Thèbes

THEBES
Jean-Claude Daumas pour Latine Loquere

Thèbes est une cité grecque célèbre mais très pauvre en vestiges archéologiques vu son histoire mouvementée ; par contre, elle est d´une grande richesse pour les légendes.

Sources consultées :
Archéo (1986) “ tome 4, p.151-154 ; 204-207.
Art et Histoire de la Grèce (2003) “ Bonechi, p. 44-45.
HACQUARD Georges (1976) “ Guide mythologique de la Grèce et de Rome, Hachette, 288 p. LEVÊQUE Pierre (1989) “ « Thèbes en Béotie », Universalis, tome 22, p. 487-488.

I. THEBES en BEOTIE
La ville antique de Thèbes, à  70 km d´Athènes, a d´abord été bâtie sur une acropole facile à  défendre : la
Cadmée. Elle domine d´une centaine de mètres la plaine de Béotie parcourue par les rivières Isménon et Dircé qui confluent au nord de la ville avant de se jeter dans un lac. La grande fertilité de la plaine béotienne, couverte de céréales et de fourrages, permettait de nourrir correctement les habitants et d´élever du gros bétail (bovins et chevaux) : les Thébains étaient réputés pour leur cavalerie et ils ont dominé le plus souvent la Béotie, malgré la résistance de leur rivale Orchomène.

II. THEBES LEGENDAIRE
4 héros grecs sont liés à  Thèbes.
Cadmos : fils d´un roi de Tyr (Phénicie), il part à  la recherche de sa sœur Europe enlevée par Zeus. L´oracle de Delphes lui conseille de fonder une ville là  où il verrait une vache s´arrêter, épuisée. C´est ce qu´il fit “ créant ainsi Thèbes “ après avoir tué le dragon qui gardait la source la plus proche. Il sema alors les dents du dragon : elles se transformèrent aussitôt en farouches guerriers que Cadmos réussit à  vaincre. Il épousa ensuite Harmonie (Hermione), fille d´Aphrodite et d´Arès : le couple aura plusieurs enfants dont Sémélé, la mère de Dionysos, et Polydoros, ancêtre d´Å’dipe.
Dionysos : fils de Zeus et de la mortelle Sémélé qui fut poursuivie par la vindicte d´Héra, jalouse de cette nouvelle infidélité de son mari : Sémélé périt carbonisée. Beaucoup plus tard, devenu adulte, Dionysos vint à  Thèbes et fit massacrer par les Thébains qu´il a ensorcelés, le roi successeur de Cadmos qui avait eu l´outrecuidance de le faire emprisonner [Tragédie d´Euripide : Les Bacchantes].
Héraclès : fils de Zeus et de la mortelle Alcmène, il naquit à  Thèbes et fut longtemps poursuivi par la colère d´Héra. Plus tard, aidé par Athéna, il épousa Mégare, la fille aînée du roi de Thèbes Créon. Héra, toujours furieuse, envoya auprès d´Héraclès une de ses Furies (Lyssa) qui l´ensorcela et lui fit commettre un acte monstrueux : le massacre de sa femme et de ses trois fils [Tragédie d´Euripide : Héraclès furieux]. Pour expier ce quadruple meurtre, Héraclès devra accomplir ses fameux 12 travaux.
Å’dipe : descendant de Cadmos par son père Laïos et sa mère Jocaste, son destin fut sans doute le plus horrible de la mythologie grecque. A sa naissance, un oracle annonça qu´il « tuerait son père et épouserait sa mère » ; son père l´abandonna mais il survécu, recueilli et élevé par le roi et la reine d´une cité voisine. Adulte, il apprend à  Delphes (Pythie) cette terrible prédiction : il décide alors de quitter ses parents adoptifs, pensant qu´ils étaient ses parents naturels.
Sortant de Delphes il se querelle et tue un conducteur de char (c´était Laïos, son père ….), puis, avant d´arriver à  Thèbes, il se heurte au Sphinx (monstre à  buste de femme sur un corps de lion). Å’dipe résout l´énigme posée “ « quel est l´être qui marche à  4 pattes le matin, à  2 à  midi et à  3 le soir ? » – et le Sphinx de dépit « s´autodétruit ». Le Sphinx qui terrorisait la population disparu, Å’dipe est considéré comme un héros ; les Thébains lui offrent le trône de leur roi qui vient de périr et Oedipe épouse sa veuve Jocaste, en ignorant évidemment que c´était sa mère … De cette union incestueuse naquirent 2 fils (Etéocle et Polynice) et 2 filles (Antigone et Ismène). La peste s´étant déclarée à  Thèbes, Å’dipe finit par comprendre qu´il en était la cause : de désespoir il se creva les yeux, s´exila et finit sa vie à  Athènes chez Thésée [Tragédies de Sophocle : Å’dipe roi et Å’dipe à  Colone ].
La malédiction poursuit ses enfants : Etéocle s´empare du trône de Thèbes et Polynice, lésé, fait appel au roi d´Argos : c´est l´expédition des « Sept contre Thèbes ». Les assaillants sont battus ; Etéocle et Polynice s´entretuent lors de leur duel. Créon, le nouveau roi de Thèbes, interdit que le « traitre » Polynice soit enseveli.

