Accueil » Latin / grec vivant, enseignement audio-oral des langues anciennes

Latin / grec vivant, enseignement audio-oral des langues anciennes

Nos dossiers connexes : Séances, Séquences Promotion des LCA Grammaire, Langue Juxtalinéaires, épigraphie, lectures Etymologie, Vocabulaire Humour, Jeu  Numérique Interdisciplinarité ECLA / bilinguisme Sorties, Voyages Traces de l’antiquité dans l’actualité

 

Parce que le grec et latin ont toujours été écrits et parlés depuis l’Antiquité, parce que le fait d’utiliser une langue en la parlant et en l’écrivant permet une manipulation qui en facilite l’apprentissage, il faut permettre à ceux qui les étudient de vivre plus directement son étude et sa pratique.

Ce dossier vous permettra de découvrir les différentes méthodes utilisées aujourd’hui et stimulera tous ceux qui s’intéressent au latin et/ou au grec à travers plusieurs types d’activités orales et écrites : usage de ces langues au quotidien, étude des textes authentiques et description d’oeuvres d’art seront à l’honneur mais documents et textes d’hier et d’aujourd’hui ne manqueront pas de vous surprendre.

Qu'est-ce-que le latin vivant ? (Synthèse d'Elen Buzaré)

Qu'est-ce-que le latin vivant ? (Synthèse d'Elen Buzaré)

Qu'est-ce que le latin vivant ?

Le latin vivant (living latin en anglais ou latinitas viva en latin), également connu sous l’appellation “latin oral”, est une tentative de ranimer le latin comme moyen de communication contemporain oral et écrit. L’implication dans cette  renaissance du latin peut être un simple passe-temps ou s’étendre à des projets plus sérieux destinés à rétablir son ancien rôle de langue auxiliaire internationale.

Origines du latin vivant

Après une très longue période florissante, comme langue de communication et de culture, le latin fut de plus en plus concurrencé par les langues vernaculaires

Dès le début du XIXe siècle, il y eut des tentatives pour contrecarrer cette évolution et rétablir l’usage de cette langue comme langue internationale de communication.

En 1815, un livret [1] proposait le latin comme langue commune de l’Europe.

A la fin du XIXe siècle, des périodiques en latin  recommandaient de rétablir l’usage du latin comme langue internationale[2].

Cette publication fut suivie par la revue Vox Urbis : de litteris et bonis artibus commentarius[3], à partir de 1898, deux fois par mois, jusqu’en 1913.

Le début du XXe siècle, marqué par les guerres et par de très importantes évolutions sociales et technologiques, marque la poursuite du déclin malgré ces quelques fervents défenseurs de la langue latine (ex. nombre de thèses en latin réduites puis abandonnées en France).

Cependant, alors que l’Europe se construit après la 2nde guerre mondiale, le latin reprit quelques forces.

Un de ses principaux promoteurs fut un ancien doyen de l’Université de Nancy, le Professeur Jean Capelle, ancien élève de l’Ecole normale supérieure, major de l’agrégation de mathématiques (1933), titulaire d’un doctorat sur la théorie des engrenages (1938) et homme politique. Il publia en 1952 un article majeur dont le titre était “Le latin ou Babel[4], dans lequel il proposa le latin comme langue internationale parlée.

Jean Capelle devint “l’âme du mouvement” quand le 1er congrès international pour le Latin vivant se déroula en 1956 à Avignon. Environ 200 participants originaires de 22 pays différents y prirent part.

Le Congrès du latin vivant à Avignon (Budé)

Ce Congrès avait des objectifs très concrets, organisés autour de quatre thèmes principaux:

Le Professeur Jean Bayet, Directeur de l’Ecole française de Rome s’était chargé de préparer un abrégé de grammaire classique qui devait permettre d’écrire en latin simplement, mais clairement et sans trahir la norme classique.

