Audio : Musiques

Les Musiques en lien avec l’antiquité repérées par l’équipe d’Arrête Ton Char :

Destripando la Historia / Chansons humoristiques sur les dieux et déesses.

Hercule, Héra, Hestia, Déméter, Poséidon, Hadès, Zeus… Ils ont tous leur chanson !

Sur leur chaîne You Tube, les deux Espagnols Pascu et Rodri proposent plusieurs chansons humoristiques consacrées à divers dieux et déesses de l’Antiquité grecque.

Les deux auteurs espagnols se présentent ainsi:

Hacemos canciones de humor, o al menos lo intentamos. Nuestra mayor ilusión es entreteneros y haceros disfrutar con lo que hacemos, no solo el tiempo que paséis en este canal, sino también fuera, cantando nuestras canciones con vuestros amigos, familia, novias/os, dibujando nuestros personajes y animando cualquier momento en el que necesitéis un empujón :)¡Esperamos que disfrutéis mucho nuestro trabajo y que os quedéis con nosotros porque os aseguramos que merecerá la pena!
Découvrir ces chansons.
Chants en grec ancien dans Assassin’s Creed Odyssey

Assassin’s Creed Odyssey est un jeu vidéo d’action-aventure et de rôle, sorti en octobre 2018, développé par Ubisoft Québec et édité par Ubisoft sur PC, PlayStation 4 et Xbox One.

La bande originale, achetable dans le commerce sous le titre “World Music & Sea Shanties Edition”, a été composée par Mike Georgiades et The Flight (le duo Joe Henson et Alexis Smith).

Elle reprend plusieurs textes antiques (en grec ancien chantés avec une prononciation proche du grec moderne).

Les chansons qui convoquent des poètes antiques (Alcée, Archiloque, Anacréon, Hymnes orphiques…), et mises en musique pour les besoins du jeu, mélant des éléments antiques et contemporains, ont été produites par Chromamusika, avec Dimitris Ilias comme directeur artistique et Production Manager. Dans cette vidéo (en anglais), Dimitris Ilias, en charge de la bande originale, explique comment Mike Georgiades et lui ont fait les choix d’auteurs et de textes.

Pour les autres chansons (en anglais) Emma Rohan a écrit les paroles.

Au chant, on peut entendre le choeur masculine de Zakynthos (dirigé par P.Plarinos à Montréal), le choeur mixte du Centre Culturel de Mesologgi (dirigé par S. Cholevas), ainsi que des chanteurs solo (Dimitris Ilias, Maria Diamanti, Makis Papagavriil, Marialena Spinoula, Theod. Neofotistos). Les sessions d’enregistrement se sont tenues à Montréal, Mesologgi et Athènes.

Les plus intéressés par des détails en trouveront plein dans cette conférence donnée par Joe Henson et Alexis Smith.

Vous trouverez plus d’informations sur les chansons en grec ancien sous le tableau récapitulatif :

Titre de la chanson durée langue inspiration
The Tale of Leonidas 1:36 anglais
Ancient Celebration 1:17 instrumental
The Black Earth Drinks 1:50 grec ancien Anacréon, fragment 21, v.1-4, 6-7
The Legend of the Hero 1:37 anglais
Ancient Kithara 1:39 instrumental
Through the Storm 1:50 grec ancien Alcée, Fragment 326
The Fate of the Wolf 1:51 anglais
Sing of War 1:14 grec ancien Athenaios, Péan Delphique 1
Muse of the Forest 1:25 grec ancien Aristophane, Les Oiseaux v.737-743
The Death of the Wolf 1:54 anglais
The Lost Shield 1:43 grec ancien Archiloque, Elegie 5
The Cult of the Kosmos 1:19 instrumental
Ancient Knossos 1:21 anglais ?
Bacchus Teaches me to Dance 2:00 grec ancien Anacréon, Fragment 21
Ares God of War 1:29 grec ancien Hymne à Arès, v. 1-3; 5 et 9
The Golden Age of Athens 2:03 anglais
Ancient Pandura 1:17 instrumental
Song to Bacchus 1:17 grec ancien Anacréon, Fragment 48, v.1-8
Odyssey (Sea Shanty Version) 1:33 anglais / grec ancien ?
The Black Earth Drinks 2 1:21 grec ancien Anacréon, Fragment 21, v.1-4, 6-7
Myrinne (Sea Shanty Version) 1:19 anglais
The Mysterious Minotaur 0:58 anglais
Ceremony and Celebration 1:16 grec ancien épitaphe de Seikilos
When I Drink 1:28 grec ancien Anacréon, Fragment 50, v..5-8, et 25-28
Song for a Young Girl 1:35 grec ancien Anacréon, Fragment22, v..5-16
The Fall of Athens 2:05 anglais
Myrinne (Greek Sea Shanty Version) 1:16 grec ancien ?
Poseidon God of the Sea 1:39 grec ancien Hymne à Arès, v. 4-6

 

The Black Earth Drinks

Chant (version voix masculines): Messolonghi Cultural Centre Choir → écouter Chant (version voix féminine ): Kalia Lyraki → écouter

