Accueil » Enseigner les LCA » Pratiques pédagogiques » Ressources – Les méthodes de latin vivant

Ressources – Les méthodes de latin vivant

« La méthode classique enseigne le latin uniquement comme une langue culturelle alors qu’il peut être aussi un moyen de communication. La communication n’est qu’un moyen : la fin reste surtout la lecture des textes anciens. Mais apprend-on à lire Shakespeare dès la 6ème ?  »

Extrait du portrait d’« Olivier Rimbault, voix vivante du latin » sur Le café pédagogique.

 

Toutes les méthodes de latin vivant sont fondées sur la compréhension du latin à partir du contexte.

Ce sont des méthodes directes qui présentent l’avantage d’être instantanément gratifiantes : le néo-latiniste, quand il découvre qu’il peut lire – ou entendre – et comprendre rapidement le latin, sans nécessairement passer par l’analyse grammaticale et la traduction, éprouve une grande satisfaction.

En apprenant de façon immersive et intuitive, il mémorise plus facilement le vocabulaire et les tournures, il intériorise les mécanismes de la langue, aiguise ses facultés d’observation et de raisonnement, bref, il prend confiance et en vient peu à peu à traduire naturellement, de façon décomplexée.

Progressivement, il accède ainsi à la lecture cursive… A lui les beaux textes de la littérature latine !

 

Plusieurs méthodes de latin vivant sont particulièrement reconnues.

 1- Les méthodes qui se basent sur des récits

 

La fameuse méthode Ørberg, Lingua Latina per se illustrata, est un cours de latin entièrement rédigé en latin – y compris les explications grammaticales, ce qui en fait un cours universel.

Les textes d’étude ont été composés autour de deux thèmes ancrés dans l’Antiquité romaine :

Familia Romana, le cours de base, rapporte une suite d’événements dans la vie d’une famille romaine au IIème  siècle de notre ère.

Roma aeterna, le cours avancé, a pour sujet l’Histoire romaine racontée par les Romains eux-mêmes.

Dans les textes proposés, les voyelles longues sont signalées, ce qui permet aisément de restituer l’accentuation : le latin retrouve ainsi sa couleur auditive, il est rendu plus vivant et, de ce fait, plus facilement mémorisable.

Dans ce même esprit, la méthode propose des CD audio. Elle accorde une place importante à l’oral. Pour preuve, cette vidéo :

Aux petits récits d’Ørberg s’ajoutent des exercices d’entraînement méthodiques, des exercices d’écriture essentiellement, qui viennent fixer les apprentissages après chaque chapitre.

Pour comprendre l’intérêt de la méthode, lisez cet article d’Olivier Rimbault, webmaster de Viae Neolatinae et fervent promoteur du latin vivant : « Au sujet de la méthode de latin du Professeur Ørberg (Remarques sur la didactique des langues anciennes) », Réflexion(s), avril 2012.

Sur son site, Olivier Rimbault propose également des compléments pédagogiques à la méthode, qu’il tâche de renouveler : on trouvera par exemple, associées à chaque chapitre de la méthode, des propositions de lecture de textes authentiques. Ce travail est en cours de construction.

Pour lire quelques extraits de la méthode et se renseigner sur son prix, rendez-vous à cette adresse.

Extrait méthode Orberg - Capitulum secundum - Familia Romana

A noter encore que la méthode Ørberg est très populaire sur la plate-forme d’échange E-twinning. Des collègues européens qui suivent cette méthode proposent des correspondances en latin.

 

La méthode Piper Salve, éditée en Allemagne entre 1992 et 1998 et aujourd’hui épuisée, a été remplacée par le duo de livres « Septimana Latina » I et II de Mechtild Hofmann et Robert Maier, München, J. Lindauer Verlag en 2012.

Elle propose, comme la méthode Ørberg, des cours en latin, mais les thèmes abordés sont contemporains.

Extrait de Piper Salve - Caput primum - Salutatio

 A noter que dans la méthode, le vocabulaire proposé est traduit en allemand.

Pour commander la méthode.

 

La méthode audio-orale conçue par Claude Fiévet, basée essentiellement sur l’utilisation orale du latin, vient compléter ces méthodes. Le manuel comprend trois volumes : les premiers textes d’étude sont de composition, puis viennent les textes authentiques.

Pour écouter une intéressante présentation de cette approche pédagogique par Julie Gallego, maître de conférences en langue et linguistiques latines, rendez-vous sur Musagora.

 

2- Les colloquia

 D’autres méthodes, basées sur des conversations, fondent leur pédagogie sur la répétition et la mise en scène de dialogues : chaque conversation proposée est une petite comédie vivante et parfois cocasse : le plaisir qu’on y prend doit faciliter l’effort d’apprentissage.

 

Conversational Latin for Oral Proficiency, de John C. Traupman, quatrième édition (2006), propose de petites conversations latines et leur traduction juxtalinéaire en anglais.

La méthode comprend 27 chapitres couvrant différents thèmes contemporains (la famille, l’école, le sport et autres loisirs, la politique…).

Chaque chapitre propose trois conversations de difficultés différentes, suivi d’un lexique (anglais/latin) et de phrases en supplément sur le thème donné.

L’essentiel du vocabulaire est classique, mais la méthode use aussi de mots latins créés pour échanger sur notre réalité contemporaine.

Les textes latins sont accentués.

Il existe un CD audio de la méthode.

Extrait Conversational

 

Dans le même esprit, on citera la méthode Assimil. Notons qu’il est préférable de se procurer l’édition de 2004, de Clément Desessard, dans laquelle exercices et lexique sont aussi accentués ; dans l’édition de 2007, celle de Isabelle Ducos-Filippi, seuls les textes des leçons sont accentués.

La méthode est disponible en CD audio ou MP3 : Latinitas viva propose d’en écouter quelques extraits en ligne.

 

Assimil - Lectio quarta - Salve Felix

On pourra enfin consulter certaines Conversations de la vie courante de Didier Erasme de Rotterdam, Colloquia familiaria, publiées intégralement ou par extraits avec leur traduction française sur le site d’Olivier Rimbault.

Il s’agit d’un recueil de dialogues pour la conversation, primitivement destiné à apprendre le latin aux enfants. Une version primitive du texte a été éditée pour la première fois à Bâle en 1518, à l’insu de l’auteur, sous le titre « Familiarum colloquiorum formulae et alia quaedam ». A partir de 1526 et jusqu’en 1533, dans les éditions ultérieures qui portent désormais le titre de « Familiarum colloquiorum opus », de nouvelles conversations sont ajoutées par Érasme lui-même.

Extrait Colloquia

 

Enregistrer

A propos Nathalie Blanc-Kowalski

Enseignante de Lettres Classiques au collège Oeben (Paris XII) - Membre du collectif "Arrête ton char !" - Membre du GIPTIC Paris - Webmaster du site tic-et-nunc.com

Une réaction