Apprendre à philosopher #14 – Sénèque : une éthique fondée sur la conscience de la finitude et le respect de l’autre

Section : “Comment devons-nous nous comporter ?” (avec Platon, Emmanuel Kant, Friedrich Nietzsche, Aristote et Socrate).

Sénèque (4 av. J.-C. – 65 ap. J.-C.) considérait la vertu comme le bien souverain et le vice comme le mal. Le sage, en soumettant les passions, accède, pensait-il, à l’état d’apathie.

Présentation :

Une éthique fondée sur la conscience de la finitude et le respect de l’autre
Sénèque est considéré comme le penseur le plus influent de la Rome antique. Ses traités – De la brièveté de la vie, De la tranquillité de l’âme – et ses tragédies – Médée, Phèdre – ont d’ailleurs contribué au prestige de la littérature latine. Fondée sur une vie en harmonie avec la nature, sa philosophie invite à se libérer des passions et à accepter avec stoïcisme la finitude de la vie. Il y fut fidèle tout au long de sa brillante carrière politique, même lorsqu’il perdit la protection du pouvoir et jusqu’au point d’accepter le suicide auquel l’empereur Néron finit par l’acculer.

Site de la collection.

seneque

A propos Thomas Frétard

Thomas Frétard
Enseignant de Lettres classiques dans l'académie d'Orléans-Tours. Doctorant rattaché au laboratoire CRISES (Centre de recherches interdisciplinaires en sciences humaines et sociales) de l'université Paul-Valéry Montpellier 3

Sur le même thème

Les nouvelles de l’Antiquité (01 mars 2021)

Les dossiers précédents : Les nouvelles de l’antiquité du 22 février Les nouvelles de l’antiquité …

Laisser un commentaire