Accueil » Actualités des LCA » Trésors de la peinture antique – L’Archéologue Hors série N°1

Trésors de la peinture antique – L’Archéologue Hors série N°1

Magazines  
Editeur : L'Archéologue - Editions Archéologie Nouvelle
Nombre de pages : 128 p.

L’Archéologue Hors série N°1 (octobre-novembre 2014)

Dédié aux peintures des Minoens, Mycéniens, Grecs, Thraces, Lucaniens et Étrusques.

 

Présentation du dossier d’après Dimedia.com :

« La peinture fut un art majeur dans toutes les civilisations de l’Antiquité. Les murs des maisons, des sanctuaires et des palais, les parois des tombes recevaient un décor riche, parfois par des artistes célèbres. De cette profusion il ne reste que peu de vestiges. Ils permettent de concevoir ce que put être une partie de l’environnement artistique omniprésent dans toutes les civilisations qui se sont développées en Europe.
Pour la première fois sont réunies les oeuvres les plus significatives de ce que le temps a voulu préserver. Plus de trois cents illustrations donnent un panorama de deux mille ans de peintures rarement présentées.
L’Archéologue est une publication thématique. Les meilleurs spécialistes, du Collège de France, du CNRS et des universités y collaborent. Elle est connue pour la richesse de son illustration. Plus de cent photographies en couleurs par numéro. La plupart étant inédites. »

 

Présentation d’après Cultura.com :

« La peinture fut un art omniprésent dans toutes les civilisations de l’Antiquité. Les auteurs anciens ont perpétué la mémoire de grands maîtres grecs, dont les peintures de chevalet étaient achetées à prix d’or par les souverains, avant d’être collectionnées par les conquérants romains. Cet art sur bois ou de fragiles enduits muraux ayant presque totalement disparu, seules quelques oeuvres qui décoraient les murs des maisons, des sanctuaires, des palais et des tombes nous sont parvenues. C’est grâce à la peinture funéraire et à des circonstances extraordinaires, telles qu’une éruption volcanique, que nous pouvons admirer certains chefs-d’oeuvre vieux de plus de deux millénaires. Leur découverte modifie notre vision sur l’art des populations antiques de l’Europe avant la domination romaine. Plus de 150 illustrations en couleurs offrent un panorama des oeuvres les plus significatives et permettent d’appréhender un art qui faisait la joie et l’admiration des anciens, et qui nous émerveille encore aujourd’hui. »

A propos Thomas Frétard

Thomas Frétard
Enseignant de Lettres classiques dans l'académie d'Orléans-Tours. Doctorant rattaché au laboratoire CRISES (Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales) de l'université Paul-Valéry Montpellier 3

Sur le même thème

Parutions de juin 2020 #1

Liens vers les pages dédiées des sites d’éditeurs : A1 A2 A3 A4 A5 B1 …

Laisser un commentaire