Accueil » Actualités des LCA » Les petites amoureuses du roi des dieux – L’amant déguisé en nuage

Les petites amoureuses du roi des dieux – L’amant déguisé en nuage


Classement : Reportage
Thématique :
Media : France Culture

Nous serons comme des dieux : Les petites amoureuses du roi des dieux – L’amant déguisé en nuage – 06-08-2014 (6′)

Comme on l’a vu, Zeus se permet toutes les privautés. Le voilà qui tombe amoureux d’une prêtresse de son épouse Héra ! Mais ce n’est pas sa faute, pour une fois, enfin, pas tout à fait. On lui avait, dit-il, versé un philtre d’amour. Est-ce qu’on en est sûr ? Non. C’est peut-être mensonger.

La jeune fille s’appelle Io. Est-elle belle ? On ne sait pas. Elle est fille d’un dieu fleuve. Son charme principal tient à sa prêtrise qui la rend interdite et Zeus adore ça. Il se montre dans un rêve, lui intime de l’aimer. La jeune fille s’inquiète, son père consulte l’oracle, et l’oracle répond qu’elle doit obéir aux injonctions du rêve, sinon, sa famille sera foudroyée. Et d’un.

Pour des amours tranquilles, Zeus se change en nuage. Et de deux. C’est pratique, invisible, cela va et vient, l’amant divin peut disparaître en un coup de vent, c’est un déguisement parfait. Mais Héra surprend sa prêtresse en pleine jouissance et voit briller, dans le nuage qui l’entoure, l’œil fulgurant de son mari. Alors elle se fâche.

Vite, Zeus change la jeune Io en génisse blanche. Vite, Héra lui dit ” Donne-la moi, je la veux ! ” Penaud, Zeus obéit. Voici Io la génisse entre les mains d’Héra, paissant dans une prairie et comme de juste, enceinte.

Quand elle a le dos tourné, Zeus retrouve sa belle sous la forme d’un taureau et bien entendu, se fait prendre.

Pour qu’elle soit bien gardée, Héra confie Io la vache blanche à son parent Argos, un drôle de type à cent yeux et qui n’en ferme jamais que cinquante. Toujours épris, Zeus envoie Hermès endormir et tuer le gardien aux cent yeux. Héra récupère les cent yeux d’Argos et les pose sur les plumes du paon, son oiseau fétiche. Entre temps, Io s’est sauvée à quatre pattes.

Elle court, la malheureuse génisse, elle court en meuglant pour échapper au taon qu’Héra a expédié pour la piquer sans relâche. Elle traverse la Grèce, piétine le passage de la Vache, en grec, Bous, la vache, Poros, le passage, un détroit plus connu sous le nom de Bosphore. Et ce n’est pas fini ! Elle circule dans le Moyen-Orient, arrive au Caucase, rencontre Prométhée qui y est enchaîné, et gagne un pays sûr. C’est l’Egypte.

Le supplice de la génisse blanche s’achève. Io accouche d’un fils, Epaphos, ce qui signifie ” le toucher de Zeus”, puis devient reine d’Egypte sous le nom d’Isis ou Hathor, déesse aux cornes de vache. La jalouse Héra tente encore une fois de la persécuter enlevant Epaphos, mais, comme toujours quand il s’agit d’un rejeton qu’il a eu d’une mortelle, Zeus ne laisse pas faire et libère son fils. Et la chute du mythe est admirable: Epaphos épouse Memphis et ils eurent une fille, petite-fille de Zeus et de Io. Cette fille, c’est la Lybie.


Dans la même série :

A propos Robert Delord

Enseignant Lettres Classiques (Acad. Grenoble) Auteur - Conférencier : Antiquité et culture populaire Formateur (LCA / Lettres / Image / EMI / Pédagogie de projets / TICE et utilisation raisonnée du numérique / - Président de l'association et administrateur du site "Arrête ton char !" - Membre du comité d’organisation du Festival Européen Latin Grec

3 3 réactions

  1. Cette publication a été remarquée par : Nous serons comme des dieux : Les petites amour...

  2. Cette publication a été remarquée par : Mythologie | Pearltrees

  3. Cette publication a été remarquée par : Bazar temporaire 2 | Pearltrees

Laisser un commentaire