Accueil » Actualités des LCA » Lalibre.be / Non, le latin n’est pas la béquille d’une langue française en péril !

Lalibre.be / Non, le latin n’est pas la béquille d’une langue française en péril !

En Belgique,  “le Pacte d’excellence” va réformer totalement  le cursus scolaire commun à tous les élèves depuis la maternelle jusqu’à désormais la fin de la troisième secondaire, et changer totalement le paysage de l’enseignement du latin.

Jusque là enseignement optionnel (4h / semaine) réservé à un public de volontaires, le latin va intégrer le tronc commun (en deuxième et troisième secondaire), à raison de 2h par semaine pour tous les élèves et avec un objectif et des référentiels eux aussi redéfinis : un soutien à la maîtrise du français…. Les discussions sont encore en cours, mais cette redéfinition du cours de latin inquiète de nombreux enseignants  :

 

Marc Vandersmissen, chercheur au Lasla de l’ULiège et maître-assistant en langue française à la Hél explique son point de vue dans la libre.be :

Absence de visée utilitariste

La première question qui se pose à un élève de 13 ans – ou à ses parents – est inévitablement la suivante : pourquoi rendre obligatoire l’étude d’une langue ancienne dans une réforme de l’enseignement, a fortiori, au XXIe siècle, ère de la digitalisation de notre société ? Les intérêts du latin sont nombreux et ont été étudiés en détail : esprit d’analyse, ouverture historique et culturelle, meilleure maîtrise du français, etc. Mais toutes ces qualités pourraient être obtenues grâce à d’autres cours (mathématiques, histoire et géographie, langues vivantes…). Permettez-moi donc de mettre ici en évidence deux spécificités du cours de latin qu’aucune autre discipline scolaire n’offre actuellement. La première, et non des moi…


Lire l'article complet sur : lalibre.be (auteur : Marc Vandersmissen, chercheur au Lasla de l'ULiège et maître-assistant en langue française à la Hél)

A propos Revue de presse

Avatar
Les articles signés "Revue de presse", et les photos qui y sont attachées, ne sont cités par "Arrête Ton Char" qu'au titre de revue de presse. Nous ne fournissons qu'un extrait et nous invitons à suivre le lien fourni pour aller les consulter sur leur plateforme d'origine, dont ne garantissons ni la qualité, ni le contenu.

Sur le même thème

The place to be

Yannick Scolan nous a quittés

     Yannick Scolan, jeune helléniste et savant remarquable, professeur à la générosité ardente, compagnon …

Laisser un commentaire