Accueil » Actualités » Réforme du collège 2016 » ATC & la réforme du collège » La carte interactive du « latin pour tous » de Najat Vallaud-Belkacem
carte latin pour tous

La carte interactive du « latin pour tous » de Najat Vallaud-Belkacem



bandeau carte latin pour tous1

Légende de la carte interactive  :   markergreen : collèges qui gagnent des heures d’enseignement de latin-grec ; markerblue : collèges qui conservent le même nombre d’heures ;  markerred : collèges qui perdent des heures.

—–

N.B. :  1°- Cette carte ne comptabilise pas les horaires d’E.P.I. LCA qui, comme nous l’expliquons plus bas, ne sont pas dévolus à l’enseignement du latin et du grec.

2°- Les horaires indiqués sont les « horaires élèves » hebdomadaires ; les heures indiquées sont celles de latin, les heures de grec sont signalées en plus.

3°- Dans les quelques cas où les horaires d’Enseignement de Complément LCA ne sont pas complètement fixés, nous avons gardé à chaque fois l’horaire prévisionnel le plus élevé.

 

—–

Synthèse

Nb de

collèges

Nb d’heures

AVANT

Nb d’heures

APRES

ECART en

heures hebdo

ECART en

heures année

Ecart

en %

528 5292 (moy.hebdo.: 10h) 3212,5 (moy.hebdo.: 6h) – 2079,5h – 74862h – 39,3%

8 collèges conservent le même nombre d’heures d’enseignement du latin-grec, soit 1,4%

8 collèges gagnent des heures d’enseignement du latin-grec, soit 1,6%

512 collèges perdent des heures d’enseignement du latin-grec, soit 97%

—–

Projection

93% des 7100 collèges de France proposent aujourd’hui l’option LCA, soit 6603 collèges environ.

Si l’on réalise une projection sur ces 6603 établissements, à partir des 525 établissements de notre échantillon, cela donne :

>>> 26115/semaine, soit 940140h/an perdues d’enseignement des Langues Anciennes

>>> l’équivalent temps plein de la suppression de 1450 postes de professeurs certifiés ou 1741 postes de professeurs agrégés.

—–

     La réforme du Collège qui sera mise en place à la rentrée 2016 annonçait une « démocratisation » des Langues Anciennes, il était même question de « latin pour tous », en tous cas du « même nombre d’heures de cours » après la réforme, mais nous sommes très loin du compte (réécouter les déclarations de Najat Vallaud-Belkacem le 25 mars 2015 devant la commission des affaires culturelles de l’Assemblée Nationale).  

     Bien au contraire, à l’épreuve de l’organisation concrète de la rentrée 2016, le constat est sans appel : le « latin pour tous » est une chimère. Pire, il constitue la preuve irréfutable du démantèlement brutal des Langues Anciennes par la réforme du collège 2016.

Cette réforme prévoit en effet le remplacement des options Langues et Cultures de l’Antiquité par deux dispositifs liés mais tous deux très précaires :

—–

1°) un Enseignement Pratique Interdisciplinaire LCA

– Sa mise en place dépend de son choix par le Conseil Pédagogique et le chef d’établissement qui doivent proposer au moins 6 des 8 thèmes d’EPI aux élèves de la 5ème à la 3ème : aucune garantie donc que l’EPI LCA soit mis en place dans tous les établissements et renouvelé chaque année

– Il est donc pris sur les heures des autres disciplines : français, histoire-géographie, … parfois même sur les heures de marge attribuées à l’établissement.

– Il semble indispensable à l’ouverture d’un Enseignement de Complément LCA, aux dires du Ministère : pas d’EPI LCA = pas d’Enseignement de Complément LCA = pas de latin-grec dans l’établissement. Pourtant quelques collèges semblent avoir décidé de ne pas tenir compte de cette règle et ne proposeront pas d’EPI LCA. Ces collèges s’appuient peut-être sur une lecture strictement grammaticale de l’arrêté du 19 mai (article 7), qui ne subordonne pas l’existence de l’Enseignement de Complément à celle de l’EPI LCA.

– Il n’a rien à voir avec l’enseignement du latin et du grec puisque dans les faits :  1) il peut être et sera assuré par un professeur de n’importe quelle matière ; 2) il doit concourir à l’enseignement des programmes des disciplines du tronc commun et donc du français puisque latin et grec en sont exclus. Cette

l’affirme sans ambages.