Paroles

ἡ γὴ μέλαινα πίνει, πίνει δὲ δένδρεα δ’ αὐτήν [x2] πίνει δὲ δένδρεα [x3], δένδρεα δ’ αὐτήν
πίνει δὲ δένδρεα [x3], δ’ αὐτήν
τί μοι μάχεσθ’ ἑταῖροι, θέλοντι πίνειν;
τί μοι μάχεσθ’ ἑταῖροι, καὐτῷ θέλοντι πίνειν;
ἡ γὴ μέλαινα πίνει, πίνει θάλασσ’ ἀναύρους [x2] πίνει θάλασσα [x3], θαλασσαν
πίνει θάλασσα [x3] ἀναύρους
τί μοι μάχεσθ’ ἑταῖροι, θέλοντι πίνειν;
τί μοι μάχεσθ’ ἑταῖροι, καὐτῷ θέλοντι πίνειν;
ἡ γὴ μέλαινα πίνει, ὁ δ ἥλιος θάλασσαν [x2] ὁ δ ἥλιος θάλασσαν [x3], θάλασσαν
ὁ δ ἥλιος θάλασσαν [x3], θάλασσαν
τί μοι μάχεσθ’ ἑταῖροι, θέλοντι πίνειν;
τί μοι μάχεσθ’ ἑταῖροι, καὐτῷ θέλοντι πίνειν;

Source D’après Anacréon, Fragment 21 (Traduction sur Remacle, voir XIX)

ἡ γῆ μέλαινα πίνει,
πίνει δένδρεα δ’ αὖ γῆν.
πίνει θάλασσα ἀναύρους.
ὁ δ’ ἥλιος θάλασσαν,
τὸν δ’ ἥλιον σελήνη.
τί μοι μάχεσθ’, ἑταῖροι,
καὐτῳ θέλοντι πίνειν;

 

Through the Storm

Chant (version voix masculines) : Zakynthines Fones of Montreal → écouter

Paroles
ἀσυννέτημμι τὼν ἀνέμων στάσιν,
νᾶϊ φορήμμεθα, νᾶϊ φορήμμεθα σὺν μελαίνᾳ,
νᾶϊ φορήμμεθα, νᾶϊ φορήμμεθα.
κῦμα κυλίνδεται, ἄμμες δ’ ὂν τὸ μέσσον
νᾶϊ φορήμμεθα, νᾶϊ φορήμμεθα σὺν μελαίνᾳ,
νᾶϊ φορήμμεθα, νᾶϊ φορήμμεθα.
χείμωνι μόχθεντες μεγάλῳ μάλα·
νᾶϊ φορήμμεθα, νᾶϊ φορήμμεθα σὺν μελαίνᾳ,
νᾶϊ φορήμμεθα, νᾶϊ φορήμμεθα.

Source D’après Alcée, Fragment 326 (Traduction sur Remacle 6)
ἀσυννέτημμι τὼν ἀνέμων στάσιν,
τὸ μὲν γὰρ ἔνθεν κῦμα κυλίνδεται,
τὸ δ’ ἔνθεν, ἄμμες δ’ ὂν τὸ μέσσον
νᾶϊ φορήμμεθα σὺν μελαίνᾳ

χείμωνι μόχθεντες μεγάλῳ μάλα·
πὲρ μὲν γὰρ ἄντλος ἰστοπέδαν ἔχει,
λαῖφος δὲ πὰν ζάδηλον ἤδη,
καὶ λάκιδες μέγαλαι κὰτ αὖτο,

χάλαισι δ’ ἄγκυρραι, τὰ δ’ ὀή[ϊα …]

 

Sing of War

Chant (version voix féminine ): Kalia Lyraki → écouter

Paroles

Κέκλυθ ̓ Ἑλικῶνα βαθύδενδρον αἳ λάχετε, Διὸς ἐριβρόμου θύγατρες εὐώλενοι, μόλετε, συνόμαιμον ἵνα Φοῖβονὠιδαῖσι μέλψητε χρυσεοκόμαν, ὃς ἀνὰ δικόρυμβα Παρνασσίδος τᾶσδε πετέρας ἕδραν’ ἅμ’ ἀγακλυταῖς Δελφίσιν Κασταλίδος εὐΰδρου νάματ’ ἐπινίσεται, Δελφὸν ἀνὰ πρῶνα μαντεῖον ἐφέπων πάγον.

Source Athenaios, Péan Delphique 1

 

Muse of the Forest

Chant (version voix masculines) : Zakynthines Fones of Montreal

Paroles
τιοτιοτιοτιοτίγξ.
Μούσα λοχμαία (τιοτιοτίγξ),
ποικίλη, μεθ’ ἧς εγώ (τιοτιοτίγξ)
νάπαισι και κορυφαίς
ἐν ὀρείαις,
τιοτιοτιοτιοτίγξ,
ἱζόμενος μελίας (τιοτιοτίγξ)
ἐπί φυλλοκόμου (τιοτιοτίγξ)
νάπαισι και κορυφαίς
ἐν ὀρείαις.

Source D’après Aristophane, Les Oiseaux 737-743 (Texte grec et Traduction : Hodoi Elektronikai)
Μοῦσα λοχμαία,
τιοτιοτιοτιοτίγξ,
ποικίλη, μεθ’ ἧς ἐγὼ νάπαισί
<τε καὶ> κορυφαῖς ἐν ὀρείαις,
τιοτιοτιοτιοτίγξ,
ἱζόμενος μελίας ἔπι φυλλοκόμου,
τιοτιοτιοτιοτίγξ.

