Virtus IV

Bandes dessinées / manga
Date de sortie : 24 janvier 2013
Public : tout public      Période historique : : 3-4ème siècle
Dessinateur : SHINANOGAWA Hideo
Scénariste : GIBBON
Editeur : Ki-oon
Nombre de pages : 224 p.
[amazonjs asin=”2355924856″ locale=”FR” tmpl=”Small” title=”Virtus T04″]

feuilletage en ligne sur le site de l’éditeur : http://www.ki-oon.com/mangas/tomes-465-virtus.html

Après trois tomes uniquement axés sur des combats violents, et une valorisation assez ambiguë du courage japonais, l’avant-dernier tome de la série prend un virage un peu plus politique… l’histoire s’etoffe, les personnages également.

Tout commence en Grèce, sur le combat entre le coquin Aizawa et un gladiateur qui le persécutait. Ces scènes inaugurales sont visuellement choquantes, mais ça reste dans l’esprit revendiqué de toute la série ! Le lecteur est par la suite emmené à Rome, pour suivre quelques sénateurs romains qui tentent de fomenter un complot contre Commode.



Dans la même série

Adaptation en français du manga japonais Virtus de Gibbon (scénariste) & Hideo SHINANOGAWA (dessinateur), qui a débuté en 2008 dans le magazine Big Comic Spirits (Shogakukan) et compte 5 tomes reliés.

Virtus est inspirée de la série Spartacus, et on y retrouve les mêmes codes : l’antiquité est un prétexte à un déchaînement de violence. Commode est présenté comme un monstre sanguinaire qui se délecte de combats et de sang. Les Sibylles souhaiteraient retrouver une vieille vertu romaine : la virtus cette « qualité » propre à l’homme (“à savoir un mélange de courage, d’abnégation et de force”), mais elles savent que ce n’est plus à Rome qu’elles trouveront un homme désormais capable de l’incarner. C’est donc au Japon, dans une prison, qu’elles vont aller chercher cet homme (et ces compagnons de détention), un judoka aussi gigantesque en taille qu’en valeurs humaines, pour le ramener directement dans le Colisée… C’est tordu n’est-ce-pas ?

La lecture de Virtus vous mettra sûrement mal à l’aise, en raison du dégout que l’on peut ressentir face à la violence qui y est représentée, et de se désagréable sentiment d’avoir affaire à une démonstration déguisée de la supériorité japonaise en terme de valeurs… (un peu comme si un Japonais un peu énervé serait tombé sur le dernier tome d’Asterix, où on nous explique que les mangas, c’est horrible, et cherchait à se venger… sauf que c’est drôlement plus méchant).

Une critique en ligne à lire sur le site du Monde :http://lecomptoirdelabd.blog.lemonde.fr/2012/09/20/virtus-manga-de-propagande-rugueux-et-brutal/


  • Virtus I
  • Virtus II
  • Virtus III
  • Virtus V
  • A propos Arrête Ton Char !

    Arrête Ton Char !
    Propositions du collectif : https://www.arretetonchar.fr/manifeste-arrête-ton-char-les-lca-aujourdhui/

    Sur le même thème

    Parutions de mars 2020 #4

    Ouvrages encore indiqués à des dates proches. Pages des éditeurs : A1 A2 A3 A4 …

    Laisser un commentaire

    X