Le Docteur Enich Burck, Professeur à l’Université de Kick et président du Deutschen Alt Philologen Vechanden, avait exposé les raisons de généraliser l’emploi de la prononciation restituée du latin. Celle-ci, en effet, a pu être reconstituée par plus d’un siècle de recherches philologiques.

Le professeur Guerino Pacitti, Directeur de l’Ufficino latino de l’instituto di studi Romani, avait énoncé les règles à respecter dans la création de néologismes.

Le Docteur Goodwinn B. Beach, Professeur au Trinity College de Hartford aux Etats-Unis avait choisi de montrer pourquoi et comment la pédagogie du latin devait être sortie de sa sclérose et adopter les méthodes en usage pour les langues modernes.

À une époque où l’indispensable usage de l’anglais commençait à s’imposer de plus en plus dans le monde, cette initiative, a paru anachronique.

Le Congrès d’Avignon n’a pas atteint son but, mais il a néanmoins donné un nouvel élan au latin vivant.

Ainsi, diverses revues latines, dont la revue Vita Latina – revue trimestrielle qui paraît à partir de 1957 – ont commencé à voir le jour.

En 1966 parait pour la 1ère fois la méthode Assimil Lingua latina sine molestia du français Clément Desessard. Ce dernier fut également en 1986 à l’origine de la création de l’association Feriae Latinae Ferigolentenses qui propose une semaine d’immersion en latin chaque année près d’Avignon.

L’explosion d’internet à partir des années 1990 a rompu l’isolement des acteurs du latin vivant en facilitant les contacts fréquents et en favorisant également la création de sites web divers, variés et créatifs. C’est toute cette diversité que nous allons vous faire découvrir sur notre site.

Objectifs du latin vivant

Les utilisateurs du latin contemporain forment le “mouvement pour le latin vivant”.

Deux objectifs principaux peuvent être distingués : l’accès aux textes littéraires ou la communication contemporaine. Dans le premier cas le latin vivant est un moyen, dans le second il est davantage une finalité.

L’accès aux textes littéraires

Parmi les partisans du « latin vivant », certains soutiennent depuis au moins le début du XXe siècle l’usage actif de la langue pour rendre l’apprentissage du latin plus agréable et plus efficace, s’inspirant à cet égard des méthodes d’enseignement des langues modernes. L’objectif étant ainsi de parvenir à la lecture cursive des textes.

Il est à noter que lors du colloque langues et civilisations de l’Antiquité du 11 octobre 2013 – journée de formation qui s’est déroulée au Lycée Louis le Grand sous l’égide de l’Inspection générale- un changement majeur dans la manière d’envisager l’enseignement du latin semble s’être produit par la reconnaissance de la valeur de ces méthodes.

La communication contemporaine

D’autres soutiennent le renouveau du latin comme langue internationale de communication, dans les sphères académiques et peut-être également scientifiques et diplomatiques (comme c’était le cas en Europe et dans les colonies européennes pendant tout le moyen âge et jusqu’à la moitié du XVIIIe siècle), ou encore comme langue internationale auxiliaire qui pourrait être utilisée par tous.

Cependant, le latin n’étant la langue maternelle de personne, ce mouvement n’a reçu aucun support de la part de gouvernements (à l’exception peut-être de la Finlande) ou d’instances internationales.

Le latin reste malgré tout une langue parlée dans certains cercles internationaux et de nombreux blogs et sites web fleurissent en latin. Ainsi peut-on lire des articles de Vicipaedia ou bien twitter en latin…


[1] Miguel Olmo, Otia Villaudricensia ad octo magnos principes qui Vindobonæ anno MDCCCXV pacem orbis sanxerunt, de lingua Latina et civitate Latina fundanda liber singularis (Le loisir de Villaudric à l’attention des huit grands princes qui ont signé la paix mondiale à Vienne en 1815, un livre au sujet de la langue latine et de la fondation d’un Etat latin).

[2] Karl Heinrich Ulirichs, Alaudæ

[3] Vox Urbis : de litteris et bonis artibus commentarius, revue publiée par l’architecte et ingénieur italien Aristide Leonori.

