Accueil » Actualités des LCA » Nos amis les rats : Sérapis, un dieu farci de rats

Nos amis les rats : Sérapis, un dieu farci de rats


Classement : Reportage
Thématique :
Media : France Culture

Nous serons comme des dieux – Nos amis les rats – Sérapis, un dieu farci de rats – 14-08-2014 (durée : 6′)

http://www.franceculture.fr/emission-nous-serons-comme-des-dieux-nos-amis-les-rats-serapis-un-dieu-farci-de-rats-2014-08-14

Celui-là est un drôle de dieu. Apparu à l’époque des Lagides, les souverains grecs successeurs d’Alexandre en Egypte, Sérapis rassemble de l’égyptien, du grec, de l’oriental, du solaire, du fertile et de la guérison. Avant que le cadavre d’Alexandre ne soit solennellement déposé près d’Alexandrie, sa ville,  existait dans l’Egypte antique un culte de dieu taureau, Apis, un animal au pelage blanc tacheté de noir, les 29 taches étant soigneusement codées. Ce taureau était un dieu vivant sélectionné à un an d’après la validité de ses taches noires, gardé 40 jours au secret, et honoré quatre mois en public dans un temple  où les femmes pouvaient lui présenter des offrandes. Puis le dieu taureau se rendait en barque à Mephis, et y demeurait jusqu’à sa mort. Une fois par an, on lui offrait  une génisse immédiatement abattue après la saillie. Quand le taureau avait 25 ans, les prêtres le noyaient rituellement comme fut noyé le dieu Osiris par son méchant frère le dieu Seth. Aussitôt, l’Apis se réincarnait et les prêtres allaient chercher le taureau blanc tacheté de noir etc.

Rien de tel avec Sérapis, dieu composite fabriqué par les souverains Lagides. Le rapport entre le dieu hellénistique et l’antique dieu taureau est mince : les Apis momifiés étaient vénérés sous le nom d’Osiris-Apis. Entendu par des Grecs, cela donne Sarapis, ou Sérapis. Dieu à forme humaine, majestueusement barbu, Sérapis a les cheveux bouclés et porte sur la tête un gobelet de vannerie destiné à mesurer le blé. Il est couvert de fruits, car il est le dieu de l’abondance. Il est tout à la fois Zeus, Hadès, roi des morts, Dionysos, dieu de la vigne, Asclépios, dieu de la guérison, Isis, déesse de la résurrection, et parce qu’il est tout cela, son culte s’étend sur toute la Méditerranée.

Et les rats là-dedans ? Je les garde pour la fin. Car il y eut une fin de l’immense statue de Sérapis en Egypte, si grande que sa main touchait le ciel du temple. Au premier siècle, après le triomphe du christianisme,  nous disent les historiens chrétiens, surtout Rufinus, le patriarche chrétien Théophile rassembla ses armées de moines coptes pour assaillir le temple de Sérapis où s’étaient réfugiés les païens d’Alexandrie. Les premiers chrétiens n’étaient pas plus tendres que leurs persécuteurs des générations précédentes, et tous les paIens furent massacrés.

Le massacre commença quand un garde décapita d’une flèche la statue sacrée de Sérapis, supposée être en or, argent, et pierres précieuses. L’immense dieu bascula et se fracassa sur le sol. Preuve que Sérapis  était vraiment le mal, des milliers de rats sortirent de la carcasse divine.



Dans la même série
  • Les petites amoureuses du roi des dieux – L’amant déguisé en nuage
  • Les petites amoureuses du roi des dieux : L’amant déguisé en pluie
  • Toutes sortes de monstres : Pan, le dieu bouc
  • Les petites amoureuses du roi des dieux – L’amant déguisé en mari
  • Les enfants prodigieux, Alcide le caractériel
  • Nos amis les rats : Apollon, dieu des rats
  • Les enfants prodigieux : Hermès, bébé voyou
  • Les amoureux massacrés, Attis, le pin émasculé
  • Les procréations assistées – Deuxième grossesse de Zeus : naissance de Dionysos
  • Les procréations assistées – L’accouchement du crâne de Jupiter
  • Faire un enfant sans femme
  • Toutes sortes de monstres : le Minotaure
  • Les petites amoureuses du roi des dieux, L’amant déguisé en sa fille
  • Les petites amoureuses du roi des dieux, L’amant-cygne
  • Les déesses vierges, La bruyante aux flèches d’or née sur l’île aux phoques
  • Les déesses vierges, Hestia ou le nombril du foyer
  • Les déesses vierges, Athéna ou l’éblouissement
  • Les amoureux massacrés, le charme de l’inceste et la dent de sanglier
  • Les amoureux massacrés : le chasseur et la chaste déesse
  • Les procréations assistées : faire un enfant sans femme
  • A propos Robert Delord

    Robert Delord
    Enseignant Lettres Classiques (Acad. Grenoble) Auteur - Conférencier : Antiquité et culture populaire Formateur (LCA / Lettres / Image / EMI / Pédagogie de projets / TICE et utilisation raisonnée du numérique / - Président de l'association et administrateur du site "Arrête ton char !" - Membre du comité d’organisation du Festival Européen Latin Grec

    Sur le même thème

    RTL / Aiguë, exiguë, ambiguë: mais où va donc le tréma ?

    Aujourd’hui, amis des mots, nous allons parler de deux petits points qui posent question à …

    Laisser un commentaire

    X