (1) a eu cette idée originale : en s’appuyant sur une même fable d’Ésope qui peut être écoutée et lue en français (en cliquant sur Paris) et dans une centaine de variétés de langues régionales (en cliquant sur les différents points de la carte), il a créé un panorama et des vibrations uniques ! Une richesse insoupçonnée qui revisite le mythe de la tour de Babel et donne tout son relief à ce trésor national, Occitan… en tête !

Il le dit avec modestie : « Le principe d’un atlas, ce n’est pas révolutionnaire ». Mais un tel recueil sonore, si. Ce travail, qui s’appuie sur une même fable d’Esope qui peut être écoutée et même lue en français et dans plus d’une centaine de variétés de langues régionales, permet de visualiser la richesse des langues régionales et de ses différentes variantes. Une richesse qui montre aussi, en creux, toute la fragilité des ces langues régionales dans un monde menacé d’uniformisation.

Langues régionales, patois, dialectes, parlers du coin… Caraman, Foix, Montpellier, Toulouse, le Nord Occitan ; la langue d’Oc ; la langue d’Oil, l’Angevin, le Basque, le Gascon, le Languedocien, le Breton, etc. Pas moins de 125 langues ou variations régionales ont imposé leur singularité et leur diversité linguistique réunis dans ce projet unique mené par un linguiste du CNRS reconnu, Philippe Boula de Mareuil. Ce

lire la suite de la présentation de l’outil : http://dis-leur.fr/patrimoine-atlas-sonore-langues-regionales/

Une même fable d’Ésope peut être écoutée et lue en français (en cliquant sur Paris) et dans une centaine de variétés de langues régionales (en cliquant sur les différents points de la carte).

Consulter la carte : https://atlas.limsi.fr/

A propos adminatc

adminatc

Propositions du collectif : http://www.arretetonchar.fr/manifeste-arrête-ton-char-les-lca-aujourdhui/

Laisser un commentaire