Le théâtre de Troie : Antoine Coypel, d’Homère à Virgile


Rayon : Art et Archéologie
Texte : Jessica Degain, Hélène Jagot, Guillaume Kazerouni, Corinne Le Bitouzé et al.
Editeur : Lienart
Site de l'éditeur
Format : 192
EAN : 978-2-35906-354-7

Présentation:

Peintre majeur de la fin du XVIIe et du début du XVIIIe siècle, Antoine Coypel (Paris, 1661-1722) connut une brillante carrière officielle de peintre d’histoire sous les règnes de Louis XIV et la régence du duc d’Orléans. Membre de l’Académie royale de peinture et de sculpture, peintre ordinaire du duc d’Orléans en 1685, il participe à la plupart des chantiers royaux et connaît la consécration à la fin de sa vie en recevant la charge de directeur de l’Académie royale en 1714, suivie du titre envié de Premier peintre du roi de 1716 à sa mort.
Le musée des Beaux-Arts de Tours possède deux tableaux illustrant la grande manière d’Antoine Coypel, reprenant les coloris chauds des peintres vénitiens, l’expression des passions de Le Brun et le souffle de Rubens. Ces deux épisodes de l’IliadeLa Colère d’Achille et Les Adieux d’Hector et Andromaque furent exécutés vers 1711 pour le duc Philippe d’Orléans, qui demeura le protecteur et ami de l’artiste jusqu’à sa disparition. La célébrité de ces œuvres est attestée par leur tissage en tapisserie à la manufacture des Gobelins entre 1718 et 1725. Nombre de gravures contribuèrent également à leur diffusion et à leur succès.
La renommée d’Antoine Coypel est également étroitement liée à la galerie d’Énée au Palais-Royal, qu’il orna pour Philippe d’Orléans entre 1701-1705 et 1715-1717, rivalisant avec la galerie des glaces de Versailles. Ce décor monumental, disparu (à l’exception de six tableaux aujourd’hui conservés au Louvre et au musée Fabre de Montpellier), est connu grâce aux dessins et esquisses préparatoires ainsi qu’aux gravures réalisées du vivant et après la mort de l’artiste.
L’ouvrage réserve ainsi une place de choix à cet ensemble de gravures spectaculaires et rassemble également des œuvres du XIXe siècle permettant d’évoquer la postérité iconographique et stylistique des deux tableaux de Coypel.



N.B. : à notre connaissance, les visuels utilisés sur cette page sont libres de droits, toutefois si vous constatiez une erreur, merci de nous la signaler, nous retirerions sans délai le ou les documents incriminés.

A propos Thomas Frétard

Enseignant de Lettres classiques dans l'académie d'Orléans-Tours. Doctorant rattaché au laboratoire CRISES (Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales) de l'université Paul-Valéry Montpellier 3
X