Accueil » Actualités des LCA » A la une d'ATC » Pourquoi une certification complémentaire LCA ? (màj)

Pourquoi une certification complémentaire LCA ? (màj)

Une note de service concernant la Certification complémentaire LCA a été publiée au B.O. du 19/03/2018 :

http://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=127432

Pourquoi une certification complémentaire en LCA ?

    L’annonce dans la Circulaire du 25 janvier 2018 sur la Mise en oeuvre de l’enseignement de Langues et Cultures de l’Antiquité et dans le Rapport sur la valorisation des langues et cultures de l’Antiquité, “Les Humanités au coeur de l’école” rédigé par Pascal Charvet et David Bauduin et publié le 31 janvier 2018, de la création d’une Certification complémentaire pour l’enseignement des Langues et Cultures de l’Antiquité semble avoir troublé certains collègues et donné lieu à de mauvaises interprétations et des prédictions catastrophistes.

    L’association “Arrête Ton Char !” soutenant pleinement cette initiative a cru bon d’expliquer ici son point de vue sur le sujet, tout en rappelant que la maquette de cette certification n’existe pas encore et que le rapport “Les Humanités au coeur de l’école” indique bien que cette certification “supposerait la maîtrise d’un ensemble de connaissances et compétences, clairement définies dans un référentiel qui serait élaboré en concertation avec les associations représentatives” .

Etat des lieux

  Pour comprendre la nécessité de créer cette certification, il suffit d’observer quelques chiffres.

  En 2017, l’Education Nationale comptait 9787 établissements scolaires (collèges 7133 + LEGT 2654) pour seulement 9240 professeurs de Lettres Classiques.

   Cela signifie que des centaines d’établissements et des milliers d’élèves sont privés de l’enseignement de LCA

  On dénombre en moyenne 1,1 professeur de Lettres Classiques dans les collèges proposant l’enseignement de LCA.

   Cela signifie que quelques rares collèges comptent plusieurs professeurs de Lettres Classiques, qu’un grand nombre n’en comptent qu’un et que certains n’en ont pas du tout.

  On dénombre en moyenne 2,5 professeurs de Lettres Classiques dans les lycées proposant l’enseignement de LCA. Au lycée, certains professeurs de Lettres Classiques n’enseignent pas les LCA ou les enseignent à tour de rôle, faute d’un nombre d’heures de LCA suffisant à se répartir.

   Evidemment, il n’est pas question de demander aux professeurs de Lettres Classiques affectés en lycée de retourner au collège pour pallier la pénurie de leurs homologues du cycle 4.

  Pour l’année 2016-2017, le nombre d’admis au concours du Capes (85) et de l’Agrégation (87) de Lettres Classiques, soit 172 admis (auquel on peut ajouter les 11 admis de l’agrégation de grammaire), n’a pas permis de remplacer tous les départs en retraite de professeurs de langues anciennes.

  Pour l’année 2017-2018, c’est 598 départs en retraite qui sont annoncés, et 576 pour l’année 2018-2019 et même si le recrutement aux concours augmente légèrement, ce sont près de 500 postes qui vont disparaître chaque année. A ce rythme, en l’espace de seulement 10 ans, plus de la moitié des postes d’enseignants de LC actuels pourrait disparaître.

  Si l’on veut être réaliste, on ne peut compter sur le seul renouvellement du vivier de latinistes et d’hellénistes dans le secondaire pour former les futurs étudiants qui deviendront les futurs professeurs de latin et de grec dont nous avons besoin maintenant.

Objectifs de la certification complémentaire LCA

  La certification complémentaire LCA n’a ni pour objectif de faire disparaître le Capes de Lettres Classiques, ni de former des enseignants qui vont remplacer les enseignants de Lettres Classiques en poste.

  La formation de collègues de lettres modernes, d’Histoire-Géographie, de philosophie ou de langues vivantes à cette certification complémentaire en LCA a pour but :

    d’éviter de fermer une section de latin ou de grec dans un établissement (on sait combien il est difficile de rouvrir une section de langues anciennes dans un établissement où elle a disparu)

   d’éviter de mettre face aux élèves une personne n’ayant pas les compétences requises pour enseigner les LCA

     plus rarement, d’assurer le surplus d’heures de LCA que l’unique professeur de Lettres Classiques ne peut prendre en charge

  On notera d’ailleurs que le Plan Académique de Formation de nombreuses académies propose déjà une formation pour les enseignants de Lettres Modernes qui souhaitent pouvoir enseigner ou enseignent déjà les langues anciennes sans que cela n’émeuve personne. De plus, le fait de disposer, dans un établissement, d’un deuxième enseignant capable d’assurer l’enseignement de LCA, facilite aussi bien la répartition horaire, que les éventuels remplacement, mais aussi les échanges pédagogiques entre pairs.

Le jury de cette épreuve orale de certification complémentaire LCA, composé d’IA-IPR, de professeurs certifiés et agrégés de Lettres Classiques et d’enseignants-chercheurs de Langues et Littératures anciennes devra évaluer les connaissances et compétences des candidats :

– la culture antique du candidat (histoire, géographie, littérature, arts, etc.) ;

– la connaissance de la langue ancienne concernée (latin ou grec) dans ses différentes composantes : lexique, morphologie, syntaxe, stylistique, prosodie ;

– la connaissance du développement de l’enseignement des langues et cultures de l’Antiquité dans le système scolaire, et des programmes en cours ;

– la capacité à concevoir une séquence d’enseignement efficace qui combine les différentes perspectives de la discipline, et à en expliciter les finalités.

– la connaissance des spécificités de la pédagogie des LCA : travail en équipe, interdisciplinarité, dynamique de projet ;

Limites de la certification complémentaire LCA

 Comme l’indique clairement le rapport, les modalités de cette certification complémentaire en LCA devront être établies en concertation avec les associations représentatives. Il reviendra alors à ces associations, non seulement de fixer les critères d’évaluation des candidats, mais aussi de mettre en place un certain nombre de garde-fous.

  On peut par exemple envisager que cette certification LCA soit limitée en nombre et/ou dans dans le temps. La certification peut être envisagée comme une mesure d’urgence mais provisoire.

   Les professeurs de Lettres Modernes qui assurent actuellement des heures d’enseignement de latin et/ou grec pourront continuer de la même façon à la rentée 2018. Pour eux, qui ont parfois déjà plusieurs années d’expérience de cet enseignement, l’examen de certification devrait être une formalité.

Bien évidemment, à chaque fois qu’un nouvel enseignant de Lettres Classiques sera affecté dans un établissement où les cours de LCA étaient assurés par un enseignant d’une autre discipline détenteur de la certification, le professeur de Lettres Classiques sera prioritaire pour assurer ces heures d’enseignement de LCA.

 

R. Delord

pour l’association ATC

A propos Robert Delord

Enseignant Lettres Classiques (Acad. Grenoble) Auteur - Conférencier : Antiquité et culture populaire Formateur (LCA / Lettres / Image / EMI / Pédagogie de projets / TICE et utilisation raisonnée du numérique / - Président de l'association et administrateur du site "Arrête ton char !" - Membre du comité d’organisation du Festival Européen Latin Grec

Laisser un commentaire