Accueil » Ressources pédagogiques » La Béotie (région de Thèbes)

La Béotie (région de Thèbes)

Jean-Pierre Masson pour Latine Loquere

LA BEOTIE

 La Béotie (en grec ancien Î’οιωτία, Boiotia, en grec moderne Viotia) est une région de Grèce Centrale, bordée par l´Attique au sud-est, le Golfe d´Eubée à  l´est, la Phthioïde au nord, la Phocide à  l´ouest et le Golfe de Corinthe au sud. La capitale moderne est Livadia signifiant prairie, pâturage. La capitale antique est Thèbes (actuelle Thiva). La Béotie avait une population de 130.768 hab. en 2005 pour une superficie de 2952 km2.
 Dans l´Antiquité les Béotiens étaient considérés comme rustres et peu ouverts aux arts et aux lettres par les Athéniens voisins. Dans l´Iliade « boiotios » prend la connotation péjorative de lourdaud.
 Cliché injuste si on se réfère à  ses enfants illustres, les poètes Hésiode et Pindare, ou l´écrivain Plutarque.

I. GEOGRAPHIE

– Elle comprend 2 massifs montagneux, celui du Parnasse (2457m) à  l´ouest aux confins phocidiens et celui de l´Hélicon (1748m) au sud. Dans la partie centrale s´étend une plaine assez vaste, celle d´Orchomène sur le cours moyen du Céphise (Kifiros). Le cours inférieur de ce petit fleuve est jalonné de 2 lacs le lac Yliki et Paralimni.
– La Béotie est traversée par un axe autoroutier important reliant Athènes à  Thessalonique, 2ème ville et 2ème port de Grèce.
– L´ancien lac asséché de Copaïs, juste à  l´est d´Orchomène a permis de développer la culture du riz et du coton. Livadia, capitale du nome de Béotie, est un important centre textile.

II. HISTOIRE

1°) Préhistoire

– 35.000 – 10.000 av. J-C : des traces du paléolithique supérieur ont été décelées en Béotie liées à  l´apparition de l´homo sapiens. Au néolithique le site d´Orchomène sur le fleuve Céphise était déjà  occupé.
– Vers 2400-2300 av. J-C : des vestiges de bâtiments se distinguent par leur monumentalité : des pièces principales en enfilade surnommés « édifices à  corridors »

2°) Antiquité :

– En Béotie, la grande cité mycénienne est Thèbes : l´acropole mycénienne s´élève au cœur de la plaine. Entre 1993 et 1996 plusieurs centaines de tablettes en argile du XIIIè siècle ont été mises au jour, gravées en linéaire B, comparables à  celles de Cnossos en Crète ou de Mycènes. Il s´agit de documents comptables sur l´administration du palais du lieu.
– Au XVIè siècle av J-C : Au milieu du lac Copaïs aujourd´hui asséché, se tenait une île surmontée par une forteresse, Gla (Γλα ou Γλας), cernée par une enceinte de 3km autour de l´île construite en appareil cyclopéen (plus de 5m d´épaisseur) et percée de 4 portes. La partie sommitale est occupée par le palais mycénien.
– Au VIIè siècle av J-C, Thèbes est la capitale d´une Confédération ou ligue béotienne rassemblant les bourgades de Béotie autour d´elle. Thèbes joue un rôle hégémonique et entre en rivalité avec Orchomène. Subissant dissolutions et reconstructions au cours de son histoire, cette ligue s´achève au cours du IVè siècle avec Philippe II de Macédoine.
– De 481 à  479, lors de la 2nde guerre médique, par haine envers Athènes, Thèbes choisit de s´allier aux Perses. Après sa défaite à  Platées en 479, la ligue béotienne est dissoute jusqu´en 446.
– En 431 av J-C, Thèbes s´empare de Platées alliée d´Athènes et déclenche la guerre du Péloponnèse. Elle contribue avec son alliée Sparte à  la chute d´Athènes en 404.
Sparte et Thèbes rivalisent alors pour s´imposer sur la Grèce.
– En 376 av J-C, Pelopitas, chef du parti populaire thébain et le général et homme politique Epaminondas chassent les Laconiens de la ville que ces derniers avaient réussi à  occuper par une trahison en 382. Epaminondas devient béotarque (magistrat de la ligue béotienne reconstituée). Il réorganise l´armée et crée un corps d´élite permanent de 300 hommes, le Bataillon Sacré.
– En 375, Thèbes reprend son ascendant grâce à  sa victoire sur les Laconiens à  Orchomène.
– En 371, face au refus de Thèbes de dissoudre la ligue, les Laconiens envahissent la Béotie et sont battus à  Leuctres entraînant la destruction de Sparte et le pillage de la Laconie par les Thébains ainsi que la libération de la Messénie asservie par Sparte. La Ligue Béotienne se saisit des régions voisines (Phocide, Locride).
– En 362, après la victoire de Mantinée contre Athènes et Sparte, Epaminondas est tué au combat et Thèbes fragilisée s´allie à  Philippe II de Macédoine et lui demande d´intervenir contre les Phocidiens ayant pillé le temple sacré d´Apollon à  Delphes afin de les exclure du conseil d´administration de la ville (l´Amphictionie).
– En 338 cependant, lorsque Philippe II attaque Athènes, les Thébains s´allient aux Athéniens. Ils sont battus par Philippe à  Chéronée en Béotie la même année. Ce dernier dissout la Ligue béotienne et occupe la Cadmée, citadelle de Thèbes.
– En 336, après l´assassinat de Philippe II, son fils Alexandre le Grand mate la rébellion et rase Thèbes en 335, envoyant 30.000 hommes en esclavage.
– En 317, la ville est reconstruite par le régent de Macédoine, Cassandre, avec l´aide de nombreuses cités grecques et le retour des survivants thébains. Elle retrouve sa prospérité mais perd son influence.
– En 146 av J-C, Mummius, consul romain qui met fin à  l´indépendance de la Grèce fait abattre les remparts de Thèbes. Sylla réduit son territoire de moitié pour le consacrer aux dieux.
– Avec le déclin de l´empire romain Thèbes reprend son essor.