[4] Jean Capelle, Le latin ou Babel, dans : Bulletin de l’Éducation Nationale, Paris, 23 octobre 1952.

 


[i]

 

Les Méthodes du latin vivant (Synthèse de Nathalie Blanc-Kowalski)

Les Méthodes du latin vivant (Synthèse de Nathalie Blanc-Kowalski)

Les méthodes de latin vivant

« La méthode classique enseigne le latin uniquement comme une langue culturelle alors qu’il peut être aussi un moyen de communication. La communication n’est qu’un moyen : la fin reste surtout la lecture des textes anciens. Mais apprend-on à lire Shakespeare dès la 6ème ?  »

Extrait du portrait d’« Olivier Rimbault, voix vivante du latin » sur Le café pédagogique.

 

Toutes les méthodes de latin vivant sont fondées sur la compréhension du latin à partir du contexte.

Ce sont des méthodes directes qui présentent l’avantage d’être instantanément gratifiantes : le néo-latiniste, quand il découvre qu’il peut lire – ou entendre – et comprendre rapidement le latin, sans nécessairement passer par l’analyse grammaticale et la traduction, éprouve une grande satisfaction.

En apprenant de façon immersive et intuitive, il mémorise plus facilement le vocabulaire et les tournures, il intériorise les mécanismes de la langue, aiguise ses facultés d’observation et de raisonnement, bref, il prend confiance et en vient peu à peu à traduire naturellement, de façon décomplexée.

Progressivement, il accède ainsi à la lecture cursive… A lui les beaux textes de la littérature latine !

 

Plusieurs méthodes de latin vivant sont particulièrement reconnues.

 1- Les méthodes qui se basent sur des récits

 

La fameuse méthode Ørberg, Lingua Latina per se illustrata, est un cours de latin entièrement rédigé en latin – y compris les explications grammaticales, ce qui en fait un cours universel.

Les textes d’étude ont été composés autour de deux thèmes ancrés dans l’Antiquité romaine :

Familia Romana, le cours de base, rapporte une suite d’événements dans la vie d’une famille romaine au IIème  siècle de notre ère.

Roma aeterna, le cours avancé, a pour sujet l’Histoire romaine racontée par les Romains eux-mêmes.

Dans les textes proposés, les voyelles longues sont signalées, ce qui permet aisément de restituer l’accentuation : le latin retrouve ainsi sa couleur auditive, il est rendu plus vivant et, de ce fait, plus facilement mémorisable.

Dans ce même esprit, la méthode propose des CD audio. Elle accorde une place importante à l’oral. Pour preuve, cette vidéo :

Aux petits récits d’Ørberg s’ajoutent des exercices d’entraînement méthodiques, des exercices d’écriture essentiellement, qui viennent fixer les apprentissages après chaque chapitre.

Pour comprendre l’intérêt de la méthode, lisez cet article d’Olivier Rimbault, webmaster de Viae Neolatinae et fervent promoteur du latin vivant : « Au sujet de la méthode de latin du Professeur Ørberg (Remarques sur la didactique des langues anciennes) », Réflexion(s), avril 2012.

Sur son site, Olivier Rimbault propose également des compléments pédagogiques à la méthode, qu’il tâche de renouveler : on trouvera par exemple, associées à chaque chapitre de la méthode, des propositions de lecture de textes authentiques. Ce travail est en cours de construction.

Pour lire quelques extraits de la méthode et se renseigner sur son prix, rendez-vous à cette adresse.

Extrait méthode Orberg - Capitulum secundum - Familia Romana

A noter encore que la méthode Ørberg est très populaire sur la plate-forme d’échange E-twinning. Des collègues européens qui suivent cette méthode proposent des correspondances en latin.

 

La méthode Piper Salve, éditée en Allemagne entre 1992 et 1998 et aujourd’hui épuisée, a été remplacée par le duo de livres « Septimana Latina » I et II de Mechtild Hofmann et Robert Maier, München, J. Lindauer Verlag en 2012.