 

The Lost Shield

Chant (version voix masculines): Messolonghi Cultural Centre Choir

Paroles
ἀσπίδι μὲν Σαΐων τις ἀγάλλεται, ἣν παρὰ θάμνῳ,
ἐρρέτω, ἐρρέτω, ἐρρέτω, ἐξαῦτις κτήσομαι οὐ κακίων.
ἔντος ἀμώμητον, ἀμώμητον, κάλλιστον οὐκ ἐθέλων,
ἐρρέτω, ἐρρέτω, ἐρρέτω, ἐξαῦτις κτήσομαι οὐ κακίων.
αὐτὸν δ᾽ ἐκ μ’ ἐσάωσα, τί μοι μέλει ἀσπὶς ἐκείνη;
ἐρρέτω, ἐρρέτω, ἐρρέτω, ἐξαῦτις κτήσομαι οὐ κακίων.

 

Source D’après Archiloque, Elégie 5 (Remacle 6)
ἀσπίδι μὲν Σαΐων τις ἀγάλλεται, ἣν παρὰ θάμνῳ,
ἔντος ἀμώμητον, κάλλιπον οὐκ ἐθέλων·
αὐτὸν δ’ ἐξεσάωσα. τί μοι μέλει ἀσπὶς ἐκείνη;
ἐρρέτω· ἐξαῦτις κτήσομαι οὐ κακίω.

 

Bacchus teaches me to dance

Chant (version voix masculines): Messolonghi Cultural Centre Choir

 

Paroles
τοῦ Διὸς ὁ παῖς ὁ Βάκχος,
ὁ λυσίφρων, ὁ Λυαῖος
ὅταν εἰς φρένας τὰς ἐμάς
εἰσέλθῃ μεθυδώτας
διδάσκει με, διδάσκει με, διδάσκει με χορεύειν.
ἔχω δέ τι καὶ τερπνόν
ὁ τᾶς μέθας ἐραστάς·
μετὰ κρότων, μετ’ ᾠδᾶς
τέρπει με κἀφροδίτα·
διδάσκει με, διδάσκει με, διδάσκει με χορεύειν.
πάλιν θέλω χορεύειν,
πάλιν θέλω χορεύειν,
ὦ ὦ ὦ ὦ.

Source D’après Anacréon, fragment 49 (Traduction )
τοῦ Διὸς ὁ παῖς ὁ Βάκχος,
ὁ λυσίφρων ὁ Λυαῖος,
ὅταν εἰς φρένας τὰς ἐμάς
εἰσέλθῃ μεθυδώτας,
διδάσκει με χορεύειν.
ἔχω δέ τι καὶ τερπνόν
ὁ τᾶς μέθας ἐραστάς·
μετὰ κρότων, μετ’ ᾠδᾶς
τέρπει με κἀφροδίτα·
πάλιν θέλω χορεύειν.

 

Ares God of War

Chant (version voix masculines) : Zakynthines Fones of Montreal

Paroles
Ἆρες ὑπερμενέτα,
Ἆρες βρισάρματε,
Ἆρες χρυσεοπήληξ,
Ἆρες ἀμόγητε· (×3)

Ἆρες· (Ἆρες·) (×4)

Ἆρες χαλκοκορυστά,
Ἆρες ἐπίκουρε,
Ἆρες δικαιοτάτων,
Ἆρες ἀγὲ φωτῶν· (×2)

Ἆρες. (Ἆρες.) (×4)

Source : D’après Hymne à Arès, 8, 1-9 (traduction Wikisources)
Ἆρες ὑπερμενέτα, βρισάρματε, χρυσεοπήληξ,
ὀβριμόθυμε, φέρασπι, πολισσόε, χαλκοκορυστά,
καρτερόχειρ, ἀμόγητε, δορυσθενές, ἕρκος Ὀλύμπου,
Νίκης εὐπολέμοιο πάτερ, συναρωγὲ Θέμιστος,
ἀντιβίοισι τύραννε, δικαιοτάτων ἀγὲ φωτῶν,
ἠνορέης σκηπτοῦχε, πυραυγέα κύκλον ἑλίσσων
αἰθέρος ἑπταπόροις ἐνὶ τείρεσιν ἔνθα σε πῶλοι
ζαφλεγέες τριτάτης ὑπὲρ ἄντυγος αἰὲν ἔχουσι·
κλῦθι βροτῶν ἐπίκουρε, δοτὴρ εὐθαλέος ἥβης,

 

Song To Bacchus

Chant (version voix masculines): Messolonghi Cultural Centre Choir

Paroles
ὅταν ὁ Βάκχος ἔλθῃ, εὕδουσιν αἱ μέριμναι·
φέρε μοι κύπελλον ὦ παῖ, φέρε μοι κύπελλον παῖ.
δοκῶ δ᾿ ἔχειν τὰ Κροίσου, θέλω καλῶς ἀείδειν·
φέρε μοι κύπελλον ὦ παῖ, φέρε μοι κύπελλον παῖ.

κισσοστεφὴς δὲ κεῖμαι, πατῶ δ᾿ ἅπαντα θυμῷ·
φέρε μοι κύπελλον ὦ παῖ, φέρε μοι κύπελλον παῖ.
ὅπλιζ’, ἐγὼ δὲ πίνω, φέρε μοι κύπελλον, ὦ παῖ·
φέρε μοι κύπελλον ὦ παῖ, φέρε μοι κύπελλον παῖ.

