Propriétaires et citoyens dans l’Orient romain

Ce livre rassemble quinze contributions mettant en parallèle l’histoire institutionnelle et l’histoire économique de l’Orient romain, depuis la fin de l’époque hellénistique jusqu’à l’Antiquité tardive et même au-delà. En s’interrogeant sur le rapport entre propriété foncière et fonctionnement des cités, à travers l’examen de corpus de sources de nature et d’origine variées, notamment papyrologiques et épigraphiques, il observe les changements touchant ces domaines à l’époque romaine et leurs liens, souvent laissés dans l’ombre. Les conditions économiques, fiscales et juridiques propres à l’empire romain eurent ainsi un impact local dans les relations entretenues par les cités avec les propriétaires sur leur territoire. La conclusion de l’ouvrage fait ressortir une idée essentielle : du point de vue même du pouvoir impérial, l’inégalité foncière entre propriétaires au sein du territoire civique était nécessaire au financement de la vie civique, pour que les notables puissent assumer magistratures et liturgies. Dans le même temps, elle modifie progressivement les équilibres sociaux et politiques à l’intérieur des cités et apparaît comme un facteur majeur d’évolution de ces dernières.

Consultez la table des matières sur le site de l’éditeur.

978-2-35613-152-2[1]

[amazonjs asin=”2356131523″ locale=”FR” tmpl=”Small” title=”Propriétaires et citoyens dans l’Orient romain”]

A propos Thomas Frétard

Thomas Frétard
Enseignant de Lettres classiques dans l'académie d'Orléans-Tours. Doctorant rattaché au laboratoire CRISES (Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales) de l'université Paul-Valéry Montpellier 3

Sur le même thème

La métamorphose humain/insecte : un défi littéraire et artistique de l’Antiquité à nos jours.

Le thème fait l’objet d’un appel à contributions: L’objet de cette journée est d’explorer la …

Laisser un commentaire