Prat’hic #7 : Travailler le futur grâce aux Haruspices

Vos pratiques sont fantastiques ! Régulièrement, ATC va donner la parole à des enseignants pour qu’ils nous fassent découvrir une activité menée en cours de langues anciennes.

Aujourd’hui nous allons dans l’académie de Bordeaux à la rencontre de M. Haruspex (nom d’emprunt évidemment).

 

En Bref

Bonjour, pouvez-vous nous présenter en quelques mots l’activité “Travailler le futur grâce aux Haruspices”  ?

J’ai proposé à des élèves de quatrième option LCA latin (une classe de 28 élèves) une séquence autour de la religion romaine. 

Nous avons pu étudier à tour de rôle les différentes fonctions des prêtres comme les augures, les haruspices, les vestales, les prêtres pullaires, les luperques etc…

L’idée était de clore cette séquence par une activité qui leur plaît bien, à savoir se mettre en scène.

Aux origines du projet

Quelle est la genèse de ce projet ?

J’ai l’habitude de faire des tablettes de défixion,

photo @Wikimédia Commons

de fabriquer des laraires,

photo @Wikimédia Commons

ou bien de fêter une fête religieuse avec eux comme les Saturnales ou les Lupercales.

Cette année, je me suis lancé dans l’art de la divination.

 

Faber fit fabricando

Qu’ont-eu à faire les élèves avant l’activité ?  

Pour aborder le projet, j’attendais d’eux qu’ils manipulent deux points de langue à savoir le futur de l’indicatif en latin ainsi que la troisième déclinaison imparisyllabique (masculin, féminin). Je n’ai pas abordé la neutre volontairement. 

 

Qu’ont-eu à faire les élèves pendant l’activité ?

Le fait de savoir qu’il y aurait ce travail d’écriture en finalité m’a bien aidé à me lancer dans la conjugaison et la déclinaison car sans cela, la classe se serait démotivée tout de suite. Je distribue donc la feuille de conjugaison en choisissant bien des verbes à manipuler par la suite, en lien avec une éventuelle prophétie. De même, j’introduis la notion de troisième déclinaison. Cela peut les déstabiliser un instant car les racines diffèrent selon les cas. Une fois la notion “comprise”, ils ont une série de vocabulaire choisi par mes soins pour se lancer dans la rédaction d’une prophétie. 

 

Quel a été le rôle du professeur pendant l’activité ?  

Pendant l’activité, je précise bien que j’attends des élèves quelque chose de très simple. Un sujet , un verbe, un COD. Avec verbe à la fin, c’est encore mieux. 

 

Les élèves ont-ils gardé une trace écrite ? Si oui, laquelle ?

Les élèves notent donc deux prophéties à finalité heureuse et deux prophéties néfastes. 

 

Quelle implication des élèves ? 

C’est dans la bonne humeur qu’ils se lancent dans la rédaction. Avec l’effet de surprise pour ne pas dire quelle prophétie ils délivreront quand je les interrogerai plus tard.

Pour les mettre dans l’ambiance, je les habille d’une toge, et leur mets à disposition une poule en peluche dans laquelle se trouve un foie rouge (positif) et un foie noir (négatif) en pâte à modeler. Selon la prise, le prêtre délivrera son message à la personne de son choix. L’élève devra dès lors essayer de comprendre le message oral et de le traduire. Cela me permet de travailler l’oralité avec les élèves.

 

On fait le bilan

Quel est le ressenti du professeur ? des élèves ?

Les élèves sont enthousiastes dans l’ensemble à l’idée de se mettre en scène. Mais à 28, il est compliqué de mobiliser tout le monde.

 

Les élèves ont-ils quelques prophéties à nous partager ?

Miles regem occidet.

Legiones arbores destruent.

Rex matrem nubet.

Mercator in arcem venet.

In dolore perebis.

Elephantem edes.

Rex civitatis eris.

 

Quelle “évaluation” / retour pour savoir si les élèves ont compris ?

Les élèves ont manipulé la troisième déclinaison et le futur et ont compris qu’à l’accusatif, on bascule sur un autre radical

 

Y-a-t-il eu des difficultés, des surprises ?

La difficulté réside chez certains élèves dans la rédaction des prophéties de manière concise. Ils ont tendance à se lancer dans des prophéties à rallonge, butent forcément sur le vocabulaire ou la syntaxe compliquée avec l’idée de passer du français au latin. Equipés de tablette, les plus paresseux recourent à Google traduction. Cela me permet de les alerter sur la fausseté de cet outil. Je n’avais pas envisagé qu’ils aillent dessus. 

Des élèves ont du mal à basculer le nom à l’accusatif donc au COD. Les bases demeurent chez certains fragiles sur les fonctions en français. 

 

 

Si vous souhaitez poser des questions à M. Haruspex, n’hésitez pas à le faire en commentaire de cet article, nous les lui ferons suivre.

Si vous souhaitez vous aussi raconter un de vos cours, n’hésitez pas à prendre contact avec nous.

A propos ju wo

Professeur de français et des options FCA et LCA dans l'académie de Lille. Passionnée de cultures antiques et de langues anciennes, attachée au rayonnement et à la promotion des cultures antiques dès l'école primaire. Responsable du concours ABECEDARIVM pour l’association ATC.

Laisser un commentaire

X