Source D’après Anacréon, fragment 48 (Traduction )
ὅταν ὁ Βάκχος ἔλθῃ,
εὕδουσιν αἱ μέριμναι,
δοκῶ δ᾿ ἔχειν τὰ Κροίσου.
θέλω καλῶς ἀείδειν,
κισσοστεφὴς δὲ κεῖμαι,
πατῶ δ᾿ ἅπαντα θυμῷ.
ὅπλιζ’, ἐγὼ δὲ πίνω.
φέρε μοι κύπελλον, ὦ παῖ,
μεθύοντα γάρ με κεῖσθαι
πολὺ κρεῖσσον ἢ θανόντα.

 

Odyssey

Chant (version voix féminine ) : Kalia Lyraki → écouter

(nota bene : il existe aussi une version en anglais de la chanson)

Paroles (pas certaines) :
ἰδοὺ τοὺς ἀστέρας
Υπό τὰ ὄρη καὶ τὸν αλύγιστον πόντον·
τὸ σὸν ὄναρ ἀκολούθει.
ἄριστοι τῶν ἠτόρων
οἱ θεοὶ ἀροῦσιν τοὺς τολμῶντας,
εὐκαρδίους προσκοπεῖν
τὸ σφῶν πότμον.
Πάγκαλε νήσε
Λιώνω τε τας πέμφιξ ήλιος νης κοντός
Έλαβε μοίρα να εσε, εις άτραπος νώνυμος
Αν απαλύνεις το παρέστιον θάλπος

Ceremony and Celebration

Chant (version voix féminine ): Kalia Lyraki → écouter

Paroles

Ὅσον ζῇς φαίνου μηδὲν ὅλως σὺ λυποῦ πρὸς ὀλίγον ἔστι τὸ ζῆν τὸ τέλος ὁ χρόνος ἀπαιτεῖ.

 

Source : Épitaphe de Seikilos (Texte et traduction)

 

When I Drink

Chant (version voix masculines) : Zakynthines Fones of Montreal

Paroles

ὅτ’ ἐγὼ πίω τὸν οἶνον (ὅτε πίω, ὅτε πίω)
ἀπορίπτονται αἱ μέριμναι
πολυφρόντιδές τε βουλαὶ
ἐς ἁλικτύπους ἀήτας.
(ὅτε πίω, ὅτε πίω, ὅτε πίω, ὅτε πίω)

ὅτ᾿ ἐγὼ πίω τὸν οἶνον (ὅτε πίω, ὅτε πίω)
τοῦτό μοι μόνον τὸ κέρδος,
τοῦτ᾿ ἐγὼ λαβὼν ἀποίσω·
τὸ θανεῖν γὰρ μετὰ πάντων.
(ὅτε πίω, ὅτε πίω, ὅτε πίω, ὅτε πίω)

ὅτ᾿ ἐγὼ πίω τὸν οἶνον (ὅτε πίω, ὅτε πίω).

 

Source D’après Anacréon, fragment 50 (Traduction )

ὅτ’ ἐγὼ πίω τὸν οἶνον,
ἀπορίπτονται μέριμναι
πολυφρόντιδές τε βουλαί
ἐς ἁλικτύπους ἀήτας. …

ὅτ’ ἐγὼ πίω τὸν οἶνον,
τοῦτό μοι μόνον τὸ κέρδος,
τοῦτ’ ἐγὼ λαβὼν ἀποίσω·
τὸ θανεῖν γὰρ μετὰ πάντων.

 

Song for a Young Girl

Chant (version voix masculines): Messolonghi Cultural Centre Choir

Paroles

ἐγὼ δ’ ἔσοπτρον εἴην,
ὅπως ἀεὶ βλέπῃς μοι·
ἐγὼ χιτὼν γενοίμην,
ὅπως ἀεὶ φορῇς με.

ὕδωρ θέλω γενέσθαι,
ὅπως σε χρῶτα λούσω, ὅπως σε χρῶτα λούσω.

μύρον, γύναι, γενοίμην,
ὅπως ἐγώ σ’ ἐλείψω.
καὶ ταινίη δὲ μασθῷ
καὶ μάργαρον τραχήλῳ

καὶ σάνδαλον γενοίμην·
μόνον ποσὶν πάτει με, μόνον ποσὶν πάτει.

 

Source Anacréon, fragment 22 (Traduction sur Remacle, voir XX)

Εἰς κόρην
ἡ Ταντάλου ποτ’ ἔστη
λίθος Φρυγῶν ἐν ὄχθαις,
καὶ παῖς ποτ’ ὄρνις ἔπτη
Πανδίονος χελιδών.
ἐγὼ δ’ ἔσοπτρον εἴην,
ὅπως ἀεὶ βλέπῃς με·
ἐγὼ χιτὼν γενοίμην,
ὅπως ἀεὶ φορῇς με.
ὕδωρ θέλω γενέσθαι,
ὅπως σε χρῶτα λούσω·
μύρον, γύναι, γενοίμην,
ὅπως ἐγώ σ’ ἀλείψω.
καὶ ταινίη δὲ μασθῷ
καὶ μάργαρον τραχήλῳ
καὶ σάνδαλον γενοίμην·
μόνον ποσὶν πάτει με.

