On a testé pour vous : Gladiator, Gladiateur, par Robert Delord

Le dernier sorti de la collection des Petits Latins, aux Belles Lettres, nous invite à descendre dans l’arène avec un ouvrage intitulé Gladiator écrit par Robert Delord. 

On connaît maintenant le principe de la collection Les Petits Latins. Il s’agit de réussir à lire le latin dans le texte à travers un texte construit. Deux parties : la première bilingue et la deuxième en latin uniquement, le tout agrémenté de notes de civilisation, d’étymologie et de grammaire. 

Le titre percutant Gladiator fait forcément penser au film culte de Ridley Scott, et le parallèle est à propos, car l’un des objectifs de l’ouvrage est de déconstruire certains clichés qui émanent de la culture pop. En tout cas, c’est la promesse énoncée en quatrième de couverture, et on sait à quel point Robert Delord est intéressé par la réception de l’Antiquité dans la culture populaire.  

Sans doute la plus grosse différence par rapport aux Petits Latins qui l’ont précédé est-elle que Gladiator ne retrace pas une fiction, ni n’entre dans la peau d’un personnage de bout en bout : nous ouvrons un documentaire. Il est vraiment question de tout connaître sur les gladiateurs, mais aussi sur tout ce qui les entoure. Pour être complet, cet ouvrage retrace l’origine des jeux, s’arrête sur le monument emblématique qu’est l’amphithéâtre, explique le déroulement des spectacles, mais aussi ce qui se passe autour de l’arène. 

 

Côté langue, c’est un niveau confirmé qui est annoncé. Pour le lecteur qui cherche à se confronter à la langue latine, sachez que la première page débute avec l’emploi du parfait, de l’imparfait, du subjonctif imparfait, pour ce qui est de la conjugaison. On trouve d’emblée de l’ablatif absolu, des compléments d’agents, des propositions subordonnées… L’ouvrage est donc recommandé à ceux qui ont déjà une pratique du latin, ou qui souhaitent approfondir ces tournures plus complexes. L’appareillage en vocabulaire suit la progression du texte, et les ponts entre le latin et le français sont favorisés par les notes d étymologie dans la partie unilingue.

Ce Petit Latin est un moyen d’entrer dans un cours de civilisation tout en pratiquant la langue latine, puisque chaque page s’arrête sur les points indispensables à la connaissance du métier de gladiateur. Notez que le vocabulaire technique est à chaque fois bien représenté : vous connaîtrez l’équipement intégral des gladiateurs, l’architecture de l’amphithéâtre Flavien que l’on connaît tous sous le nom de Colisée, le nom des animaux que l’on trouvait dans l’arène. La part belle est faite aux realia, mais l’ancrage historique est fort présent, de la mise en place de ces spectacles dès l’origine, aux grands jeux qui ont animé Rome, et aux personnages qui ont régi ces spectacles.

On aime : Pour une immersion plus complète, Robert Delord a pris soin de reprendre quelques témoignages que l’on trouve dans les textes authentiques et qui, au discours direct, font entendre la voix des supporters dans les tribunes. 

On aime : Des parenthèses de civilisation qui encadrent les textes recensent quelques-uns des acteurs qui ont contribué à rendre ces combats aussi représentatifs de la culture romaine. Nous avons tous en tête le fameux tableau de Jean-Léon Gérôme, dans lequel le gladiateur victorieux guette la décision de l’Empereur sur son podium, le public vivant la scène avec toute l’émotion que le péril de vie ou de mort peut susciter _ tableau qui a lui-même inspiré les péplums des XXe et XXIe siècles. Un thème qui est encore tendance cette année puisque le tournage d’un Gladiator 2 vient de toucher à sa fin.

 

On aime : Des ouvertures sont pensées, sur les traces des gladiateurs à Rome, pas seulement à travers les témoignages littéraires, mais aussi grâce aux sources archéologiques. Comment a-t-on reconstitué leur parcours ?  Il est par exemple question des épitaphes et des inscriptions funéraires, des « noms de scène » que l’on peut lire sur des mosaïques, des fresques ou des graffitis. Il serait pertinent, en classe par exemple, de poursuivre ces observations.

L’ouverture est faite, à la fin de l’ouvrage, sur les autres jeux notamment sur les jeux du cirque et sur les jeux olympiques. Clin d’œil à l’année des JO, heureux hasard ? Dans tous les cas, fascination, violence, supporters, produits dérivés.., l’impact des jeux dans la société antique connait de réels échos aujourd’hui

Sans divulgâcher les réponses que pourra vous apporter la lecture de ce Gladiator, je peux vous dire que vous saurez si le gladiateur saluait l’empereur en disant: “Ave César, ceux qui vont mourir te saluent », si les pouces baissés condamnaient celui qui accusait une défaite, si des femmes avaient leur place dans l’arène, si des bêtes sauvages affrontaient les hommes… 

 

En 2024, scandons : « Du pain et des jeux et un Petit Latin ! ».

Julie Wojciechowski

 

Pour aller plus loin :

Pour toute question, vous trouverez un interlocuteur en envoyant un courriel à laviedesclassiques@gmail.com

images _ Dorian Flores

 

A propos ju wo

Professeur de français et des options FCA et LCA dans l'académie de Lille. Passionnée de cultures antiques et de langues anciennes, attachée au rayonnement et à la promotion des cultures antiques dès l'école primaire. Responsable du concours ABECEDARIVM pour l’association ATC.

Laisser un commentaire

X