Accueil » Actualités des LCA » Chauds latins : Le sexe dans l’Antiquité romaine (Catalogue d’exposition)

Chauds latins : Le sexe dans l’Antiquité romaine (Catalogue d’exposition)

Essais & Anthologies  
Date de sortie : 08 janvier 2015
Public : public averti +18a
Editeur : Infolio
Nombre de pages : 144 p.

Auteurs : Laurent Flutsch (directeur du Musée romain de Vidy ; chroniqueur satirique et animateur d’émissions radio), Sophie Weber (conservatrice et responsable de la médiation au Musée romain de Vidy).

Cet ouvrage est le catalogue de l’exposition du même nom organisée au Musée romain de Lausanne-Vidy du 12 avril au 26 octobre 2014.

L’exposition :

Affiche trois musées_Romain_OK

Le site du musée présente l’exposition sur cette page. Voici un extrait dudit texte :

Les fameuses turpitudes de Caligula ou de Néron, les lupanars, les fresques érotiques, la nudité des statues, les effigies de Priape, les phallus en érection figurés sur les murs ou portés en pendentif, les scènes torrides sur les lampes et même sur la vaisselle… La société antique était-elle donc en perpétuelle frénésie sexuelle?
Pas du tout: les représentations phalliques relèvent de la superstition plus que de l’érotisme, et les auteurs latins condamnent en général les débauches qu’ils relatent.
En réalité, les Romains étaient plutôt pudiques. Hostiles aux excès de toute nature, ils plaçaient la virtus, la vertu civique et familiale, au-dessus des voluptés charnelles.

Le dossier de presse mérite le coup d’œil, pour ceux qui n’ont pu voir l’exposition et souhaitent savoir de quoi traite le livre dont cet article est l’objet. Au sommaire :
1. Chauds latins (Mise en obscène – Mise à jour – Aux témoins la parole – Public averti) ;
2. La vertu et la virilité (Pater familias – Chaste matrone – Le sexe par rang) ;
3. Mariage, famille, dérivatif (Le devoir nuptial – Le dépucelage et la suite – La vie conjugale) ;
4. Le sexe sans grossesse : sodomie, eunuques, “contraception”, avortement ;
5. Qui couche avec qui : le sexe extraconjugal, la prostitution ;
6. Les zèles du désir : critères de séduction et canons de la beauté masculine/féminine (bronzage, mensurations, fards…) ;
7. Corps à corps : codes (“Le mâle dominant pénètre par devant ou par derrière, il reçoit des caresses manuelles ou buccales, il éjacule. Il est en revanche indigne de lui de se faire sodomiser et de prodiguer les mêmes caresses.”), pudeur, masturbation et déviances ;
8. Cœur à cœur : la place des sentiments dans le mariage / dans les relations amoureuses.
9. Péché et feuilles de vigne : l’évolution des mœurs sexuelles romaines avec la chrétienté ; l’hypocrisie de l’Église ;
10. Tout est sexuel : d’hier à aujourd’hui, le legs culturel historique et religieux.

Pour un complément d’information, vous pouvez écouter les interviews de Rouge FM.

phallus

Chien-phallus (Musée romain d’Avenches / Photo MRV).

 Quatrième de couverture du catalogue :

Turpitudes, lupanars, fresques érotiques, phallus en érection… : la société antique était-elle en perpétuelle frénésie sexuelle ? Pas du tout : en réalité, les Romains étaient plutôt pudiques. Hostiles aux excès de toute nature, ils plaçaient la vertu civique et familiale au-dessus des voluptés charnelles.
En matière de sexe, leurs idées, leurs désirs ou leurs interdits étaient toutefois bien éloignés de ceux d’aujourd’hui. Ils reflétaient une société fortement hiérarchisée, par ailleurs dominée par une conception phallocratique des rapports intimes.
Le rôle et le plaisir du citoyen mâle et dominant primaient, avec des partenaires des deux sexes (les notions “homo” et “hétéro” n’ayant pas cours à l’époque).
Mariage, contraception, séduction, désirs, pratiques, ébats : thème par thème, l’ouvrage raconte, explique et illustre ce que fut la vie sexuelle des Romains.

[amazonjs asin=”2884747400″ locale=”FR” tmpl=”Small” title=”Chauds latins : Le sexe dans l’Antiquité romaine”]

A propos Thomas Frétard

Thomas Frétard
Enseignant de Lettres classiques dans l'académie d'Orléans-Tours. Doctorant rattaché au laboratoire CRISES (Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales) de l'université Paul-Valéry Montpellier 3

Sur le même thème

Arte / Quand l’Histoire fait dates – 399, le procès de Socrate

Pourquoi Socrate a-t-il été condamné par la cité d’Athènes ? La figure du maître à …

Laisser un commentaire

X