Accueil » Actualités des LCA » Faire un enfant sans femme

Faire un enfant sans femme


Classement : Reportage
Thématique :
Media : France Culture

France Culture – Nous serons comme des dieux – faire un enfant sans femme – 10-07-2014

 

De toutes les procréations assistées que comporte la mythologie grecque, celle-ci est la plus stupéfiante. Tellement qu’elle comporte plusieurs variantes aussi tordues les unes que les autres, comme vous allez l’entendre.

Hyriée était roi de Béotie quand un jour, trois dieux vinrent lui rendre visite. Il s’agissait de Zeus, d’Hermès et de Poséïdon- c’est-à-dire, à Rome, Jupiter, roi des dieux, Mercure, dieu des carrefours et Neptune, dieu de la mer. Hyriée s’empressa de tuer en leur honneur un de ses plus beaux animaux, un bœuf bien gras. Même si les dieux ne se nourrissaient que de la fumée des os brûlés, ils furent satisfaits et proposèrent à Hyriée de le récompenser.

Là, deux versions. Dans la première version, Hyriée désirait un enfant, mais il n’aurait encore jamais rencontré de femmes. Dans la seconde, il connaissait des femmes et voulait s’en passer pour avoir un enfant. Chacun jugera. Donc, un enfant sans femme. Qu’à cela ne tienne !

Les trois dieux demandèrent au roi de Béotie d’uriner sur la peau du bœuf fraîchement écorché, puis, gravement et ensemble, ils éjaculèrent sur le pissat du roi. « Tu n’as plus qu’à enterrer la peau en la roulant », lui dit Zeus. Hyriée obtempéra.

Neuf mois plus tard, en sortait un garçon que son père nomma Orion, de Ouria, l’urine, en grec. Il y avait quand même un léger inconvénient. Fils de l’urine paternelle et des spermes de trois dieux, Orion était un géant. Magnifique, mais immense. Formidablement charmeur, formidablement chasseur, si grand que sa tête dépassait la cîme des arbres,Orion était un garçon dérangeant.

Il chasse, coucha beaucoup, viola de temps en temps et finalement, un père exaspéré lui creva les yeux. Un oracle prédisait qu’Orion recouvrerait la vue s’il regardait le lever du soleil. Orion s’empara d’un jeune enfant qu’il posa sur ses épaules pour le guider jusqu’à la mer. C ‘est le sujet du superbe tableau de Nicolas Poussin, Orion aveugle, les pieds écrasant les humains minuscules et la tête dans les nuages. Orion marcha dans l’eau et aperçut l’Aurore. Elle s’appelle Eos, aurore aux doigts de rose ou en robe de safran, et elle s’éprit du géant auquel elle redonna la vue.

Orion plaisait aussi à la déesse Artémis- Diane à Rome-, non qu’elle le désirât, étant farouchement vierge, mais parce qu’étant la patronne des chasseurs, elle voulait  flécher quelques fauves en compagnie d’Orion. Ce n’était pas prudent. Le pauvre grand géant ne put se retenir et voulut violer Artémis. On ne fait pas plus dangereux.

Apollon, le frère jumeau d’Artémis, était du genre à surveiller sa jumelle. Voyant cela, il créa un scorpion  gigantesque qui piqua Orion au pied et le tua. Il existe pour la mort d’Orion une autre version plaisante, mais très invraisemblable. Pour échapper au scorpion, Orion serait entré dans la mer. Apollon aurait dit alors à sa sœur, « Là-bas, tu vois ce truc qui flotte ? C’est un type qui a attaqué une de tes prêtresses. » Artémis, n’y voyant pas très bien, aurait fléché elle-même le beau géant.

Mais ça, c’est impossible. La déesse de la chasse se trompant de cible pour cause de mauvaise vue ? Allons donc. Pour mettre à mort le plus grand des chasseurs, la jalousie d’Apollon suffisait  largement pour  fabriquer un scorpion géant.

Quel rapport, direz-vous, avec l’urine de sa naissance ? Je n’en vois qu’un. Artémis transforma Orion en constellation et le scorpion aussi, en l’éloignant le plus loin possible. Le signe astrologique du Scorpion est un signe d’eau et de feu, eaux amniotiques, semences, spermes, humeurs et urine. S’il en était ainsi, Orion aurait été mis à mort sous sa propre origine, fils d’urine, tué par l’urine.



Dans la même série
  • Les petites amoureuses du roi des dieux – L’amant déguisé en nuage
  • Les petites amoureuses du roi des dieux : L’amant déguisé en pluie
  • Toutes sortes de monstres : Pan, le dieu bouc
  • Les petites amoureuses du roi des dieux – L’amant déguisé en mari
  • Les enfants prodigieux, Alcide le caractériel
  • Nos amis les rats : Sérapis, un dieu farci de rats
  • Nos amis les rats : Apollon, dieu des rats
  • Les enfants prodigieux : Hermès, bébé voyou
  • Les amoureux massacrés, Attis, le pin émasculé
  • Les procréations assistées – Deuxième grossesse de Zeus : naissance de Dionysos
  • Les procréations assistées – L’accouchement du crâne de Jupiter
  • Toutes sortes de monstres : le Minotaure
  • Les petites amoureuses du roi des dieux, L’amant déguisé en sa fille
  • Les petites amoureuses du roi des dieux, L’amant-cygne
  • Les déesses vierges, La bruyante aux flèches d’or née sur l’île aux phoques
  • Les déesses vierges, Hestia ou le nombril du foyer
  • Les déesses vierges, Athéna ou l’éblouissement
  • Les amoureux massacrés, le charme de l’inceste et la dent de sanglier
  • Les amoureux massacrés : le chasseur et la chaste déesse
  • Les procréations assistées : faire un enfant sans femme
  • A propos Robert Delord

    Robert Delord
    Enseignant Lettres Classiques (Acad. Grenoble) Auteur - Conférencier : Antiquité et culture populaire Formateur (LCA / Lettres / Image / EMI / Pédagogie de projets / TICE et utilisation raisonnée du numérique / - Président de l'association et administrateur du site "Arrête ton char !" - Membre du comité d’organisation du Festival Européen Latin Grec

    Sur le même thème

    Grande enquête DHG 2020 et LCA en collège et lycée

    Janvier, la saison de la galette des rois… et de la DHG qui “tombe” (c’est …

    Laisser un commentaire

    X