 

Myrinne (Greek Sea Shanty Version)

Chant (version voix féminine ): Kalia Lyraki → écouter

 

Poseidon God of the Sea

Chant (version voix masculines): Zakynthines Fones of Montreal

Paroles

ἀμφὶ Ποσειδάωτα, μέγαν θεόν,
ἀμφὶ Ποσειδάωτα ἄρχομ’ ἀείδειν.
χαῖρε, Ποσείδαον, χαῖρε γαιήοχε,
χαῖρε, Ποσείδαον, χαῖρε Ἐννοσίγαιε,
χαῖρε, χαῖρε, μέγαν θεόν.
χαῖρε, Ποσείδαον, χαῖρε.
χαῖρε, Ποσείδαον, χαῖρε γαιήοχε,
χαῖρε, Ποσείδαον, χαῖρε Ἐννοσίγαιε,
χαῖρε, χαῖρε, μέγαν θεόν.

Source Hymne à Poséidon, 8, 1-9 (traduction Wikisources)
γαίης κινητῆρα καὶ ἀτρυγέτοιο θαλάσσης
πόντιον, ὅς θ’ Ἑλικῶνα καὶ εὐρείας ἔχει Αἰγάς.
διχθά τοι Ἐννοσίγαιε θεοὶ τιμὴν ἐδάσαντο
ἵππων τε δμητῆρ’ ἔμεναι σωτῆρά τε νηῶν.
χαῖρε Ποσείδαον γαιήοχε κυανοχαῖτα,
καὶ μάκαρ εὐμενὲς ἦτορ ἔχων πλώουσιν ἄρηγε.

 

 

Sources :

The Seikilos Stele contains the the oldest complete song and dates to c.100 BCE. This video explores how the stele was found and how the song sounds; it is sung at 2:28

Les coquettes interprètent Le chant des sirènes.

Enregistrement le 11 décembre 2016 dans l’émission 42ème rue animée par Laurent Valière.

“Le chant des Sirènes” est à la fois le nom de l’album et celui de la chanson dont il sera question ici :

(Le son sera encore meilleur sur Deezer ou sur Spotify.)

Voici le texte de cette chanson :

[Refrain]
J’entends les chants des sirènes
Regarde autour de moi tous ces gens qui m’aiment
J’veux toucher l’soleil avant qu’la pluie n’vienne
T’inquiète pas : seuls les faibles se font bouffer par le système

(bis)

Déchiré, dans une boîte parisienne
Pour la quatrième fois d’la semaine, et c’est même pas l’week-end
Tous mes nouveaux amis sont proches du star-système
Tous mes vieux potes subissent la merde de la vie quotidienne
J’rêvais d’être connu en jouant aux p’tites voitures
Maintenant les labels et les groupies veulent ma signature
Oui, j’assure, j’suis l’génie qu’a écrit “Sale pute”
J’aimais pas l’adolescence : laisse-moi kiffer ma vie d’adulte
Des bises, des poignées d’mains, des sourires hypocrites
Reprends une bouteille : les deux premières sont parties trop vite
Sous champagne, personne n’écoute mais les gens parlent
Dis-moi qui tu connais, j’te dirai si t’es fréquentable
Loin du commun des mortels, tellement loin
En route vers le succès, j’me fais sucer dans l’train
J’trouve la plénitude au sens propre : complètement plein
De l’autre côté du p’tit écran j’laisse mes empreintes…
Parmi les grands

[Refrain]

Mes potes disent que j’change, moi j’dis qu’j’évolue
Cette époque où j’étais perdu d’avance est révolue
J’prends même plus la peine d’avoir une opinion
J’fais des copier-coller d’discussions, j’crée l’illusion
J’pars toucher l’horizon, à dos d’vodka-bison
Mais l’temps passe, j’reste en place, et l’soleil change de position
Un pote attend mes mandats dans sa prison
Pendant qu’j’suis dans un dîner mondain, en train d’régler l’addition
Quand j’parle de mon prochain disque, les yeux d’mes fans s’illuminent
Le problème, c’est qu’j’ai toujours pas écrit une ligne
J’ai la chanteuse du moment en featuring
Y’a deux ans, j’l’aurais sûrement insultée au fil d’une rime
De plus en plus de vautours me tournent autour, au secours
Ça commence à sentir la fin des beaux jours
J’ai pas téléphoné pour l’anniversaire de ma sœur
Alors que j’appelle mon manager toutes les trois heures
Ma meuf pète un câble, veut qu’on passe du temps tous les deux
Mais j’suis au Cap d’Agde, dans la chatte du Diable
Un dernier verre et j’touche les cieux
Tous mes vœux, j’pars en voyage des valises sous les yeux

[Refrain]

Déprimé, dans un bar caennais, vidé
J’regarde mon téléphone en rêvant qu’il s’remette à vibrer
Parfois un vieux pote m’appelle, mais c’est plus pareil
Parfois mon ex m’appelle : j’aurais pas dû la perdre
Les requins avec qui j’taffais, les suceurs qui m’grattaient
M’ont poussé à cracher un deuxième disque raté
Pendant qu’j’buvais du champagne pour me déshydrater
J’vivais dans l’passé, de nouveaux artistes m’ont remplacé
Mes ex-fans déçus cherchent le Orelsan du début
Mais même moi j’crois qu’j’l’ai perdu
Mon banquier m’avait prévenu : “Les impôts vont t’foutre à terre !”
À quel moment j’ai cru qu’j’allais passer au travers ?
J’suis passé d’la vie d’une mini-star au connard de l’histoire
À Caen, j’suis rien d’plus qu’un gros poisson dans une petite mare
Fête chaque victoire mais y’a un juste milieu
Apprends à remonter la pente avant d’entrer dans un cercle vicieux

Où sont passées les sirènes ?
Regarde autour de moi tous ces gens remplis d’haine
Après l’ivresse vient la migraine
Au final, j’crois qu’j’me suis fait bouffer par le système

(bis)

[Refrain]

 

Les sites Genius et LaCoccinelle proposent un début d’analyse littérale de ce texte.

