Guide de Delphes : le site

Apollon semble avoir préféré le site de Delphes à tout autre, et son oracle, qui fut célèbre au point d’être consulté par Crésus, le fameux roi de Lydie, contribua considérablement à l’enrichir. Certes, la plupart des objets en métaux précieux que de tels personnages avaient offerts ont disparu en raison des pillages successifs dont le sanctuaire fut victime. Mais les vestiges d’un grand nombre de beaux édifices et de leur décoration originelle, souvent accompagnée de textes gravés au fil du temps sur leurs parois, témoignent du passé glorieux de Delphes. L’École française d’Athènes, qui travaille sur le site depuis 1892, publie régulièrement les résultats de ses recherches. Ce guide a pour but d’en donner une synthèse brève, mise à jour et illustrée de dessins inédits.

Consultez le sommaire sur le site de l’éditeur.
Couv_Guide-de-Delphes_EFA
[amazonjs asin=”2869582676″ locale=”FR” tmpl=”Small” title=”Guide de Delphes : Le site”]

A propos Thomas Frétard

Thomas Frétard
Enseignant de Lettres classiques dans l'académie d'Orléans-Tours. Doctorant rattaché au laboratoire CRISES (Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales) de l'université Paul-Valéry Montpellier 3

Sur le même thème

La Classe / Rallye mythologie

La revue pédagogique La Classe propose un rallye lecture sur la mythologie (n°315) à destination …

Une réaction

  1. Avatar
    Olivier Guérault

    Je me souviens être allé à Delphes quand j’avais 9-10 ans (en gros à l’époque d’Hotel California des Eagles) avec mes parents. Quel choc, quelle beauté de la vallée tapissée d’oliviers, descendant en pente douce vers le golfe d’Itea. J’espère que le site actuel n’a pas été trop modifié par les ravages du tourisme. Autant le site de l’acropole d’Athènes ne m’avais pas impressionné plus que ça, autant celui de Delphes m’a rendu bouche bée, ce qui n’est pas fréquent. Autre anecdote : j’ai voulu parler grec en me servant d’un petit lexique avec la jeune serveuse d’un restaurant sur place, lui disant “epharisto omorpha despinis” (je cite de mémoire), ce qui semblait vouloir dire “merci, charmante jeune fille”, alors qu’en fait nous nous sommes aperçus que l’expression signifiait plutôt “merci, jeune fille aux formes voluptueuses”. C’était malheureusement trop tard, le mal était fait, et c’est le père de la jeune fille qui nous servit jusqu’à la fin du repas.

    Bonne soirée !

Laisser un commentaire