La Fragilité du bien : fortune et éthique dans la littérature et la philosophie grecques

Pierre blanche lancée dans le jardin des études classiques, La Fragilité du bien en dépasse largement le cadre pour ­s’ancrer avec force dans le débat contemporain sur l’action éthique et politique. Qu’en est-il de l’être humain exposé à la fortune (Tuchè) dans la pensée éthique des grands Tragiques (Eschyle, Sophocle, Euripide), de Platon et d’Aristote? Quel rôle tient cette fortune dans la formation de la vertu ou du bon caractère ? Quelle relation y a-t-il entre le fait d’être une personne bonne et celui de parvenir à vivre et agir selon le bien? Un livre ­classique, paru pour la première fois en 1986, « immensément riche et ­stimulant » (Charles Taylor), qui montre l’extraordinaire actualité de la tragédie et de la ­philosophie grecques quand il s’agit de penser l’événement moral de notre société contemporaine et qui permet de mieux comprendre l’œuvre d’une philosophe américaine parmi les plus ­originales de sa génération.

Pour en savoir plus, consultez le site de l’éditeur.

Fragilité du bien

[amazonjs asin=”2841623831″ locale=”FR” tmpl=”Small” title=”La fragilité du bien”]

A propos Thomas Frétard

Thomas Frétard
Enseignant de Lettres classiques dans l'académie d'Orléans-Tours. Doctorant rattaché au laboratoire CRISES (Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales) de l'université Paul-Valéry Montpellier 3

Sur le même thème

Lumni / C’est quoi un marathon ?

Un marathon est une course à pied. Mais, au départ, c’était un village à environ …

Laisser un commentaire

X