Sa sœur Antigone, à  l´issue d´un débat « cornélien », considère que son devoir familial passe en premier : elle jette la poussière rituelle sur le cadavre de son frère ; pour cette désobéissance, Créon la fait mettre à  mort … [Tragédies d´Eschyle : Les Sept contre Thèbes et de Sophocle : Antigone]. La suite est tout aussi macabre !

III. THEBES HISTORIQUE
Epoque mycénienne : une importante cité mycénienne s´installe sur l´acropole (la Cadméia) entourée d´une muraille pour protéger un palais d´influence crétoise : pas de mégaron, mais de multiples pièces, cours, couloirs tortueux. C´est l´époque de la formation des légendes thébaines de Cadmos, Å’dipe, Dionysos et Héraclès. Epoque archaïque (VIII°-VI° siècles) : dominée par les aristocrates, grands propriétaires terriens, Thèbes aide les tyrans (Pisistrate à  Athènes), soumet Orchomène et domine la Béotie par l´intermédiaire de la confédération béotienne qu´elle dirige. Lors des Guerres Médiques, les cités béotiennes reconnaissent la suzeraineté des perses et combattent même à  leur côté contre les Athéniens et leurs alliés à  Platées (479). Cette époque est aussi marquée par la construction de sanctuaires religieux : l´Isménion, l´Amphiaréion, le Cabirion et le Ptoïon. Epoque classique (V°-IV° siècles) : « le capitole était près de la Roche tarpéienne »
479-447 : perte de son hégémonie sur la Béotie après sa traitrise de Platées au moment où leur grand poète Pindare vante dans ses Odes les mérites des jeunes aristocrates vainqueurs aux jeux panhelléniques.
447-404 : alliée de Sparte, Thèbes reconstitue la confédération béotienne, bat Athènes en 447 (Coronée) et en 424, rase Platées (alliée d´Athènes) en 427, ravage l´Attique.
404-371 : brouillée avec Sparte, Thèbes doit dissoudre la confédération béotienne et se soumettre.
371-362 = l´apogée : sous la direction de son grand stratège militaire Epaminondas, Thèbes l´emporte sur Sparte à  Leucres en 371 (victoire fêtée par la construction d´un imposant « trésor » à  Delphes), reconstruit le rempart de son acropole et se dote d´une flotte. Pendant une courte décennie, Thèbes, après Athènes et Sparte, domine la Grèce.
362-335 = la déchéance : Thèbes est battue à  Mantinée (362) par Athéniens et Spartiates réconciliés (Epaminondas meurt au cours de la bataille), puis par Philippe II de Macédoine à  Chéronée (338), enfin par Alexandre le Grand qui s´empare de la ville en 335 malgré le récent rempart de 7 km qui englobait cette fois la ville basse. Thèbes sera encore ravagée par les Romains en 146 et 86. Il n´est donc pas étonnant de ne trouver aujourd´hui que de rares vestiges.

IV. THEBES ARCHEOLOGIQUE
Sur l´acropole (Cadméia) : quelques murs du palais mycénien (Cadméion) et des maisons.
A proximité de la porte d´Electre (1 des 7 de l´acropole) : quelques restes récents (IV° siècle) du sanctuaire d´Apollon Isménion.
A quelques km : vestiges du Cabirion et surtout du Ptoïon, sanctuaire d´Apollon étagé sur 3 terrasses. Mur monumental et citernes sur la plus basse ; 2 portiques sur la moyenne ; temple d´Apollon et série de Couroï en pierres locales (11 à  peu près intacts) sur la plus haute.
MUSEE :
1ère salle : objets mycéniens (vases, urnes funéraires “ larnax-larnakes, bijoux en or) et sculptures archaïques d´influence attique : les Couroï qui ornaient le Ptoïon.
2ème salle : sceaux ronds en lapis-lazuli = apport oriental d´époque mycénienne.
3ème salle : stèles funéraires de guerriers en roche noire finement gravée.


A propos Robert Delord

Robert Delord
Enseignant Lettres Classiques (Acad. Grenoble) Auteur - Conférencier : Antiquité et culture populaire Formateur (LCA / Lettres / Image / EMI / Pédagogie de projets / TICE et utilisation raisonnée du numérique / - Président de l'association et administrateur du site "Arrête ton char !" - Membre du comité d’organisation du Festival Européen Latin Grec

Sur le même thème

Teaching Classical Languages: sortie du volume 11, 1er numéro (printemps 2020)

La revue (américaine) en ligne de pédagogie des langues anciennes “Teaching Classical Languages” propose son …

Laisser un commentaire

X