Elle propose, comme la méthode Ørberg, des cours en latin, mais les thèmes abordés sont contemporains.

Extrait de Piper Salve - Caput primum - Salutatio

 A noter que dans la méthode, le vocabulaire proposé est traduit en allemand.

Pour commander la méthode.

 

La méthode audio-orale conçue par Claude Fiévet, basée essentiellement sur l’utilisation orale du latin, vient compléter ces méthodes. Le manuel comprend trois volumes : les premiers textes d’étude sont de composition, puis viennent les textes authentiques.

Pour écouter une intéressante présentation de cette approche pédagogique par Julie Gallego, maître de conférences en langue et linguistiques latines, rendez-vous sur Musagora.

 

2- Les colloquia

 D’autres méthodes, basées sur des conversations, fondent leur pédagogie sur la répétition et la mise en scène de dialogues : chaque conversation proposée est une petite comédie vivante et parfois cocasse : le plaisir qu’on y prend doit faciliter l’effort d’apprentissage.

 

Conversational Latin for Oral Proficiency, de John C. Traupman, quatrième édition (2006), propose de petites conversations latines et leur traduction juxtalinéaire en anglais.

La méthode comprend 27 chapitres couvrant différents thèmes contemporains (la famille, l’école, le sport et autres loisirs, la politique…).

Chaque chapitre propose trois conversations de difficultés différentes, suivi d’un lexique (anglais/latin) et de phrases en supplément sur le thème donné.

L’essentiel du vocabulaire est classique, mais la méthode use aussi de mots latins créés pour échanger sur notre réalité contemporaine.

Les textes latins sont accentués.

Il existe un CD audio de la méthode.

Extrait Conversational

 

Dans le même esprit, on citera la méthode Assimil. Notons qu’il est préférable de se procurer l’édition de 2004, de Clément Desessard, dans laquelle exercices et lexique sont aussi accentués ; dans l’édition de 2007, celle de Isabelle Ducos-Filippi, seuls les textes des leçons sont accentués.

La méthode est disponible en CD audio ou MP3 : Latinitas viva propose d’en écouter quelques extraits en ligne.

 

Assimil - Lectio quarta - Salve Felix

On pourra enfin consulter certaines Conversations de la vie courante de Didier Erasme de Rotterdam, Colloquia familiaria, publiées intégralement ou par extraits avec leur traduction française sur le site d’Olivier Rimbault.

Il s’agit d’un recueil de dialogues pour la conversation, primitivement destiné à apprendre le latin aux enfants. Une version primitive du texte a été éditée pour la première fois à Bâle en 1518, à l’insu de l’auteur, sous le titre « Familiarum colloquiorum formulae et alia quaedam ». A partir de 1526 et jusqu’en 1533, dans les éditions ultérieures qui portent désormais le titre de « Familiarum colloquiorum opus », de nouvelles conversations sont ajoutées par Érasme lui-même.

Extrait Colloquia

 

Enregistrer

Les cercles, les cours, les associations pour pratiquer le latin / le grec vivant

Les cercles, les cours, les associations pour pratiquer le latin / le grec vivant

Quelques ressources pédagogiques pour pratiquer le latin ou le grec vivant en classe

Quelques ressources pédagogiques pour pratiquer le latin ou le grec vivant en classe

Audio : latin ou du grec oralisé

Audio : latin ou du grec oralisé

Voici quelques ressources référencées sur ce site :

Le latin, le grec employé comme langue vivante : Témoignages, exemples

Le latin, le grec employé comme langue vivante : Témoignages, exemples

Livres, BDs, musique... en latin ou en grec ancien

Livres, BDs, musique... en latin ou en grec ancien


Livres
Wikipedia propose une liste bien fournie d’auteurs en “neo-latin” : https://la.wikipedia.org/wiki/Auctores_Neolatini_hodierni

Quelques livres en latin :

Quelques livres en grec ancien :

Musique :

Faire la liste de toutes les chansons “en latin” ou “en grec” serait fastidieux (entre ceux qui décident de chanter entièrement en latin, et ceux qui mettent quelques mots… !). Voici donc quelques exemples jugés sympathiques.