Pour en savoir plus sur le choix du nom de l’album :

 

orelsan chant sirènes

Crédit : la photo de titre, prise au cours du concert des Victoires de la Musique de 2013 (comme la vidéo ci-dessus), a été empruntée à francetvinfo.fr ; on n’hésitera pas à s’intéresser aux choix chorégraphiques, qui mettent à l’honneur les Sirènes.

51opiw6lPdL._SY355_
Partenope est un opéra de Haendel créé en 1730. Peu enregistré, il sort en CD avec le contre-tenor Philippe Jaroussky, la soprano Karina Gauvin et Riccado Minasi à la direction. Un petit bijou pour les mélomanes!

Il sera également9_philippe-jaroussky_220x220 donné au Théâtre des Champs Elysées le 13 janvier 2016.

Partenope narre donc l’histoire de la légendaire et fondatrice reine de Naples courtisée par trois prétendants (Emilio, Arsace et Amindo).

Paroles (d’après le site officiel de l’artiste) :

CASSANDRE

J’aime une fille belle comme le jour
Ou les nuits d’été qu’on passe ensemble
Mais quand s’ouvrent les yeux de mon amour
Je tremble,

Oui je tremble car elle sait lire l’avenir
Et n’y voit jamais rien de très bon
À moins dans l’isoloir d’écrire
Son nom…

Elle s’appelle Cassandre
Et toutes les cinq années
Elle crache un peu de cendres
Comme pour me rappeler
La foule des offrandes dont j’acquitte la somme
Pour épargner des cendres mes confrères les hommes
Et contenter Cassandre

J’ai beau me dire que je ne crois pas
À ses prophéties, d’y rester sourd
Je tremble tant que je ne marche pas
Je cours

Oui je cours et bon toutou lèche les pieds
De ma déesse et ses yeux de plomb
Resteront clos tant que j’écrirai
Son nom…

Elle s’appelle Cassandre
Et toutes les cinq années
Elle crache un peu de cendres
Comme pour me rappeler
La foule des offrandes dont j’acquitte la somme
Pour épargner des cendres mes confrères les hommes
Et contenter Cassandre

Alors j’écris Cassandre
Sinon au mois de mai
Elle crachera des cendres comme pour me rappeler
La foule des offrandes
Dont j’acquitte la somme
J’aimerais me défendre
Mais je ne suis qu’un homme
Et elle une Cassandre…

Et elle une Cassandre

(mars 2014)

bensé

[amazonjs asin=”B00IL7HY8K” locale=”FR” tmpl=”Small” title=”Cassandre”]

Mais  d’où viennent les notes de musique, qui a inventé ces degrés qui montent la gamme ?
Les notes nous ont-elles été dictées par les animaux, comme le dit Démocrite ?
Sont elles le reflet terrestre d’une divine musique céleste, comme le dit Platon ?

Une émission de France Inter, animée par André Manoukian.

Consulter la page de l’émission.

Le clash philosophique: Démocrite contre Platon

“Une des premières routes que je vous propose va nous emmener 35 000 ans en arrière, avec l’histoire d’une petite flûte à cinq trous taillée dans un os de vautour et qui se trouve être le plus vieil instrument du monde.”

En 1723, Georg Friedrich Haendel s’empare de la rencontre entre Jules César et Cléopâtre en 48 avant J.-C., dans un opéra.

Diffusion sur Arte le 10 mai 2015, à 00h05.

Pour tourner le clip d’ “Ils sont cools” (de l’album Le Chant des Sirènes), le duo constitué d’Orelsan et de Gringe est parti en Grèce. Dès l’introduction, c’est le Parthénon qui accueille les superhéros, avant de partager la place d’honneur avec d’autres monuments :

Par rapport aux paroles du CD, on pourra noter cette différence (ici, c’est le texte qui s’adapte au clip !),vers 2’43” :

On va t’jeter d’la Tour Eiffel comme si t’étais Taïg Khris

devient ici :

On va t’jeter du mont Olympe dans la rivière du Styx

 

Quelques éléments d’analyse sur Gentside, qui s’intéresse à l’influence de la série manga des Chevaliers du Zodiaque (ou Saint Seiya) dans la conception de ce clip.

Orelsan-new4

orelsan chant sirènes

Voici un single de 2012, pour lequel Bénabar et Amylie se sont associés :

(Vous trouverez un son de meilleure qualité sur Deezer, par exemple.)

En voici les paroles, selon la légende suivante :

  • violet sur rose = texte de Racine ; noir sur blanc = texte de 2012
  • caractères soulignés = texte chanté par Amylie ; caractères normaux = vers de Bénabar ; gras = texte commun

 

Pour jamais ! Ah ! Seigneur, songez-vous en vous-même 
Combien ce mot cruel est affreux quand on aime ?
On aurait dû peut-être
pour notre rupture
S’inspirer des poètes
de la littérature :
Plutôt que s’envoyer
des insultes mesquines
,

On pourrait emprunter
quelques vers à Racine

Dans un mois, dans un an, comment souffrirons-nous,
Seigneur, que tant de mers me séparent de vous ?
Que le jour recommence et que le jour finisse
Sans que jamais Titus puisse voir Bérénice ?
Pauvre Titus.

