Accueil » Livres, audio, videos » Audio » CD • Titus et Bérénice : de Racine à Bénabar et Amylie

CD • Titus et Bérénice : de Racine à Bénabar et Amylie


Classement : Musique

Voici un single de 2012, pour lequel Bénabar et Amylie se sont associés :

(Vous trouverez un son de meilleure qualité sur Deezer, par exemple.)

En voici les paroles, selon la légende suivante :

  • violet sur rose = texte de Racine ; noir sur blanc = texte de 2012
  • caractères soulignés = texte chanté par Amylie ; caractères normaux = vers de Bénabar ; gras = texte commun

 

Pour jamais ! Ah ! Seigneur, songez-vous en vous-même 
Combien ce mot cruel est affreux quand on aime ?
On aurait dû peut-être
pour notre rupture
S’inspirer des poètes
de la littérature :
Plutôt que s’envoyer
des insultes mesquines
,

On pourrait emprunter
quelques vers à Racine

Dans un mois, dans un an, comment souffrirons-nous,
Seigneur, que tant de mers me séparent de vous ?
Que le jour recommence et que le jour finisse
Sans que jamais Titus puisse voir Bérénice ?
Pauvre Titus.

Si j’étais Titus,
si t’étais Bérénice,
On sentirait un peu plus
la passion destructrice.
Toi empereur de Rome,
moi reine de Palestine
,
On se ferait de la peine
en alexandrins sublimes
.
Nous ne disposons pas
des beautés du théâtre,
Du souffle de la
scène 5 de l’acte IV

Dans un mois, dans un an, comment souffrirons-nous,
Seigneur, que tant de mers me séparent de vous ?
Que le jour recommence et que le jour finisse
Sans que jamais Titus puisse voir Bérénice ?
Pauvre Bérénice.

Titus, Bérénice,
nous sommes jaloux :
Mesurez votre chance
vous auriez pu comme nous
Exprimer vos tourments
dans une langue à tout faire

Comme font les amants
de sang et de chair

Dans un mois, dans un an, comment souffrirons-nous,
Seigneur, que tant de mers me séparent de vous ?
Que le jour recommence et que le jour finisse
Sans que jamais Titus puisse voir Bérénice ?

Dans un mois, dans un an, comment souffrirons-nous,
Seigneur, que tant de mers me séparent de vous ?
Que le jour recommence et que le jour finisse
Sans que jamais Titus puisse voir Bérénice ?

A propos Thomas Frétard

Thomas Frétard
Enseignant de Lettres classiques dans l'académie d'Orléans-Tours.

Sur le même thème

Sur les traces d’Isidore III, inventeur de mots

France Culture nous donne à découvrir un bien curieux passionnée des langues antiques : Dans …

Laisser un commentaire