Musiques “originales” en latin :

Nota Bene : Cette page wikipedia pourra être utile à ceux qui sont en quête de plus d’exhaustivité (pour les chansons en latin) : https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_songs_with_Latin_lyrics

  • La chanteuse Enya (Eithne Patricia Ní Bhraonáin ) écrit régulièrement des chansons en latin. C’est d’ailleurs elle que l’on entend (mais pas en latin !) sur la bande originale du film Gladiator.
    Un exemple :

  • Depuis 1998-2000, le groupe de rap allemand “Ista Latina” propose des titres en latin. Le plus connu est “Odi et Amo” https://www.youtube.com/watch?v=DPW5ImFgMfU
  • En 2000, la musique “dance” portant le titre de “Roma Caput Lundi” de Prince Charming (GianLuca Cellai)commence par une introduction en latin :
    Anno septuagesimo, ante Christum natum Virgilius, poeta italicus, quomodo urbs condita sit, commemorat et decribit Aeneida, magnum litterarum opus, regnante Augusto Romanorum imperatore. Duobus annorum milibus post urbs adhuc exsistit. Roma caput mundi Arma virumque cano, Troiae qui primus ab oris, Italiam fato profugus Laviniaque venit, litora multum ille et terris iactatus et alto vi superum, saevae memorem Iunionis ob iram, multa quoque et bello passus, dum conderet urbem inferretque deos Latio, genus unde Latinum Albanique patres atque altae… Roma caput mundi.”
    Vers 3 minutes, on trouve le début de l’Eneide chanté en latin !



    En 2003, sous le nom Kronos, il connait un petit succès avec “Magica Europa“, une musique “dance” toujours en latin. En 2009, “Habemus Italiam” marche bien.
  • En 2003, Angelo Branduardi transforme un poème de Catulle en chanson :

  • En  2013  JD Kobra (Francesco Costantino), un rappeur à succès italien, propose  Mea Mens Remanet (Prod. Sadik)
    Refrain : «Faber sum fortunae miae [sic!] /sub nomine pacis bellum latet /liber sum spectate fidei /mea mens remanet».

  • En 2014, Mario Camilletti, professeur de lettres italien, a publié un CD de chansons tout en latin : “Latine Cano”

Les reprises  :

 

  • En 2009, Sheikah92 propose une traduction du générique du Prince de Bel Air en latin !

 

  • La chaîne “Translator Carminum” propose la traduction et l’interprétation de nombreux titres “populaires” en latin / en grec ancien. Un exemple avec le titre phare “My Heart Will Go On” https://www.youtube.com/watch?v=UqO2zGW1_5E
  • Le professeur Keith Massey s’amuse dans un but pédagogique à traduire des chansons populaires en latin. Sa reprise de “Hello” d’Adèle en “Salve” avait connu un gros succès sur le net :

  • Cette reprise du thème de Mamma Mia en grec ancien (Μα Τον Δια) par CLASSOC UoA a beaucoup circulé :

  • Le 6 novembre 2008, le comique américain Stephen Colbert (Comedy Central) a décidé de chantonner “joyeux anniversaire” en l’honneur de sa mère… en latin !

  • 2017 : en avril, la chaine italienne Sky Uno a proposé un sympathique moment à ses téléspectateurs, dans son late show présenté par Alessandro Cattelan. Associé avec l’auteur-compositeur Francesca Michielin, gagnante du télécrochet X-Factor en 2011, et représentante de l’Italie au Concours Eurovision de la chanson 2016, le présentateur a adapté plusieurs tubes du moment dans un medley en latin !

 

2 2 réactions

  1. Cette publication a été remarquée par : Latin | Pearltrees

  2. Cette publication a été remarquée par : ECLA & Bilinguisme : présentation & outils – Arrête ton char

Laisser un commentaire