Si j’étais Titus,
si t’étais Bérénice,
On sentirait un peu plus
la passion destructrice.
Toi empereur de Rome,
moi reine de Palestine
,
On se ferait de la peine
en alexandrins sublimes
.
Nous ne disposons pas
des beautés du théâtre,
Du souffle de la
scène 5 de l’acte IV

Dans un mois, dans un an, comment souffrirons-nous,
Seigneur, que tant de mers me séparent de vous ?
Que le jour recommence et que le jour finisse
Sans que jamais Titus puisse voir Bérénice ?
Pauvre Bérénice.

Titus, Bérénice,
nous sommes jaloux :
Mesurez votre chance
vous auriez pu comme nous
Exprimer vos tourments
dans une langue à tout faire

Comme font les amants
de sang et de chair

Dans un mois, dans un an, comment souffrirons-nous,
Seigneur, que tant de mers me séparent de vous ?
Que le jour recommence et que le jour finisse
Sans que jamais Titus puisse voir Bérénice ?

Dans un mois, dans un an, comment souffrirons-nous,
Seigneur, que tant de mers me séparent de vous ?
Que le jour recommence et que le jour finisse
Sans que jamais Titus puisse voir Bérénice ?

Bien connu pour Il est libre Max, Hervé Cristiani est aussi à l’origine d’une chanson évoquant la relation de l’empereur Hadrien avec le jeune Antinoüs de Bithynie :

Voici le texte de la chanson Antinoüs, tirée de l’album du même nom et produite en hommage aux Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar.

Cliquetis de timbales d’or, laissez passer César (bis)

 

Que les pages fardés pleurent leurs larmes de miel, les dieux sont fatigués d’habiter le ciel

Que le festin commence, que les nubiennes dansent, que les vins de Chaldée apportent l’oubli

 

Antinoüs, Antinoüs, ton esclave endormi, Antinoüs, Antinoüs, tu peux pas l’oublier

 

Cliquetis de timbales d’or, laissez passer César (bis)

 

Par le cuir et le fer et les aigles d’Europe, tu as conquis la terre et soumis les hommes

Tous ces princes barbares qui se trainent à tes pieds n’ont même pas le pouvoir de te faire oublier

 

Antinoüs, Antinoüs, ton esclave endormi, Antinoüs, Antinoüs, tu peux pas l’oublier

 

Dans les statues de marbre et les monnaies de l’empire, dans le souffle des arbres, il y a son sourire

Par la pourpre impériale qui te couvre le corps, par le chant des vestales, il vivra encore

 

Antinoüs, Antinoüs, ton esclave endormi, Antinoüs, Antinoüs, tu peux pas l’oublier

 

Cliquetis de timbales d’or, laissez passer César (bis)

antinoos2

 

Fauve nous invite, à la fin de la chanson “Les Hautes lumières” de son dernier album “Vieux Frères – partie 2” (février 2015), un petit tour éclair du côté de Rome :

Je veux t’offrir le tintement / des couverts d’argent contre le cristal
Et les mots précieux des miens
Je veux écouter les histoires des anciens / encore et encore / ces histoires millénaires qui renaissent : « On s’est connus / il y a 3000 ans / on se retrouve maintenant
Et nos enfants feront de même »

Je t’emmène loin des griffes de la colère / loin des regrets / loin des nausées
Je t’emmène loin de la barbarie et des odeurs de kérosène / brûlé
Je t’emmène / courir après des filles / après des garçons / après des rêves
Et contempler les vivants / ces gens qu’on croise parfois / qui nous font tomber amoureux / pour 2 / pour 3

On doit encore parcourir la Terre / on doit trouver 100.000 sœurs et 100.000 frères / pour plus jamais être seuls dans les cimetières
Alors sur la colline du Palatin / par-dessus les dômes byzantins / bientôt nous serons postés / nous armerons nos flèches de diamant / pour devenir sagittaires / et décrocher / les hautes lumières

 

[amazonjs asin=”B00QFVL1CO” locale=”FR” tmpl=”Small” title=”Vieux Freres Partie 2″]

On connaissait l’adaptation de la chanson Let it go dans des dizaines de langues.

On vous fait aussi découvrir deux adaptations en latin, …

 

 

… puis en grec dans une version décalée:

Bonne écoute, le regard porté vers les flocons qui recouvrent les paysages de nombreuses régions !

O caritas – Cat Stevens

paroles

O caritas
hunc ornatum mundi
nolo perdere
video flagrare
omnia res
audio clamare
homines
nune extinquitur
mundi et astrorum lumen
nune concipitur mali hominis crimen
tristetat et lacrimis
gravis est dolor
de terraeque maribus
magnus est clamor
O caritas, O caritas
nobis semper sit amor
nos perituri mortem salutamus
sola resurgit vita
Ah, this world is burning fast
Oh, the world will never last
I don’t want to lost it here in my time

 

 

 

Auteurs :
ISLAM, YUSUF / TOUMAZIS, ANDREAS / TAYLOR, JEREMY /

Publié par :
Lyrics © Sony/ATV Music Publishing LLC, BMG RIGHTS MANAGEMENT US, LLC

La muse de la danse a confié son nom (et son corps) au groupe de Baptiste W. Hamon :

En voici le texte (n’hésitez pas à en suggérer des corrections ou à faire des propositions pour remplacer les ***) :

