Accueil » Livres, audio, videos » Audio » Horace, Épode, 2, v.1“36 (mètre : couplet trimètre iambique + dimètre iambique)

Horace, Épode, 2, v.1“36 (mètre : couplet trimètre iambique + dimètre iambique)


Classement : Texte latin en lecture restituée
Nous présentons ici les travaux d’enregistrements sonores de poésie latine de Vojin Nedeljkovic.
En effet, le site Viva Voce sur lequel était présenté ce travail n’est aujourd’hui plus accessible : http://dekart.f.bg.ac.yu/~vnedeljk/VV/index.html
Vojin Nedeljkovic lis les textes latins en marquant les longueurs des syllabes et les syllabes accentuées : une véritable redécouverte de la poésie antique.
Horace, Épode, 2, v.1–36 (mètre : couplet trimètre iambique + dimètre iambique)
Beatus ille qui procul negotiis,
ut prisca gens mortalium,
paterna rura bobus exercet suis
solutus omni fenore :
neque excitatur classico miles truci
neque horret iratum mare,
forumque vitat et superba civium
potentiorum limina.
Ergo aut adulta vitium propagine
altas maritat populos,
aut in reducta valle mugientium
prospectat errantes greges,
inutilesve falce ramos amputans
feliciores inserit,
aut pressa puris mella condit amphoris,
aut tondet infirmas oves,
vel cum decorum mitibus pomis caput
Autumnus agris extulit,
ut gaudet insitiva decerpens pira
certantem et uvam purpurae,
qua muneretur te, Priape, et te, pater
Silvane, tutor finium.
Libet jacere modo sub antiqua ilice,
modo in tenaci gramine :
labuntur altis interim ripis aquae,
queruntur in silvis aves,
fontesque lymphis obstrepunt manantibus,
somnos quod invitet leves.
At cum tonantis annus hibernus Jovis
imbres nivesque comparat,
aut trudit acris hinc et hinc multa cane
apros in obstantes plagas,
aut amite levi rara tendit retia
turdis edacibus dolos,
pavidumque leporem et advenam laqueo gruem
jucunda captat praemia.
Traduction :

“Heureux celui qui loin des affaires, comme la race antique des hommes, laboure avec ses bœufs les champs paternels, libre de tout souci usuraire; qui, soldat, n’est point réveillé par la trompette terrible, que la mer irritée n’épouvante pas, qui évite le Forum et le seuil superbe des puissants citoyens! Ou il marie les hauts peupliers et les ceps adultes des vignes, ou il regarde les troupeaux mugissants errer au fond de la vallée. Il coupe, de la serpe, les rameaux inutiles et il en greffe de plus heureux; il enferme en des amphores neuves le miel exprimé, ou il tond les faibles brebis; ou, quand l’automne élève dans les champs sa tête ornée de doux fruits, combien il se réjouit de cueillir les poires greffées et la grappe pourprée qui te sont offertes, Priapus, et à toi, Père Silvanus, gardien des limites! Il lui plaît de se coucher tantôt sous une antique yeuse, tantôt sur l’herbe vivace, tandis que les eaux coulent entre de hautes rives, que les oiseaux se plaignent dans les forêts et que les sources font bruire leurs ondes indécises, ce qui invite aux légers sommeils. Mais, quand la saison hivernale de Jupiter tonnant ramène les pluies et les neiges, il pousse ici et là les farouches sangliers, à l’aide de nombreux chiens, vers les filets tendus, ou il prépare sur des baguettes polies des rets rusés aux grives gourmandes, ou il prend dans un lacet le lièvre timide et la grue voyageuse, prix agréables de ses peines.

 

A propos Arrête Ton Char !

Arrête Ton Char !
Propositions du collectif : https://www.arretetonchar.fr/manifeste-arrête-ton-char-les-lca-aujourdhui/

Sur le même thème

Sur les traces d’Isidore III, inventeur de mots

France Culture nous donne à découvrir un bien curieux passionnée des langues antiques : Dans …

Laisser un commentaire