L’économie romaine en Italie à l’époque républicaine

Avec les guerres, Rome a gagné des terres, mais aussi du butin, des tributs. Elle a dû construire des routes militaires, qui ont servi aux commerçants, prendre l’habitude de la mer, s’habituer à manipuler les monnaies sur lesquelles elle mettait la main. L’agriculture se pratique désormais dans de grandes exploitations, utilisant les nouvelles terres conquises et la main d’œuvre esclave ; l’artisanat se développe avec l’émergence de grands ateliers pour répondre aux exigences de production de masse d’un marché étendu à la Méditerranée ; des activités commerciales de plus en plus lointaines voient le jour, financées par des spécialistes du maniement d’argent, et encadrées par un droit désormais assoupli. La société romaine s’en trouve bouleversée. On ne saurait ainsi dissocier l’économie de la conquête romaine. Celle-ci a favorisé le développement de celle-là, mais en sens inverse celle-là a nourri celle-ci. Si de nombreux travaux viennent apporter des éclairages sur des domaines particuliers de l’économie, il manquait une véritable synthèse de recherches les plus récentes. Tel est l’objet de cet ouvrage.

Site de l’éditeur.

economie romaine

[amazonjs asin=”2708410105″ locale=”FR” tmpl=”Small” title=”L’économie romaine en Italie à l’époque républicaine”]

A propos Thomas Frétard

Thomas Frétard
Enseignant de Lettres classiques dans l'académie d'Orléans-Tours. Doctorant rattaché au laboratoire CRISES (Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales) de l'université Paul-Valéry Montpellier 3

Sur le même thème

Les nouvelles de l’Antiquité (22 février 2021)

Les dossiers précédents : Les nouvelles de l’antiquité du 15 février Les nouvelles de l’antiquité …

Laisser un commentaire