Accueil » Actualités des LCA » Lalibre.be / Non, le latin n’est pas la béquille d’une langue française en péril !

Lalibre.be / Non, le latin n’est pas la béquille d’une langue française en péril !

En Belgique,  “le Pacte d’excellence” va réformer totalement  le cursus scolaire commun à tous les élèves depuis la maternelle jusqu’à désormais la fin de la troisième secondaire, et changer totalement le paysage de l’enseignement du latin.

Jusque là enseignement optionnel (4h / semaine) réservé à un public de volontaires, le latin va intégrer le tronc commun (en deuxième et troisième secondaire), à raison de 2h par semaine pour tous les élèves et avec un objectif et des référentiels eux aussi redéfinis : un soutien à la maîtrise du français…. Les discussions sont encore en cours, mais cette redéfinition du cours de latin inquiète de nombreux enseignants  :

 

Marc Vandersmissen, chercheur au Lasla de l’ULiège et maître-assistant en langue française à la Hél explique son point de vue dans la libre.be :

Absence de visée utilitariste

La première question qui se pose à un élève de 13 ans – ou à ses parents – est inévitablement la suivante : pourquoi rendre obligatoire l’étude d’une langue ancienne dans une réforme de l’enseignement, a fortiori, au XXIe siècle, ère de la digitalisation de notre société ? Les intérêts du latin sont nombreux et ont été étudiés en détail : esprit d’analyse, ouverture historique et culturelle, meilleure maîtrise du français, etc. Mais toutes ces qualités pourraient être obtenues grâce à d’autres cours (mathématiques, histoire et géographie, langues vivantes…). Permettez-moi donc de mettre ici en évidence deux spécificités du cours de latin qu’aucune autre discipline scolaire n’offre actuellement. La première, et non des moi…


Lire l'article complet sur : lalibre.be (auteur : Marc Vandersmissen, chercheur au Lasla de l'ULiège et maître-assistant en langue française à la Hél)

A propos Revue de presse

Avatar
Les articles signés "Revue de presse", et les photos qui y sont attachées, ne sont cités par "Arrête Ton Char" qu'au titre de revue de presse. Nous ne fournissons qu'un extrait et nous invitons à suivre le lien fourni pour aller les consulter sur leur plateforme d'origine, dont ne garantissons ni la qualité, ni le contenu.

Sur le même thème

Dora Falusi : Le grec ancien en Hongrie, une petite histoire

Lire l’article complet dans  ὁ λύχνος n° 155, mars 2020, article trois : https://ch.hypotheses.org/3849   …

Laisser un commentaire

X