Accueil » Ressources pédagogiques » Iconographie, HDA » Monumentalité et propagande totalitaire : Mussolini et Hitler

Monumentalité et propagande totalitaire : Mussolini et Hitler

Comme les empereurs romains, les chefs des régimes totalitaires du XXème siècle ont multiplié les projets architecturaux colossaux, afin de prouver la supériorité de leur vision du monde. Lors de la seconde guerre mondiale Benito Mussolini en Italie et Adolf Hitler en Allemagne vont utiliser les codes de l´architecture romaine antique à  des fins de propagande.
Mussolini déclarait d´ailleurs : 
“Rome est notre point de départ et notre référence, avait-il déclaré. Nous rêvons d´une Italie romaine, c´est-à -dire sage, forte, disciplinée et impériale.”

 

 

 

 

 

 

 

Lire l´article « La Rome du Duce » sur le site Courrier International : http://www.courrierinternational.com/article/2007/10/04/la-rome-du-duce
—–

I. Mussolini et le renouveau du modèle antique
A partir de 1921, Mussolini veut créer un Empire romain Fasciste qui rejoindrait, puis dépasserait l´Empire des Césars. Il multiplie alors les références à  l´Antique tout en privilégiant une esthétique moderniste, afin d´incarner aux yeux du monde, le César des temps modernes.


Portrait aérien de Mussolini en aviateur, 1930, huile sur toile, A.G. Ambrosi (1901-1945) : le visage du Duce apparaît en surimpression sur le Colisée et le forum romain.


conçu par les architectes Aschieri, Bernardini, Pascoletti e Peressutti, pour l´Exposition universelle de Rome qui devait avoir lieu en 1942. Il a été finalement inauguré en 1955.


Le « Colisée carré » bâti entre 1938 et 1940 : prévu à  l´origine pour devenir le Palais de la Civilisation italienne et du Travail.


Effigie monumentale de Mussolini, siège du parti fasciste à  Rome, lors du plébiscite de 1934
—–
II. Hitler et la mise en scène du pouvoir

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour Hitler, l´art joue un rôle politique majeur : il doit révéler le prétendu génie de la race aryenne. Hitler adopte donc une architecture classique. Le modernisme étant considéré comme « dégénéré ».


Cour d´honneur de la « Nouvelle Chancellerie du Reich » (1938-1945), résidence officielle d´Hitler : conçue pour impressionner les dirigeants étrangers, elle se présentait comme un gigantesque décor antiquisant.


« Nouvelle Chancellerie du Reich » vue depuis le jardin


Maquettes du projet « Germania » : dès 1942, Hitler prévoit la reconstruction de Berlin, après la victoire programmée de la guerre. On y aurait vu le Grand Dôme, inspiré par le Panthéon de Rome, et la Grande Avenue, plus large que les Champs-Elysées et terminée par un arc de triomphe et une piscine conçue sur le modèle des grands thermes impériaux romains.

Svastika et croix gammée
<doc19541|left>

<doc19545|left>

Salut romain (statue d’Auguste Prima Porta) et salut nazi (Adolf Hitler)

<doc19544|left>









Enregistrer

A propos Robert Delord

Robert Delord
Enseignant Lettres Classiques (Acad. Grenoble) Auteur - Conférencier : Antiquité et culture populaire Formateur (LCA / Lettres / Image / EMI / Pédagogie de projets / TICE et utilisation raisonnée du numérique / - Président de l'association et administrateur du site "Arrête ton char !" - Membre du comité d’organisation du Festival Européen Latin Grec

Sur le même thème

Concours de nouvelles Jacqueline de Romilly

L’association Sauvegarde des Enseignements Littéraires propose depuis plusieurs années un concours de nouvelles, le Concours …

Une réaction

Laisser un commentaire

X