Accueil » Actualités des LCA » DE L’AIGLE À LA LOUVE : MONNAIES ET GEMMES ANTIQUES ENTRE ART, PROPAGANDE ET AFFIRMATION DE SOI

DE L’AIGLE À LA LOUVE : MONNAIES ET GEMMES ANTIQUES ENTRE ART, PROPAGANDE ET AFFIRMATION DE SOI

Art & ArchéologieEssais & Anthologies
Date de sortie : 01 mai 2018
Langue : français
Auteur : Campagnolo Matteo, Fallani Carlo-Maria
Editeur : 5 Continents
Nombre de pages : 424
Site de l'éditeur.

L’ouvrage que le lecteur prend en main s’adresse à la fois au passionné de l’Antiquité et au féru de zoologie, mais également au zoologue antiquisant ou à l’antiquisant zoologue. Il apporte un éclairage original, tout aussi scientifiquement contrôlé que convivial, sur quelques cent vingt monnaies de la République romaine, rassemblées par trois générations d’amateurs éclairés, intailles, camées et pâtes de verre. Les deniers en argent n’étaient pas uniquement voués aux transactions commerciales, au paiement des soldats et au règlement des impôts. Ils véhiculaient la propagande politique, les croyances religieuses, certaines histoires ou légendes servant à asseoir la réputation des familles qui cherchaient à s’illustrer dans la cité. Sur les cachets, les gens raffinés faisaient graver leur « carte de visite », animal ou autre représentation, dont ils attendaient protection, réconfort, quelque chose qui les rassure en somme, leur donne confiance en eux-mêmes. Dans certains cas, ils en faisaient des copies en verre à distribuer à leurs amis… C’est dire combien ces objets, chargés de multiples significations, constituent une documentation aussi précieuse qu’inépuisable.

De l’aigle à la louve, tel que l’a conçu le collectionneur, Carlo-Maria Fallani, présente l’originalité de confronter aux monnaies des gemmes (intailles et camées), portant le même sujet.

Les photos de Luigi Spina, autant que le texte qu’elles accompagnent, font que ces antiquités nous parlent, sortant tout d’un coup d’un silence plus que millénaire.

A propos Thomas Frétard

Thomas Frétard
Enseignant de Lettres classiques dans l'académie d'Orléans-Tours.

Laisser un commentaire