Hélas j’ai perdu ma jeunesse dans les bals dans les soirées si quel- que chose me reste ce sont ces petits pieds ces pieds de diamant rose qui passent et qui me frôlent comme l’hypnose   J’ai pris les seins de Diane touché les jolies joues de Flore mais ce qui ranime ma flamme ce sont les pieds de Terpsichore   Demain j’irai chercher ma douce vérité au coeur d’un nouvel été pas encore condamné j’irai baiser les fleurs comme on baise son passé pour se relever   J’ai pris la bouche de Diane serré la peau rose de Flore mais ce qui ranime ma flamme ce sont les pieds de Terpsichore   Où êtes-vous princesses *** (?) vous qui dansiez toute la nuit ivres de moi ivres de paix (bis)   Où êtes-vous

  Un petite recherche rapide permet de voir un potentiel écho à un roman versifié de Pouchkine (Eugène Onégine, chap. I) :

XXXII

Le sein de Diane, les joues de Flore sont charmants, je l’avoue ; mais le pied de Terpsichore est plus attrayant pour moi. Je l’aime, Elvina, sous les longues nappes des tables de banquet, au printemps sur l’herbe des prairies, en hiver sur le fer des cheminées, sur le parquet miroitant des salons, sur le granit des rochers qui bordent la mer.

C’est Bénabar qui nous conduit aujourd’hui à l’Antiquité !

Son nouvel album, Inspiré de faits réels, sorti en 2014, compte une chanson facétieuse au doux nom de Gilles César. Non, non, ce n’est pas une faute de frappe !

Ecouter un extrait sur Deezer.

L’artiste a publié les paroles de la chanson sur son site personnel.

A découvrir vite !

… “tandis que Salade Mythologique réussit la prouesse de citer plus de 150 dieux de l’Olympe et sites antiques en quatre couplets !” (14 avril 2014)

Défi réussi pour l’artiste !

A écouter sur Deezer.

Découvrir Drôle de poésie, l’album de Pierre PERRET

Par Christine and the queens.

Extrait de l’album Mac Abbey (2012).

Découvrir les paroles.

 

 

 

On peut s’attendre au pire me direz-vous ? Eh bien pas du tout ! Nous avons testé pour vous les compositions de ce groupe de Hip Hop allemand pour le moins original en achetant la compil définitive de tous leurs tubes et nous n’en avons pensé que du bien : des textes amusants, bien écrits et utilisables en classe, des mélodies et rythmiques soignées (notamment pour les morceaux “Odi et Amo” et “Tu romane !”), une chanson, “Odi et Amo” qui met en musique la poésie élégiaque de Catulle et surtout une passion pour l’Antiquité et un sens de la dérision évidents. Alors, un conseil : achetez, c’est un disque collector comme on dit aujourd’hui.

Lire les paroles des chansons du groupe Ista : ici. !!! 

 >>> Voir le site du groupe de hip-hop allemand latinophile Ista : ici . On peut y écouter des extraits de leurs morceaux et même commander leurs cds.

Enregistrer

 

Gaudeamus igitur (en latin: Réjouissons-nous), appelé aussi simplement Gaudeamus, et également connu sous le nom de De brevitate vitae (en latin : La brieveté de la vie), est un chant anonyme du XVIIIe siècle considéré aujourd’hui dans beaucoup de pays comme l’hymne international des étudiants.

Il se chante généralement dans sa version latine. Jadis les étudiants de nombreux pays connaissaient tous le latin et communiquaient dans cette langue. Sa conservation dans l’hymne Gaudeamus igitur est une survivance de cette universalité linguistique.

Gaudeamus igitur – subjonctif d’ordre

Chez les étudiants de France cet hymne est aujourd’hui très peu connu et chanté. Par contre, le Gaudeamus est beaucoup plus connu en Belgique, où il fait partie intégrante du folklore étudiant (Source: Wikipédia).

Autre vidéo façon karaoké (attention, le chant commence à 0.20 s):

Une petite chanson à boire !

 

Hommage de l’artiste belge à Césaria EVORA, symbole de la “sodade“.

Petite analyse stylistique pour comprendre comment Stromae titille nos connaissances antiques dans cette chanson :

Le titre, “Ave Cesaria“, relie la chanteuse à Jules César, en établissant un lien avec le salut des gladiateurs à ce dernier : lorsque ces premiers s’apprêtaient à combattre dans l’arène, ils prononçaient d’après Suétone : “Ave Caesar, morituri te salutant.” (Ave César, ceux qui vont mourir te saluent). Ce jeu de mots peut mettre en avant le rappel de la disparition de la chanteuse, mais il me semble que Stromae souligne ici surtout l’hommage qu’il réalise à la diva capverdienne :  par ce jeu de mots et de sonorités, il pose en effet la “chanteuse aux pieds nus” sur le piédestal de l’Histoire.

Malgré toutes ces bouteilles de rhum / Tous les chemins mènent à la dignité…” s’inspire librement et malicieusement de l’adage “Tous les chemins mènent à Rome”, à travers le jeu de mots des homophones “rhum”/”Rome” (en stylistique on appelle ce petit jeu une “paronomase”), et le penchant de la chanteuse pour l’alcool de son pays : Stromae me semble simplement souligner ici que les ponctuations fortement alcoolisées de la vie de Césaria Evora ne l’ont pas empêchée pour autant de gagner en respect et en dignité.

Le clip officiel :

Merci à Robert et à Marie pour leurs contributions, et à mon élève Emma pour m’avoir fait découvrir cette chanson !

X