Ad fines Africae Romanae – Les mondes tribaux dans les provinces maurétaniennes

Les Maurétanies, Tingitane et Césarienne, tardivement intégrées dans l’Empire romain, se distinguent des autres provinces africaines par l’importance de communautés rurales sédentaires (gentes) dont le type d’organisation politico-sociale, fondée sur des liens familiaux et régie par la coutume, est reconnu par Rome. Ces régions sont aussi les premières à sortir de l’Empire au moment de l’arrivée des Vandales, qui favorise la mise en place de royaumes maures au sein desquels s’observent des manifestations diverses du processus de construction d’identité ethnique, plus ou moins marquées par quatre siècles de relations complexes avec Rome. Cet ouvrage propose une analyse de ces relations en fonction du degré de marginalité des populations maures, de la périphérie des centres romanisés aux zones frontalières.

La réaffirmation des structures tribales pendant les “siècles obscurs” qui précèdent la conquête arabe découle en partie de la perte de confiance dans les institutions romaines des élites tribales romanisées et christianisées, à la suite de la guerre de Firmus, mais aussi de l’installation de populations maures venues du sud : toute une partie de l’Afrique est désormais tournée davantage vers les axes de circulation et d’échanges avec les zones présaharienne et saharienne.

A propos Thomas Frétard

Thomas Frétard
Enseignant de Lettres classiques dans l'académie d'Orléans-Tours. Doctorant rattaché au laboratoire CRISES (Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales) de l'université Paul-Valéry Montpellier 3

Sur le même thème

Agnodice, par Hélène Soumet

Hélène Soumet nous propose la biographie d’Agnodice, extraite de son ouvrage Insoumises et conquérantes : …

Laisser un commentaire