– Sa mise en place sur le territoire est très inégalitaire : sur les 500 collèges sondés quelques uns proposeront un EPI d’une heure par semaine sur toute l’année, tandis que la plupart proposeront un EPI semestriel, trimestriel ou même une « mini-initiation » de 8h ou même 3h sur toute l’année ! Certains collèges proposeront un EPI LCA à tous les élèves du niveau 5ème, dans certains il sera réservé à une classe sur 4, voire sur 6 !

=> Pour toutes ces raisons, il n’est pas possible de comptabiliser les heures d’EPI LCA dans le total des heures d’enseignement du latin et du grec ancien.

—–

2°) un Enseignement de Complément LCA

– Son ouverture est doublement tributaire :     1) comme nous l’avons dit plus haut, de l’ouverture d’un EPI LCA dans le collège (avec les réserves que nous avons émises sur la contradiction entre les propos ministériels et l’écriture de l’arrêté qui régit la réforme),     2) des heures de marge qui sont son seul moyen de financement et qui mettent les LCA en situation de précarité totale puisqu’elles rentrent en concurrence directe avec les Sciences et les Langues Vivantes, tout à fait légitimes lorsqu’elles demandent à utiliser ces heures de marge pour des dédoublements de classe afin d’assurer la partie expériences des cours de sciences et la prise de parole en groupes réduits en langues vivantes

– Ses horaires sont plafonnés à 1h en 5ème et 2h en 4ème et en 3ème (l’option LCA actuelle fonctionne avec un horaire plancher de 2h en 5ème et 3h en 4ème et 3ème). D’ailleurs, comme nous l’avons fait remarquer au C.S.P. lors de la consultation sur les nouveaux programmes de LCA, ces horaires sont très nettement insuffisants pour couvrir, sur les 3 années, des nouveaux programmes à peine allégés et toilettés sur le plan linguistique et culturel.

– Il ne sera pas organisé en 5ème par certains établissements, ce qui est en totale contradiction avec la logique de cycle de la réforme (les nouveaux programmes sont écrits pour des enseignements qui doivent être suivis sur 3 ans de la 5ème à la 3ème)

– Dans beaucoup de collèges, le nombre de groupes de latinistes existants sera divisé par deux, réduisant ainsi le nombre d’élèves pouvant accéder à l’étude du latin et du grec et empêchant un certain nombre d’élèves ayant débuté leur étude en 5ème cette année de la poursuivre jusqu’à la troisième. Qui va sélectionner les élèves qui auront le droit d’accéder à cet enseignement de complément de LCA ?

– Faute d’heures de marge suffisantes, le choix de l’enseignement de complément latin se fera au détriment du grec ancien qui disparaît corps et âme de certains établissements qui pouvaient jusque-là proposer son étude conjointement à celle du latin (E.C.L.A.).

– Notons, pour conclure sur cet enseignement de complément LCA, que plusieurs collègues de Lettres Classiques nous ont confié que leur chef d’établissement les a menacés de fermer l’enseignement de complément s’il demandait leur mutation !

—–

     Enfin, notons également qu’il s’agit d’une situation extrêmement précaire, puisque rien ne garantit que les dotations horaires seront identiques dans les années à venir, notamment les heures de marge, qu’aucun texte officiel ne garantit au-delà de l’année scolaire 2017-2018.

 

Glossaire :

C.S.P. : Conseil Supérieur des Programmes

E.C. : Enseignement de Complément

E.C.L.A : Enseignement Conjoint des Langues Anciennes (latin et grec)

E.P.I. : Enseignement Pratique Interdisciplinaire

L.C.A. : Langues et Cultures de l’Antiquité

 

A propos Robert Delord

Photo du profil de Robert Delord
Enseignant - ex-formateur Lettres Classiques (Acad. Grenoble) Langues et Cultures de l'Antiquité / Lettres / TICE / Image / Education aux médias - Membre du collectif "Arrête ton char !" - Membre de l'équipe du projet Musagora (auteur et modérateur de la liste) - Membre d'un groupe de travail du CNIRE - Membre du comité d'organisation du FELG about.me : http://about.me/Robert.Delord

Laisser un commentaire

Aller à la barre d’outils