ESSAI • Le Dernier des hommes : figures du mendiant en Grèce ancienne

Les sociétés découvrent leur vrai visage dès qu’on les observe depuis leurs marges. La figure du mendiant offre, de ce point de vue, un cas idéal. Personnage déclassé et toujours soupçonné d’être un parasite, le mendiant est victime de tous les préjugés, de toutes les violences. Dans la société grecque classique, il est l’anti-modèle de l’homme accompli, que définit son statut de propriétaire terrien, de chef de famille et de citoyen. Mais il en est en même temps le miroir et le révélateur : il lui renvoie ses propres valeurs et ses propres défauts.

À travers l’étude de cinq représentations littéraires et philosophiques du mendiant puisées chez Homère, Sophocle, Aristophane, Platon et les Cyniques, Étienne Helmer montre comment ce personnage, objet de mépris et de suspicion, est toujours en même temps présenté comme le porte-parole de la vérité, aussi bien sur les plans éthique et politique que métaphysique et anthropologique.

Cet ouvrage, le seul en langue française consacré à cette question, n’est pas destiné aux seuls spécialistes de l’Antiquité : il s’inscrit dans un champ de recherches plus large autour de l’une des questions centrales de notre temps.

Pour en savoir plus, consultez le site de l’éditeur.

dernier homme mendiant grèce

[amazonjs asin=”2866458249″ locale=”FR” tmpl=”Small” title=”Le Dernier des hommes : Figures du mendiant en Grèce ancienne”]

A propos Thomas Frétard

Thomas Frétard
Enseignant de Lettres classiques dans l'académie d'Orléans-Tours. Doctorant rattaché au laboratoire CRISES (Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales) de l'université Paul-Valéry Montpellier 3

Sur le même thème

Courrier international / Découverte d’un char version “Lamborghini antique” près de Pompéi

Un char romain à quatre roues, luxueusement décoré et extrêmement bien préservé, a été mis …

Laisser un commentaire