Antiques uchronies : Quand Grecs et Romains imaginent des histoires alternatives

Que se serait-il passé si ? Les Grecs et les Romains de l’Antiquité ont répondu, les premiers, à cette interrogation, qui a donné naissance depuis le XIXe siècle au genre littéraire de l’uchronie, aujourd’hui très à la mode.

Oui, que se serait-il passé si les Troyens avaient été vainqueurs, si Athènes l’avait emporté sur Sparte, si Alexandre le Grand s’était élancé contre l’Italie et Rome, si Démosthène avait été écouté, si Pompée et Caton avaient gagné la guerre civile, si César n’avait pas été assassiné, si Germanicus avait régné ? Comme on le verra ici, les Anciens se sont posé ces questions, et bien d’autres encore, et ils ont cherché à y répondre avec toutes les ressources que leur offraient le raisonnement philosophique et politique, l’art poétique, l’éloquence, l’écriture de l’histoire.

Découvrir la diversité et la richesse de ces histoires alternatives explorées par les Anciens, c’est s’interroger avec eux sur la tension fondamentale qui existera toujours entre la force du destin et la liberté humaine.

A propos Thomas Frétard

Thomas Frétard
Enseignant de Lettres classiques dans l'académie d'Orléans-Tours. Doctorant rattaché au laboratoire CRISES (Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales) de l'université Paul-Valéry Montpellier 3

Sur le même thème

Les nouvelles de l’Antiquité (01 mars 2021)

Les dossiers précédents : Les nouvelles de l’antiquité du 22 février Les nouvelles de l’antiquité …

Laisser un commentaire