3°) Moyen-Âge :

– La Béotie subit le sort commun des Grecs à  cette période.
– Au IIIè siècle, elle fait partie de l´empire d´Orient.
– Au VIè siècle, la langue et culture grecque sous Justinien sont toujours en vigueur. La peste décime la moitié des habitants.
– Au Xè siècle, Bulgares et Valaques (habitants du sud de la Roumanie) envahissent la Béotie.
– Au XIIè siècle, en 1146 le roi normand Roger de Sicile pille la très riche Thèbes.
– En 1204, après la prise de Constantinople et lors de la 4è croisade, les Francs imposent un régime féodal à  la Grèce et donc à  la Béotie. Boniface de Montferrat conquiert Thèbes et l´englobe dans le duché d´Athènes, seigneurie vassale du royaume de Thessalonique.
– Au XIVè siècle, en 1311, Livadia, la capitale actuelle du nome de Béotie est conquise par les Catalans qui y construisent une forteresse, puis par les Navarrais en 1380.
– En 1460, les Turcs s´emparent de Livadia.

4°) Epoque contemporaine :

– Jusqu´au XIXè siècle, Livadia est la 2ème ville grecque après Salonique au temps de l´occupation ottomane.
– En 1821, par son soutien à  la cause nationaliste grecque, Livadia a beaucoup souffert de la guerre d´indépendance.

III. SITES INTERESSANTS DE BEOTIE (Thèbes mis à  part)

– Arachova : petite ville pittoresque du mont Parnasse proche de la Phocide dominant le Pleistos. Fêtes de la St Georges au printemps avec costumes traditionnels et danses folkloriques.
– Orchoméne : tombe royale dite du trésor de Minyos, théâtre, acropole et remparts (IVè s. av JC). Monastère du Haut Moyen-Age de Ste Vierge de Scripte (874)
– Osios Loukas : fondé au XIè siècle, mosaïques sur fond d´or & fresques également du XIè siècle. Au Patrimoine Mondial de l´UNESCO.
– Citadelle de Gla : sur le lac asséché Copaïs. Muraille (XIV-XIIIès. Av JC) m. L´Ecole Française d´Athènes y a découvert un palais mycénien à  deux megarons.

FICHES REGIONS DE GRECE – La Béotie (région de Thèbes) – Jean-Pierre Masson pour Latine Loquere

A propos Robert Delord

Robert Delord
Enseignant Lettres Classiques (Acad. Grenoble) Auteur - Conférencier : Antiquité et culture populaire Formateur (LCA / Lettres / Image / EMI / Pédagogie de projets / TICE et utilisation raisonnée du numérique / - Président de l'association et administrateur du site "Arrête ton char !" - Membre du comité d’organisation du Festival Européen Latin Grec

Sur le même thème

Teaching Classical Languages: sortie du volume 11, 1er numéro (printemps 2020)

La revue (américaine) en ligne de pédagogie des langues anciennes “Teaching Classical Languages” propose son …

Laisser un commentaire

X